• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

LA FEUILLE ET LE CRAYON

#1
|
LA FEUILLE ET LE CRAYON

La page blanche attend
Depuis bien trop longtemps
Elle a convié son ami le crayon
Qui n'a pas répondu à son invitation.

Elle se sent trahie,
Elle est anéantie
Elle est presque en colère
Elle vit un vrai calvaire

Ce tout petit crayon
Qui n'en fait qu'à sa tête
A décidé de faire grève
Sans la moindre raison

La feuille lui propose
D'écrire de la prose
"D'accord" dit le crayon
J'y mets une condition

Cette si jolie page blanche
Et son gentil crayon
Se sont dit "Oui" ce soir
Leurs cœurs au diapason

Et de leur union ô combien souhaitable
Naîtront de tendres mots
Qui nous prendront notre âme
7 Mars 2017
 

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#2

Ici, la rencontre d’un papier avec mon crayon…

Commencé bien avant les siècles de notre ère,
Au fond de leurs cavernes, afin de les classer,

Ils ont sans outil sur les murs des cratères,
Mémorisé les animaux chassés.
De balade en balade et de par les chemins,
Pour transcrire écrits royaux, religieux où coutumes,
Un inventeur fameux créa le parchemin,
La tablette dure devenue feuille avec l’encre et la plume,
Pour relater les philosophies et les exploits d’humains,
Découverts pour certains dans leurs titres posthumes.
La rencontre se fit enfin entre le papier et le crayon,
Les enfants dessinèrent des hommes filiformes aux drôles de tête.
Les bambins commencèrent à faire des gribouillis, dessins en embryon,
Puis s’affinèrent en de pures épures et d’arabesques en fête.
Firent des ébauches et des caricatures par leurs envies,
Se diversifièrent pour des trames en estompe,
D’un contour représentaient les hommes et les femmes de la vie,
Des croquis représentant des esquisses d’estampe.
Mirent sur des dessins des frises ou des graffitis,
Le crayon servant d’illustration aux formes de graphique,
Les galbes douteux se transformèrent en art d’apprentis,
Recoupant un méandre, dessinant une ligne où un motif dynamique.
Faisant l’œuvre d’une image de la transcription de la nature.
D’un portrait en silhouette ou d’un relevé, la projection du trait,
Un ornement au paysage, un projet d’urbanisme où d’architecture.
Par le tracé d’un schéma ou sa traduction par des mots discrets.
En ouvrages, en documents, en tableaux ou en plus beaux poèmes.
Mozart, Rimbaud, Verlaine leur doivent ratures et écritures,
A tous ceux qui nous disent : Je t’aime.
Picasso, Dali ou Léonard en ont peint leurs blessures,
Tintin, Titeuf, Gaston, sortis des rêves, se sont mis à exister,
Illustrant pour certains en bordure leurs iniques bavures.
Du trait du crayon et sa rencontre avec le papier, il me fallait relater.
Dans ce concours, ce n‘était pas le moment,
Ce couple commence à s’éteindre sans aide,
J’aurai pu vous en faire tout un roman,
Car il est remplacé par une destinée trop led.
 
Dernière édition:
#4
http://www.creapoemes.com/index.php?threads/ici-la-rencontre-d’un-papier-avec-mon-crayon….303338/

Ici, la rencontre d’un papier avec mon crayon…

Commencé bien avant les siècles de notre ère,
Au fond de leurs cavernes, afin de les classer,

Ils ont sans outil sur les murs des cratères,
Mémorisé les animaux chassés.
De balade en balade et de par les chemins,
Pour transcrire écrits royaux, religieux où coutumes,
Un inventeur fameux créa le parchemin,
La tablette dure devenue feuille avec l’encre et la plume,
Pour relater les philosophies et les exploits d’humains,
Découverts pour certains dans leurs titres posthumes.
La rencontre se fit enfin entre le papier et le crayon,
Les enfants dessinèrent des hommes filiformes aux drôles de tête.
Les bambins commencèrent à faire des gribouillis, dessins en embryon,
Puis s’affinèrent en de pures épures et d’arabesques en fête.
Firent des ébauches et des caricatures par leurs envies,
Se diversifièrent pour des trames en estompe,
D’un contour représentaient les hommes et les femmes de la vie,
Des croquis représentant des esquisses d’estampe.
Mirent sur des dessins des frises ou des graffitis,
Le crayon servant d’illustration aux formes de graphique,
Les galbes douteux se transformèrent en art d’apprentis,
Recoupant un méandre, dessinant une ligne où un motif dynamique.
Faisant l’œuvre d’une image de la transcription de la nature.
D’un portrait en silhouette ou d’un relevé, la projection du trait,
Un ornement au paysage, un projet d’urbanisme où d’architecture.
Par le tracé d’un schéma ou sa traduction par des mots discrets.
En ouvrages, en documents, en tableaux ou en plus beaux poèmes.
Mozart, Rimbaud, Verlaine leur doivent ratures et écritures,
A tous ceux qui nous disent : Je t’aime.
Picasso, Dali ou Léonard en ont peint leurs blessures,
Tintin, Titeuf, Gaston, sortis des rêves, se sont mis à exister,
Illustrant pour certains en bordure leurs iniques bavures.
Du trait du crayon et sa rencontre avec le papier, il me fallait relater.
Dans ce concours, ce n‘était pas le moment,
Ce couple commence à s’éteindre sans aide,
J’aurai pu vous en faire tout un roman,
Car il est remplacé par une destinée trop led.
Merci pour ce très beau texte. Heureusement, il reste encore des irréductibles, comme moi, pour utiliser encore et encore, la feuille et le crayon. Ça permet de raturer, de voir ce que ça donne, de revenir en arrière, ce qui n'est pas vraiment possible directement sur l'ordi. Je viens encore d'en faire les frais. En voulant taper un conte, j'ai fait une mauvaise manip et j'ai tout perdu, heureusement que j'avais mon texte papier car je n'aurai pas été capable de le refaire à l'identique. Merci d'avoir pris le temps Amitiés poétiques.
 
#8
|
LA FEUILLE ET LE CRAYON

La page blanche attend
Depuis bien trop longtemps
Elle a convié son ami le crayon
Qui n'a pas répondu à son invitation.

Elle se sent trahie,
Elle est anéantie
Elle est presque en colère
Elle vit un vrai calvaire

Ce tout petit crayon
Qui n'en fait qu'à sa tête
A décidé de faire grève
Sans la moindre raison

La feuille lui propose
D'écrire de la prose
"D'accord" dit le crayon
J'y mets une condition

Cette si jolie page blanche
Et son gentil crayon
Se sont dit "Oui" ce soir
Leurs cœurs au diapason

Et de leur union ô combien souhaitable
Naîtront de tendres mots
Qui nous prendront notre âme
7 Mars 2017
ha! ce petit bout de crayon qu'est-ce qu'on l'aime bien celui là :D
il est trognon ce poème...
 

Polymnie2

Maître Poète
#9
Il est un fait
que papier-crayon
sont facilement pris
mais parfois on se fait avoir
car aucun sujet ne vient
ce n'est pas l'heure!!!!!!!
l'âme seule dispose!

Il n'y a que la prose
que je fais directement
mais pour les poèmes
je fais un brouillon!
hélas, trop pressée de voir
ce que cela donne posé,
je continue parfois
si l'inspiration continue,
c'est le risque de la mauvaise
touche appuyée!
je ne me souviens que rarement
ou pas ce que j'ai ajouté!!!!

Merci à toi, bises Poly
 
#10
Merci Luron 1er
pour la rencontre
du papier avec mon crayon

Toute l'histoire nous amenant
jusqu'aux grottes par chemins
sur parchemins et et ……..

Amitiés, Poly
 
#12
Il est un fait
que papier-crayon
sont facilement pris
mais parfois on se fait avoir
car aucun sujet ne vient
ce n'est pas l'heure!!!!!!!
l'âme seule dispose!

Il n'y a que la prose
que je fais directement
mais pour les poèmes
je fais un brouillon!
hélas, trop pressée de voir
ce que cela donne posé,
je continue parfois
si l'inspiration continue,
c'est le risque de la mauvaise
touche appuyée!
je ne me souviens que rarement
ou pas ce que j'ai ajouté!!!!

Merci à toi, bises Poly
Merci Poly, en ce moment ma muse est en panne, d'où ce petit écrit que j'ai ressorti d'un tiroir Belle journée Bisous