• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

pour écrire un bel alexandrin

LUZE

Maître Poète
#1
Pour un alexandrin il faut savoir couper
le vers au bon endroit, respecter les parties
qui doivent se compter en deux morceaux égaux
on obtient la césure et les deux hémistiches *

à moins que ne surgisse un e à la césure *o_O
dans ce cas il faudra pratiquer l’élision
écrivant à sa suite un mot avec voyelle *
la seconde étant là pour « manger » la première
l’hémistiche en ce cas doit être un peu plus long *
car ce « repas »se fait sur la syllabe sept
la sept devient alors syllabe de fusion
fondant la fin du mot et le début de l’autre

voila comment s’écrit un bel alexandrin:)
si vous avez compris appliquez la méthode;)




dans ces alexandrins j’ai élidé les vers marqués d’une *

mais les diérèses ne sont pas appliquées
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#3
si tu met un "e" à la césure et pratique l'élision
dans ce cas est ce que ça reste vraiment un bel alexandrin ?
partant du point de vue que cela est donné pour un poème classique? sinon pour du néo-classique et de pour de la poésie libre surement

je suis tatillon, je ne suis pas puriste mais justement j'aimerai savoir si pour un puriste la chose est valable
 
Dernière édition:

LUZE

Maître Poète
#4
Bien sûr que c'est un bel alexandrin quand il y a élision !

Victor Hugo mes deux filles

Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe,
L'une pareille au cygne et l'autre à la colombe, *
Belle, et toutes deux joyeuses, ô douceur !
Voyez, la grande soeur et la petite soeur
Sont assises au seuil du jardin, et sur elles
Un bouquet d'oeillets blancs aux longues tiges frêles,
Dans une urne de marbre agité par le vent, *
Se penche, et les regarde, immobile et vivant, *
Et frissonne dans l'ombre, et semble, au bord du vase, *
Un vol de papillons arrêté dans l'extase.
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#5
ok bien qu'on ne peut parler de Hugo de classique mais de "Romantisme" qu'on appellerai aujourd'hui "néo-classique" bien que, il y ai des différences,

j'avais mal compris ton exemple
oui élision mais pas enjambement sur l'autre mot donc
L'u/ne/ pa/rei/lle au/ cygn/ et l'autre à la colombe, *
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#7
non l'enjambement c'est quand un vers suit
sur le début d'un autre

néo classique Hugo ???
HOOO §§o_Oo_Oo_O
je ne parle pas d'enjambement du vers je me suis mal exprimé mais la non élision qui ferait lier les deux mots

pour Hugo,

"Aussi, parler de vers classique en citant Hugo relève-t-il du plus parfait contresens tant historique que littéraire. Le vers classique désigne le vers pratiqué selon un dogme littéraire délimité dans le temps, le vers romantique lui succéda. Le vers régulier désigne un vers soumis à des règles ; il a toujours existé, avec des adaptations selon les époques qui sont toujours allées dans le sens d’une sophistication de ces règles ; notons que si Hugo desserra le carcan de la césure et du vers, les romantiques demandèrent l’enrichissement des rimes et la fin des licences poétiques. Le vers classique n’est que le vers d’une période donnée, comme le vers romantique est le vers du XIXe siècle, mais tous deux sont des vers réguliers."

extrait des essais de Darius Hyperion
je te joins le lien
tout lire l'article pour mieux comprendre et pour se cultiver et s'instruire après pas d'accord avec lui sur sa position sur le néo-classique et le vers libre si tu lis

http://darius.hyperion.over-blog.com/article-le-vers-regulier.html
 

LUZE

Maître Poète
#14
Se penche, et les regarde, immobile et vivant, *
Et frissonne dans l'ombre, et semble, au bord du vase, *

EXEMPLE sur ces deux vers , penche est élidé avant la césure
et frissonne ne l'est pas , ce qui est correct car il n'est pas à la césure
 

LUZE

Maître Poète
#16
le e d'ombre est élidé par le e du et
les deux se fondent , c'est ça l'elision

Et/ fri/sso/nne/ dans/ l'om/bre, et/ sem/ble, au /bord /du/ vase, ça fait 12
 

LUZE

Maître Poète
#18
à moins que ne surgisse un e à la césure *o_O
dans ce cas il faudra pratiquer l’élision
écrivant à sa suite un mot avec voyelle *
la seconde étant là pour « manger » la première
l’hémistiche en ce cas doit être un peu plus long *
car ce « repas »se fait sur la syllabe sept
la sept devient alors syllabe de fusion
fondant la fin du mot et le début de l’autre

à lire et relire pour comprendre comment faire :)