• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Troubadour....

lilasys

Maître Poète
#1
Troubadour....


Accrochée à ton sanctuaire, soit-il fragile
Semer la joie dans tes rêves endormis
Avec douceur ma lèvre flâneuse, agile
Hasarde le baiser, sur la tienne en amie

Arrimer mes pieds aux tiens par habitude
Un seul survit, il me dorlote encore plus
L'amour n'est pas une équation, une étude
Une osmose où l'on joue deux cœurs à nus

Mon radiateur, colle moi telle ventouse
Le charme ne se démêle point, il est toi
Dans les bras de Morphée, je suis jalouse
Ce regard, d'un seul œil coquin, agit en roi

Toutes ces nuits où sous la lune pleine
Ornant la chambre, le lit de ses draps blancs
Je contemple ton visage, entre mots savants
Seule dans le silence, les mots coulent des veines.

LILASYS

5q4lv7zijhjkkllm.jpg
 

lilasys

Maître Poète
#11
Il y a ces maux que l'on dit pas que l'on dit plus....Pourquoi maudire le temps ?
Quand des amoureux n"ont pas le même pays ...On dit """on se fout des frontières """
Il y a des Frontières, des ravins, des tas de choses qui nous éloignent .....Mais c'est ainsi que souvent on n'a plus le choix ...
Alors je voyage, des allers des retours, des poses, des regrets, des colères, des douleurs, des doutes....
C'est à ces moments là où on est seuls....Personne pour nous tendre la main !!!!
Il me crie qu'il a besoin de moi, comme j'ai besoin de lui !! Mais comment faire ? Le reste .....Patati et patata

 

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#12
Trou balourd. (D’après Troubadour de Lilasys)

Décroché de son sang, j’erre, soit dit en passant,
Parsemer ma foi dans ses trêves endoloris,
En son bonheur, mon élève râleuse, plissant,
Hagarde de baisser, que ne retiennent les avis.


Dérider l’acier des mains par lassitude,
Un seul sursis, je sors et flotte jamais plus,
L'humour est une émotion sans platitude,
Un charme qui déjoue ma sœur en angélus.


Moi, gladiateur, décolle une petite farlouse,
L’attrait se mêle point par point, il est pour toi,
Entre les doigts d’une fée, elle devient arbouse,
Aux yeux, au seuil coquin, qui réagit en toi.


Tous les jours où sous ma plume, je peine,
Détournant l’ambre en dépit de ses bras blancs,
Le con trempe en son village, de maux, happant,

Seul, dans ma science des mots découlent pour reine.
 

lilasys

Maître Poète
#13
Trou balourd. (D’après Troubadour de Lilasys)

Décroché de son sang, j’erre, soit dit en passant,
Parsemer ma foi dans ses trêves endoloris,
En son bonheur, mon élève râleuse, plissant,
Hagarde de baisser, que ne retiennent les avis.


Dérider l’acier des mains par lassitude,
Un seul sursis, je sors et flotte jamais plus,
L'humour est une émotion sans platitude,
Un charme qui déjoue ma sœur en angélus.


Moi, gladiateur, décolle une petite farlouse,
L’attrait se mêle point par point, il est pour toi,
Entre les doigts d’une fée, elle devient arbouse,
Aux yeux, au seuil coquin, qui réagit en toi.


Tous les jours où sous ma plume, je peine,
Détournant l’ambre en dépit de ses bras blancs,
Le con trempe en son village, de maux, happant,

Seul, dans ma science des mots découlent pour reine.
J'adore , tes mots, ta présence invisible, tes pastiches font que je suis là....Te souviens- tu combien d'années , on s'amuse?
Je perds le fil, je perds le temps, je perds l'âge
Gros bisous à vous deux mes amies ...Au fait je dois un resto ....HIHIHI