• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Rapsohun le bleu et ses ennemis

Drakkar

Nouveau poète
#1
Armée d'Outragens ! Divisions effrayantes, sinistres et impassibles,
Dont les armes d'arbalètes, de canon pierre nous disent " souviens toi !"
Via les ruines de villes qui en sont marquées. Coeur de tant d'effrois !
Elles sont témoignages d'un ténébreux horizon passé. Elles furent cibles !

Des souvenirs dormant, d'un monde lointain, pratiquement défunt,
Le grand chevaliers bleu, tant aimé et connu, notre cher Rapsohun,
Tu nous lies avec tes actes et tes écrits arrivent tout comme un parfum,
Aromatique des profondeurs des ennemis que tu as combattu de tes mains.

Ils sont venus des terres de l'an fer, mais bon...Peu importe !
Il étaient des monstres musculeux, énormes, effrayants et ingénus !
L'infini désastre , aux pieds des Wisigoh'hos, s'ouvrant tel une porte,
Ouverte par l'oeil averti d'un général malfaisant Khâché tant connu...

Il disposait de l'armée la plus grande jamais vue à ce jour !
Il marcha sur nos morts, temps d'horreurs, avec ses régiments,
Tant de meurtres commis par ses élites Rhouges pourtant sourd,
Mais d'une vue saisissante et de gestes vraiment pas lents !
Ne pas oublier ses Chevaux-hiers apportant si vite le néant,
Dépassant toutes les vitesses inimaginables de la coure,
Et comment ne pas penser aux Hesspoires-Nuls béants,
Leurs armes de lances se mêlant à la lumière du jour...
Ceux-là étaient des lanciers hors pair avec beaucoup d'allant !

Ils avaient l'air de morts vivants soulevant à peine leurs tombeaux,
Les Outragens étaient composés également des hideux Fanthachins,
Soldats disciplinés mais d'une bêtise incroyable portant leurs flambeaux,
De tueries n'importe où... Même entre eux, ils arrivaient à chacun,
De se combattre, et même de se manger crû.... C'était pas vraiment beau...

Mais le haut général Khâché, prince de la tuerie, qui nous a fait du tort,
Possédait ses commandos, les Kraneverts, guerriers très affûtes,
Athlètes, hommes ou femmes, d'une armure verte jusqu'au bord,
Et ne possédant sur leurs cranes aucunes réelles beautés,
Car chauves et peint d'un vert capable de nous jeter le sort,
D'une immonde et incroyable peur qui nous poussait à se sauver...

Le maître du sombre possédait ses gardes du corps, les Malhuns,
Qui nous ressemblait tant d'aspects, à nous les Wisigoh'hos mortels,
Oubliés des Dieux face à ces parias maudits qui amenèrent le chagrin,
Nous fûmes damnés, somnambules face à eux et leurs appels,
A venir les rejoindre et s'allier à la terreur Khâchédienne pour être serein...
En tout cas, c'est ce qu'ils prétendaient... La réalité était moins belle !

Ainsi, les légions du Général Khâché étaient composées.... Tant de corbeaux...
Noirs compagnons d'infortunes, qui sans testaments nous amenaient à nos tombeaux....
 

Legende

Nouveau poète
#2
Pffffffffffffff!!!!!Mais qu'est-ce que je peux dire d'autre sinon que je suis atrocement jalouse de ton imagination!!!!!! C'est génial, intelligent, dôle et effrayant!!!
Epoustouflant!! Des milliers de Bravos.