• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Rapsohun le bleu et ses alliés

Drakkar

Nouveau poète
#1
L'histoire des Gol'hois a des écrits et secrets précieux,
Beaux livres et documents , des trésors de reliques,
Remplis, profonds de connaissances pour nous...Ô cieux !
Mais le passage des Wisigoh'hos est si mélancolique...

Rapsohun le bleu, homme doux et sage, nous passe d'un hiver,
Sanglant des Outragens à notre été de vie d'aujourd'hui sans brume,
Ces souvenirs lointains sont notifiés et permettent de nous élever,
On lit, on enseigne, et brûlons la méconnaissance. On la fume...

Mais, voici la question, qui versa tant d'héroïsme pour nous les citadins,
De ce jour ? Qui sont ces soldats qui reposent dans nos jardins ?
Pourquoi nos musées ont tant d'armes de fer et de cuivre ?
Ainsi, je vais vous raconter ces hommes lumineux. On les fera revivre...

A la droite de Rapsohun, se trouve le combattant et prince Rhomain,
Qui possédait tant de divisions entières d'hommes valeureux...
Des fantassins, des arbalétriers, des chevaliers... Braves hommes de main,
Ils ont ensanglanté l'armée de Khâché. Ils n'étaient point peureux.

A la gauche de notre chevalier bleu, Gréche la belle et douce mais vaillante,
Amante de Rhomain aussi bien en amour qu'aux combats, leurs duos,
En plein combat, donnaient la mort ou des blessures terriblement saignantes,
Cette jolie demoiselle possédait une petite armée. Que 10 000 têtes mais point sots !

Le principal allié fut le peuple du Basdos, dont le roi Farcecoeur, fut assassiné,
Par le maudit Khâché lors d'une "réunion pour la paix", au début de la guerre,
Nous ne possédons plus qu'à ce jour que des croquis de ce peuple pourtant aimé,
Mais qui nous a quitté lors de la dernière glaciation... Ils étaient comme des pères...
Ils furent notre élan... De petites tailles, mais au coeur généreux... Et grands guerriers !

Et comment oublier notre mage... Rhogrim... Oh oui ! Sa route vers Dieu,
Qu'il a su nous montrer et nous mettre sur sa voix. Aujourd'hui, on boit du vin,
On mange du pain de maïs et devenons des gens si gracieux....
Cela, sans sa sagesse, ses réflexions et sa méthodologie, nous n'aurions rien !

Tout ce groupe, ce monde et sans Rpasohon et Hunribonde que serions nous ?

Khâché et ses divisions... Et son épée blanche intitulée Massebruit. Où allions nous ?


Hunribonde, noire mais qui veilla sur les Wisigoh'hos agonisants,
Face à Massebruit, à la belle lame aiguisée et si blanche,
Nous étions à nous tous en nombre tellement insuffisant,
Le créateur nous aida de passer des ténèbres aux planches,
De la fabrication de nos villes en bois puis en murs, allant,
Des sinistres guerres à la grande paix mais avec le manche,
De nos glaives et de nos volontés. Tout cela fut si troublant...
 

Legende

Nouveau poète
#2
Encore, Encore,encore!!!!!!! Genial, faramineux, fantasmagorique....Un langage hors du langage pour un conte sans pareil....J'adore!!!
 
#3
décidément, j'adore ce détournement de l'histoire. on est dépaysé sans vraiment l'être. c'est une idée géniale.