• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

On n'est pas comme eux

democrate

Nouveau poète
#1



On est dans notre lit,
eux sous les décombres.
On n'est pas ravi,
eux vivent dans l'ombre.


On se prend la tête,
pour des histoires bêtes
On ne manque de rien
mais, toujours sur notre faim


Ils nous font de la peine
au milieu des ruines fumantes
même point ébranlés par les sirènes
qui déchirent la nuit tombante


Où est la justice
pour ce qu'ils subissent!
Et la solidarité
de notre chère humanité!


Ils ont les mêmes enfants
qui aiment bien courir
comme nous, bien avant

et toujours avec le sourire

Qu'attendent les Nations
pour imposer des sanctions!
Que fait l'Onu,
toujours prise au dépourvu!


Ils se battront jusqu'au dernier,
et clameront leur existence
de peuple martyrisé

toujours en résistance.
(th)
 

iboujo

Maître Poète
#2
Bonsoir Democrate..et Bienvenue sur Crea
un texte engagé, la lectrice que je suis, t'emboite le pas..

mais ne soyons pas utopiques; même si le coeur y est//
Les politiques , pissent toujours du même côté
/A croire "qu"ils portent tous à droite" //les maladroits..

une écriture assurée agréable à lire ,avec une patte
J'attends le suivant..sourire !
Force tranquille? ou indocile ?
bises jojo
 

zuc

Le chat noir
Membre du personnel
#3
texte bien ecrit engagé

oui, nous découvrons effarouchés, surpris l'horreur et pleurons à grand renfort médiatique nos victimes comme à Paris ou à Nice,
bien que je n'enlève rien au drame à la douleur des familles des innocents tués et je condamne la folie meurtrière de ces fous terroristes,
mais depuis des années nous fermons les yeux sur le proche orient nos dirigents entretiennent des conflits on vend des armes on laisse pourrir des
peuples un surtout qui sert de bouc émissaire dans des situations inhumaines on intervient ailleurs en libérateurs jouant au justicier tous ça dans un jeu géo-politique instaurons et destituons des petits dictateurs à nos bottes et aujourd'hui la violence à notre porte,

"une pensée pour les niçois"