• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Poisson d'Avril

H

Hugues

Guest
#1
C’était Ilya belle lurette
Et déjà je me souviens comme si c’était hier
Nous étions assis autour de cette table en verre
Les yeux perdus dans nos regards incessants
Le temps s’arrêtait sur ces instants
Que nos deux cœurs unis pour le présent
Admiraient sans s’ouvrir pour autant
Tes yeux brillaient de milles éclats
Ton sourire plein de mystères et de tendresse
Laissait apparaitre tes dents d’une blancheur immaculée
Ta robe aux couleurs d’arc en ciel
Reflétait dans cette salle à peine éclairée
Ton corps divin dont seul le Créateur à le secret
Tu souriais telle une Déesse
Et moi je t’admirais tel un valet
Cet instant éperdument beau
Jamais la vie ne m’a offert un si beau cadeau
Tu étais, au-delà de tous les mythes,
L’incarnation des mystères de la création divine
Quand je pris tes mains si molles si douces
Marquées par des durs travaux de ménage
Je sentis telle une sensation
Me ravissant de la terre pour me porter
Vers ce septième ciel imaginaire
Si le monde pouvait se résumer
En ce court instant que nous vivions
La vie aurait eu un sens d’être vécu
Ta voix auguste était rassurante
C’est la première fois que je te voyais
Pleine d’émotions et de sensibilité
Tu me regardais avec cet air
Dont toi seule a le secret
Cet instant, je l’ai repassé mille fois dans ma tête
Tu disais que tu m’aimais, et que j’étais gentille
Je ne sais pas si c’était vrai, mais j’appréciais
J’ai voulu te prendre dans mes bras
Pour sentir le battement de ton cœur
Et la chaleur de cet amour qui bouillonne en toi
Et puis Ilya eu cet appel de ta tante
Te demandant de rentrer à la maison
Dans le taxi qui nous ramenait,
Sur cette route qui s’allongeait au fil du temps
Je me sentais garder par ta présence
C’était le plus beau des voyages
Je voulais garder cet instant, arrêter la voiture
Arrêter le temps, tellement de choses
Que je voulais faire à la fois
Pourtant quand je m’éveillai, je me rendis compte
Que c’était un poisson d’avril…..