• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Rapsohun le bleu

Drakkar

Nouveau poète
#1
Ce fut le siècle ancien , tant sévère en fronts,
Bien avant que le beau coq Gol'hois chante,
L'humanité dispersée où rien ne tournait rond,
Il est bien arrivé.. Ce chevalier dont on vente,
Un courage chargé, la populace le louant de "bon".

Ces temps criaient la haine, où naquit Rapsohun,
Par un beau soleil et d'un ciel bleu savoureux,
Ce jour fut comme un rubis d'une dame à sa main,
Noble trésor, être ange, apparu pour rendre heureux

Ce grand jour de naissance, il en prendra ses couleurs,
De parures, et d'éclats, en habits bleu il fut et sera toujours,
Ainsi, rappelant la fraîche vue d'un ciel lors de sa naissance,
Aidé d'un noble sang, il ne fut point stupide ! Que de cours!
Philosophie, histoire, maniement des armes... Que de séances...
Quels visions... Nous, êtres d'aujourd'hui, il possédait les valeurs !

Ce chevalier prit le sanglot infâmes des combats. Nulles déroutes !
Son immense maniement des armes , ses forces de caractères,
Et son honneur fit de lui, l'aimé des Dieux.... Oh ! Nul doute !
Même si c'est affreux de se battre, il fallut des batailles sur terre,
Dans les champs et les maisons pour taire la puanteur coûte que coûte,
Des armées sombres du mal, des palais des morts, nuitamment l'air,
Pour notre peuple, les Wisigoh'hos. Ainsi plus d'enfer délinquant, on goûte,
Et goûtera à jamais, les influx de tendresse allumée d'une paix qui sert !

Ô Hunribonde ! Épée noire de l'idylle chevalier bleu,
Tu fis fuir les Outragens , armée du mal et du souffre,
Bains et toilettes rouge sang pour tout ceux,
Qui portèrent les toilettes des légions du gouffre !


Ainsi, les louanges actuelles comme une cour d'honneur,
Pour ton arme, le glaive noire ancien trouvé en Pykardie,
Syphilitique bataille, ou éperdu et blessé jusqu'à l'horreur,
Rapsohun le bleu, si jeune, se réfugiant loin des stupeurs,
D'une énième invasion des Outragens. Ainsi loin de l'incendie,
De l'armée Wisigoh'hos en déroute, il trouva un azur à cette heure,

Dans une grotte , loin des regards, il vit une lumière légère et folle,
Fouillant dans cette alcôve, au milieu d'un sombre déchirant,
Dardant les migraines de ses blessures, il trouva ainsi au sol,
Caché, perdu sous des pierres blanches, un fait surprenant,
Une épée taillée par d'énormes peines... Un coup de bolles !
Ses doigts glaçants d'un corps épuisé prirent Hunribonde ! Tu sens ?

Corps régénéré, effroyable blessures parties sans cicatrices, plus de peines !
Sa régénérance apportera sa combativité et le beau souffle du progrès,
Sa chaire, ses amours et son flux aux mieux... Tout cela dans ses veines !
Où les joies d'or réapparurent en ce jour. Un or des Dieux et de leurs gréés !

Charmant Rapsohun le bleu, ton chemin fut de croiser le fer,
Charmante Hunribonde, les diables noires Outragens mis à mal,
Charmant chevalier céleste, guerrier de Mars et de Jupiter,
Charmante harmonie de ces deux ! Un esprit frère non sale !

Oh ! Toi ! Seigneur Rapsohun ! Voici que ton âme, ta sagesse vole,
Au sein de l'ancienne Heuroppe tu apportas la victoire fière,
Visions célestes de rougissants combats qui furent et volent,
Sur cent mille lieux, tes victoires deviendront la belle ère,
Où les hordes du mal perdirent comme des croquignolent,
Sans eau salvatrice, végétale asséchée et privés de tout air !

Les coeurs de saletés des Outragens et leurs années de nausées,
Furent décimées par un chevalier hors pair et d'une épée faite des Dieux,
Buvez ! Avalez ces mots ! Bavez devant autant de bons hauts faits,
De Rapsohun le bleu. Jamais blessé ni fatigué ! Il rendit heureux !

Épée noire Huribonde, où chanta un paradis d'orage,
Agréable arme anti démon manié par Rapsohun le bleu,
Tu nous fit quitter les Wisigoh'hohs et devenir Gol'hois, l'âge,
D'une vie sans mal. Tes tueries ? Un enclos de jeux,
Où notre bien aimé chevalier nous a amené, comme un sage,
Bleu tunique, dans les plaines de la paix. On est heureux !

Christophe.
 

Legende

Nouveau poète
#2
Ouf!!! Wahouuuuuuuuuuu! Quelle envolée!! Un épique récit d'une invraisemblable richesse! Un mélange de conte et d'histoire vraie (tout ce que j'aime) qu'il me faudra lire et relire (avec grand plaisir) pour en saisir toute la substance Ton Rapsohun est un joyau, un merveilleux saphir serti dans le granit d'une flamberge magique!!! Wahouuu! Merci Christophe pour cet incroyable lecture.