• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Et s'abaisse le voile

#1
Regarder le vide, ne plus voir le temps passer...
Penser au vide, fermer les yeux, et attendre...
Sauter dans le vide, de l'air frais avant de quitter...
Être vide, avant de n'être qu'un tas de cendre...

Ne plus rien ressentir, pas même l'envie de rire...
Ne plus pouvoir répondre, à la question du pourquoi...
Ne plus supporter, de ne pouvoir être ivre...
Ne plus comprendre, d'où vient mon désarrois...

Chuter, et voir image par image son histoire...
Chuter, et avoir au final un dernier regret...
Chuter, et lâcher des sanglots dérisoires...
Chuter, être à son périgée Et accepter...

Allongé au sol, et contempler le ciel...
Allongé au sol, lire le dessin des étoiles...
Allongé au sol, et se sentir immatériel...
Allongé au sol, dormir... Et s'abaisse le voile.​

Sûgo Tanaka
6 Novembre 2019​
 
#2
Un état de conscience
fait le bilan avec déception
à la clé! laisse une tristesse infinie
avec grande fatigue dont tu n'es
plus maître!
et trotte en tête le sombre de la vie!
l'orage des derniers moments que l'on s'imagine!
L'imagination les dessine du plus faible au plus fort
de l'instant!

"Dormir, pour tout oublier, en finir, ne plus m'éveiller! "
dans le temps étaient mes dernières pensées,
comme toi!

Mais non, tu passeras ce gros cap
malgré la saison qui n'apportera qu'un pâle soleil!
Il faut que tu sortes, voir des amis, être entouré
pour quitter cet état neurasthénique!

Avec courage, tu peux y arriver en discutant avec
une âme de confiance! Fais toi aider!

Continue à nous dire!

Amicalement, Polymnie2
 
Dernière édition:
#6
Un état de conscience
fait le bilan avec déception
à la clé! laisse une tristesse infinie
avec grande fatigue dont tu n'es
plus maître!
et trotte en tête le sombre de la vie!
l'orage des derniers moments que l'on s'imagine!
L'imagination les dessine du plus faible au plus fort
de l'instant!

"Dormir, pour tout oublier, en finir, ne plus m'éveiller! "
dans le temps étaient mes dernières pensées,
comme toi!

Mais non, tu passeras ce gros cap
malgré la saison qui n'apportera qu'un pâle soleil!
Il faut que tu sortes, voir des amis, être entouré
pour quitter cet état neurasthénique!

Avec courage, tu peux y arriver en discutant avec
une âme de confiance! Fais toi aider!

Continue à nous dire!

Amicalement, Polymnie2
Pourtant les âmes de confiances autour de moi sont présente,
J'ai beau depuis peu avoir retrouver le sourire,
Il n'en reste pas moins que de sombre pensée me traversent.

"Dormir pour tout oublier, en finir, ne plus m'éveiller."
Pour moi le sommeil est effrayant, il est déjà une chute infinie,
Me menant je ne sais trop où
Entre les souvenir d'antan et mes milles et unes mort rêvée.

Amitiés,
Sûgo Tanaka
 
#9
c'est d'une infinie tristesse
tristesse encore accentuée par l'anaphore verticale
tu n'oublieras donc jamais ?


La vie pourtant offre d'autres chances
mais encore faut-il vouloir les saisir !
L'anaphore verticale comme la tristesse est récurrente,
Il est difficile d'oublier, d'ailleurs est-il possible ?
Que faudrai t'il à mon âme mon être pour renaître,
Je vous avoue chercher encore la réponse inexistante...

Des chances, j'en ai peu mais je tente de les saisir une à une,
Hélas les plus vitale d'entre elle se prenne d'un malin plaisir à me voir souffrir,
Torture sont chacune de ces tentatives et pourtant...

Amitié,
Sûgo Tanaka
 
#12
Je ne sais pq jm ton écrit...mais je l'aime.
Je pense soudain à mon ado,quand aux champs,dos au sol,je scrutais le ciel et voyais la vie...

Merci à vous!

dd
Merci de votre message, cela me touche beaucoup ^^

Une nostalgie avec parfois un brin de mélancolie n'est-il pas ?
Le ciel qu'il annonce beau ou mauvais temps paraît souvent être plus beau dans nos souvenir d'antan...
Alors de temps en temps il paraît bon d'y faire un saut et scruter de nouveau ^^
Les gens de nos jours oublient de plus en plus le ciel,
Lever la tête et contempler, se questionner, rêver...
C'est vrai, l'homme n'a-t-il pas déjà accompli sont rêve,
Celui de voler tel cette nuée d'oiseaux printanier,
Ou encore briller, tel tant d'astre à des années lumières de nous ?
Moi j'en rêve encore, de toucher la lune, voler de mes propres ailes,
Je regarde encore le ciel avec les mêmes yeux qu'hier ou demain n'auront jamais su ternir...

Merci à vous,

Et continuez de regarder là-haut,
Qui sais ?

Amitiés,
Sûgo Tanaka