• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

recit d'une histoire

melusine1106

Nouveau poète
#1
Ceci n'est pas un poème mais une lettre qui raconte mon histoire que je n'aurais sans doute jamais la courage d'en


voyer.
La première fois que je t’ai vue je suis tombé sous ton charme ; c’était il y a 6 ans mais le charme opère toujours. J’avais tout juste 13 ans tu en avais 20. tu m’étais interdit, toute l’histoire de ma vie tous les garçons qui me plaisent me sont interdits. Mais tu étais différent, pour toi je n’étais pas une gamine de 13 ans qui essayait de se faire un mec plus vieux pour faire bien devant les copines. La première fois que nos regards se sont croisés j’ai compris que sur toi aussi le charme avait opéré. Puis les mois on passé, on s’est cherché, on a douté, puis finalement tu m’as embrasse. Ca faisais un an que la magie avait commencé à faire effet mais on avait jamais osé. Notre histoire a commencé dans le plus grand des secrets, une fille d’à peine 14 ans avec un homme de 21 ans ça fait désordre. Mais très vite notre passion a été découverte. Contrairement a ce que j’avais pensé personne ne nous a jugé, du moins pas qu’on sache. Notre histoire pouvait alors vraiment commencer. Tout était idyllique, les petits mots d’amour, les gestes tendre, les regards complices, etc.… Et puis au fil des semaines je t’ai découvert sous un nouveau jour, tu étais très jaloux et possessif. Je me suis rendu compte que nous n’avions pas les mêmes attentes, tu parlais d’avenir, tu commençais même à penser à fonder une famille alors que moi je me sentais pas prêtes pour ma première fois, je voulais profiter de ma vie, de ma jeunesse. On se comprenait plus vraiment, je me sentais emprisonné. Malgré tout sa on s’aimait comme des fous, ça a duré quelques mois puis un jour je me suis dit que ça pouvait plus continuer comme ça. On a parlé, tu m’as surtout écouté, tu as respecté mon choix, on a beaucoup pleuré cette après midi là pis tu es parti. Quelques jours plus tard un ami m'a dit que j‘avais fait la plus grosse erreur de ma vie, je lui ai dis que non que pour que le moment j ‘étais malheureuse mais que j’allai surmonter ça. J’ai fini par y croire. Pendant plus de trois ans j’étais persuadé que notre histoire était finie, qu’on s‘était aimé qu’on s’était quitté comme ça arriva à plein de couple tous les jours. Quelques mois après notre séparation j’ai rencontre un garçon, il m’a tout de suite plus et je me suis dis que s’était lui qu’il me fallait. Au bout de quelques mois j’ai eu ce que je voulais et 3 semaines plus tard je me retrouvai dans son lit. Inconsciemment j’ai du vouloir éviter de recommencer la même erreur, j’ai sans doute eu raison vu que je suis toujours avec lui. Je vivais une très belle histoire, j’avais appris que tu avait retrouvé une copine, j ‘étais contente pour toi ça voulais dire que toi aussi tu avais tourné la page. Mais au bout d’un an tu es revenu dans ma vie comme on se prend un coup de poing dans la figure : tu allais être papa ! J’ai alors réalisé que je t’avais définitivement perdu mais aussi a quel point je t’aimais. On a continué à ce donner des nouvelles mais ne se voyant que très peu la plupart du temps par hasard comme le jour ou nous étions tous les deux en couple et toi avec ton bébé et que nos regards se sont croisé, j’ai cru revivre la première fois ou s’était arrivé. Pendant cette fraction de seconde j’ai lu tellement de chose dans ton regard. Jamais tu n'as avoué que toi aussi tes sentiments sont toujours la, ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Mais tu veux préserver ta famille, pas perturber ton fils. Tu as sans doute raison. Mas quand tu m’as appelé samedi tu m’as fais énormément de mal, pour toi les messages d’amour que je t’envoi ne sont qu’un appelle à baiser. Tu pensais que je ne voulais que ça. En transformant mon amour en simple histoire de cul tu m’a blessé comme jamais tu n’aurais pus l’imaginer. C’est alors que j’ai décidé de ne plus donner de nouvelle, maintenant je vais attendre en espérant que tu te rends compte a quel point je suis déchiré et que tu me demande pardon.