• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Quand le ciel tombe sur la tête !

lilasys

Maître Poète
#1
Quand le ciel tombe sur la tête !

Le temps passe et ton coin marbré me meurt
Soliloque avec cette stèle muette pour l’éternité
Ce nom mêlé en lettres dorées sur le dormeur
Cet homme, dont certaines jouent la battée !


Ma discrétion est telle qu’à l’aube de ce jour
Les reproches tombent comme une guillotine
On n’interdit personne d’écrire ce profond amour
Ma poésie est jugée sans procès à la chevrotine


Quand le ciel tombe sur la tête mon Manu
Le cœur se gonfle d’un mépris sans usure
Tes maux sont là dans mon esprit pur et nu
A ton nom l’ange, mon silence est leur morsure


Sans famille depuis ton départ, j’écris la douleur
Toi qui est à jamais ancré dans mon existence
Elles veulent savoir ce qui en moi, est sauveur ?
Le fait d’oublier les commères sans consistance


Je fais ma vie loin, leur réincarnation du mal, trahison
Je suis toujours la même sans un point de bassesse
Mal à retenir nos secrets au fil de notre ultime conversation
Leur apprendre l’éducation lors de la dite Sainte messe


Ton univers, net est effacé de ce monde de jaloux
Tous tes rires, photos, même ta joie de vivre avec l’élève
Estompée ta vie, tes copains d’abord ? Glou, glou !
Je t’aime à jamais, je défendrais mes mots au glaive


Je ne demande rien, j’aspire à cette colombe paix
Celle qui est mon droit de vivre entre tes lignes
Je reste, athée religion face à ces trousses pets
Et ignorer leur psaume, croix balancée fort indigne


Manu tu venais de partir, j’ai choisi le portillon
Celle qui ne cherche pas à suivre les moindres gestes
Pas curieuse pour un sou, mais tu connais la cendrillon
Contente dans ma suie, dépoussière d’un balai leste


L’insonorité est reine dans ce qui se dit patient
Mais il faut, ta grandeur, ta force surhumaine
Je suis restée seule entre ces pince-culs vivants
J’ai le cœur en miette et j’ignore la haine ….


A mon frère défunt du plus profond de mon AMOUR

Ta soeur Lola ....LILASYS

J’ai écris très peu pourtant, mais ça dérange !
Désolée je poursuis encore mes pensées
Si Dieu est ! Qu’il confesse ces dérangés du casque….Ciel
L’ECRIT fait vivre ceux qui nous lâchent la main pour toujours
Surprise de ma belle soeur et d'une nièce


Les envahisseurs ne s'expriment pas en face... Il y a Messenger pour ça...Vraiment trop bas
Sans réponse de ma part, je reste dans le respect ...


LILASYS

images (90).jpg

 
Dernière édition:

lilasys

Maître Poète
#8
Prête-moi ta main mon ange !

Il mijote son départ dans un étrange silence
Dans ce brouhaha sourd de soutiens idiots
Mais qui sait ce que pèse cette balance ?
Sa vie se dérobe, son horizon ? Un tas d’asticots

Il condamne son discours d’un mensonge
Les nombreux paparazzis agrafent sa photo
Il traîne ses mots, il voyage dans un songe
L’agonie prie la faucheuse, vogue le bateau

Ses yeux absents n’ont de porte parole
Cultive sa mise en bière sans goutte dit vin
Et puis son regard s’accroche, telle banderole
Sur ce regard qui ne ment, transpire en vain

Il a creusé sa tombe pour certifier sa morsure
Choisi son marbre et l’épitaphe porte son nom
Coudoyé ses futurs voisins dans sa blessure
Ce génie mord languide, à l’affût du tir de canon

Qu’il est long ce temps où tout s’observe
De son crâne chauve à la pointe de ses pieds vieillis
Couvrez-moi cette larme indiscrète sous réserve
Je ne respire plus, sa dignité cloue les cris

Il est mon Frère, mon salut, l’aventure
Où va-t-il quérir ce masque qui déguise le noir ?
En ce deuil fardé de couleurs sous son armure
Ce professeur tant aimer, devise, offrir son savoir

Il contemplait ses élèves, une addiction dans sa vie
Je me souviens encore son premier cours
Sous son costume palpitait le cœur et l’envie
Tout ce qu’il analyse, même la sortie de secours

Les panards en éventail face à la mer divine
L’œil mi clos pour savourer le panorama
Il désirait finir dans une inconnue terre orpheline
Une lointaine retraite tournée en cinéma

Mais son œillade me contait la fin de la partie
Sa main lasse frictionnait la mienne avec attention
Du braille pour l’aveugle empruntant la sortie
Ne me laisse pas là ! Sans la moindre affiliation ……
LILASYS
 

lilasys

Maître Poète
#9
L'album photos ...

Je passe des heures à contempler ces images
Ces photos où beaucoup sont partis en voyage
Ces gens si chers aujourd'hui n'existent plus
Cette chair de ma chair qui devient inconnu


J'ai beau rire,J'ai beau encore et encore pleurer
Vous êtes nombreux mes amours à voyager
Aucune science ne raccommode mon cœur
Ce fil si fort qui arrive à faire mon malheur

J'ai beau me raconter les plus tendres histoires
Je ne vois que vos noms sur cette pierre noire

Pourquoi ce Dieu ne descend pas ici bas ?
Quelques mots pour réconforter mon émoi

Il n'y a pas une journée où une nuit
Où mes maux nagent au fond de mes cris
Je vous aime tant à travers cet horrible brouillard
Toutes mes larmes sur ces nombreux mouchoirs ....Et je vis

Les bleus du coeur !

LILASYS ...
 

lilasys

Maître Poète
#10
Mal.....
Q'importe la vie ,les rêves et le temps
Si tu n'es plus ici pour serrer ma main
Mon cœur est lourd il se meurt du tien
Les nuits blanches, les jours sont du vent ...
Q'importe ! le ciel si tu n'as pas d'ailes
Derrière ce brouillard, je ne te vois
Envole toi vers ce lieu dit éternel
Je ne peux que m'accrocher à ta foi...
Q'importe !la pluie si elle ne cache mes larmes !
Tous ces coups de fusil silencieux dans l'oubli
Plus rien ne calme la douleur ni les armes
Reste cette route sans toi, à présent sans vie
Q'importe! qu'importe!tous ces maux ,tous ces cris
Qui restent au fond de la gorge qui s'ennuient
Le recueil est fait de bouts de chandelle
Toutes celles qui brûlent ,vacillent ,cruelles !
Q'importe !qu'importe ! tous les dieux
Aucun grimoire ne me parle de tes yeux
Sur les miens j'ai posé le fard du deuil
Aussi noir que cette nuit où tu m'as oublié sur le seuil .


LILASYS...
 

lilasys

Maître Poète
#11
A mon frère

Il y a ces matins lourds de rêveries
Ces débuts de journée où tout est transparence

Au fond des yeux s'éclaire ce qui donne vie
Pour bien des malheurs que ne signe la chance

Il y a ces soleils qui ne réchauffent les os
Ceux qui crient de douleurs à chaque mouvement

Au clair d'un grand lac jusqu'au petit ruisseau
Se lavent les peines et tous les tourments

Il y a ces chants joyeux qui sonnent au printemps
Ceux qui poussent çà et là sur un parterre de fleurs

La nature revient à la vie comme le font nos cœurs
L'hiver s'endort, enfin tous le monde est impatient

Impatient de vivre , de mourir mais encore
De trier ce courrier entre toutes les nouvelles

Serré entre les doigts ce que fait la mort
Il est parti ce jour en battements d'ailes ...

LILASYS...
 

lilasys

Maître Poète
#13
Très beau partage que j'ai apprécié
Merci lola
Bises
Gaby
Merci Gaby , on me reproche d'écrire et de penser à mon frère et de les oublier.Elles ont pas besoin de moi, pas du tout . et ceci est à se tirer les cheveux
Si je vais les voir (je les connais très bien ) elles vont penser que je surveille leur vie. Manière de dire ""tu vois elle vient juste pour s'informer""
Si j'y vais pas (ce que je fais ) elles disent que je ne prends pas de nouvelles , c'est à double tranchant...Elles peuvent m’appeler puisque c'est si important ....La comédia del Arté dans toute sa splendeur ..
Mais mon frère savait lui en son regard et sa douce main qui caressait la mienne , il savait que je me ferais petite ...On changera pas ma façon d'être ...Durant la veillé de mon frère , j'en ai déjà assez vu ....
Bisous Gaby .
 

lilasys

Maître Poète
#14
Une dure réalité partagée je comprends pour moi c'est pire je n'ai plus de famille tant bien même qu'ils soient en vie ...amitiés bises Lilasys... Afficher la pièce jointe 18315
Le monde est ainsi et la famille est pire. Je me retrouve seule face à personne puisque j'ai des reproches par Messenger, comme une copine de loin.
Si ma présence est importante qu'elle me le fasse savoir ! Mais la vérité est toute autre, elles veulent montrer aux amis ""bouffent à tous les râteliers" que je suis celle qui vient contrôler leur vie ....Loin de moi cette idée...Mes problèmes sont si loin de ces idées malsaines ...J'écris si peu pourtant pour mon frère mais deux poèmes ont suffi et c'est cette excuse qu'elles ont trouvé pour effacer son post Facebook où je riais tant avec lui de son vivant et j'ai poursuivi après sa mort en posant le premier puis le second poèmes(ELLES ONT EFFACE SA VIE ENTIÈRE SA PERSONNE. SES RIRES.SES MÉDAILLES DE PÂTISSIER. TOUT ...Là où les vérités se disaient entre nous , avec toutes ses photos avec sa classe d'élèves ses trophées, son sacré don au triathlon, etc etc ',elles ont effacé toute sa vie ....J'ai rien dit . Alors j'ai reçu un message et là j'ai rien dis non plus .....Elles ont les manettes.Mais mon frère sait lui que vivre à travers internet est éternel, on efface pas celui qui aimait la rubrique ""retrouver ses copains d'enfance"" ils les a retrouvé, invité, heureux comme un grand enfant ....Tout est balayé d'un simple clic ...Et encore je dis rien, ai-je le droit de crier S.O.S non ! je le ferai pas c'est une question d'honneur , respect ... Il ne voulait pas l'effacer, comme il disait, c'est un peu de moi qui reste .......
Bisous Maria

869911HLFZ2n6hmykod961BJVzexmPo0EUI.jpg
 

lilasys

Maître Poète
#15
C'est du Pur et Dur !
La vérité dérange c'est certain
Bon courage ! bisous
Perceval Afficher la pièce jointe 18317
Merci Marc de ta gentille visite, j'écris peu sur mon frère parce que écrire est aussi une souffrance, ce rappel quotidien ...Mes parents décédés aussi j'écris mais les souvenirs remontent souvent ceux du jour de la mort et c'est insurmontable....Je poursuivrais l'écriture sur mes amours ...Il faut pas oublier leur passage sur cette terre .....
Je te soutiens dans cette dure épreuve que tu traverses....Un ami qui s'en va et là on se pose pas mal de questions ,,L'écriture parfois est capricieuse mais revient , je t'assure ....
Bisous au plaisir de te lire

747661wqUAjEmh449lvUZMQcSvnk5sXK9F.jpg
 

lilasys

Maître Poète
#16
Bon courage,j espere pour vous un bonheur intense puisé autour de vous,pas necessairement familial.
Bisou du coeur
Nayla
Je garde le courage pour élever ma fille, celle qui peut donner des leçons de vie même à moi !!
Ignore me dit-elle , ignore tous les gens nocifs et tu verra Maman que tu respires mieux
Elle me dit! ""Comme si tu savais pas le genre de personne qui aujourd'hui te juge...Pense à tonton Maman lui et toi s'était dingue l'amour avec vos jeux de mots que ces ignares ne comprenaient même pas , je comprends ta tristesse mais si elles sont courageuses, elles savent où te trouver, je les attends , moi aussi j'ai beaucoup de choses à dire sur la dépêche s'il le faut...
Merci Nayla pour cette visite, on a jamais assez d'ami, mais il y a des gens qui méritent d'être connus ..
Bisous
images (2).png