• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pascal le jardinier

#1
AU FIL DES SAISONS

Au mois d'avril, aurores claires
Fraîches senteurs des prés fleuris
Sentiers bordés de primevères
Charmants bouquets de myosotis
Réveil joyeux de la nature
Sous la caresse du printemps
Neige fondante en source pure
Viens reverdir les prés, les champs
Pascal le jardinier se tient en éveil
Il prend ses outils et va au labeur
En contemplant toutes ces merveilles
Dont lui seul en connait la valeur


Il observe une fleur couleur du ciel
Cachée dans l'or du blé au soleil de l'été
Et dans son voisinage, robe rouge vermeil
Le vif coquelicot lui offre sa gaieté
Il admire une étoile jetée dans les prés verts
Ses pétales frissonnent à la brise du soir
Les amoureux la cueille et d'un geste pervers
Cherchent dans ses pétales d'un grand amour l'espoir
Pascal le jardinier sait entendre leur langage
Il voit de ses mains fleurir tant de présages


Le ciel devient serein, tous les oiseaux crient
Au vent, au soleil, la joie de vivre en paix
Le mois d'août en passant a semé de l'or
Et septembre arrive jetant à ce décor
De blés murs et de grappes, ses premières ondées
La fraicheur de ses soirs, la rosée des matins
Pascal le jardinier regrette le départ de l'été
Mais il est si bien pour flâner en chemin
Cueillant les fleurs des champs tout le long du sentier
Après le dur travail, le voilà récompensé!!!


Il lui arrive parfois de fermer les paupières
Et de s'en aller rêver à ses années premières
Des souvenirs alors se plaisent à découler
Le film de sa vie et les beaux jours envolés...
Saison après saison, il aime dame nature
La discipline un peu mais jamais ne l'abime
Il reste simple, heureux et à l'air pur
Recherchant dans la beauté le salaire et l'estime


Puis au baiser de l'hiver se sont fanées les roses
Et leurs derniers boutons, pauvres fleurs non écloses
Pour garder leur teint pur font un dernier effort
Le givre vient glacer leurs pétales trop fort
Les faisant se courber, tristement vers la terre
Elles meurent les roses...belles fleurs printanières
Le jardin a perdu sa parure automnale
Le vent a emporté les tons d'or de vermeil
Et la neige en tombant de sa blanche tornade
A figé sur le sol les couleurs du soleil.


Mais l'hiver est là, purifiant la terre
Si fanées sont les fleurs et les grands arbres morts
Pascal le jardinier attend l'année nouvelle
Pour revoir s'éveiller la douceur éternelle
La vie n'est pas finie mais la nature dort....
Il range ses outils dans son modeste établi
Et ainsi reviendra le cycle infini


Tournent, tournent les aiguilles du temps
Pascal rêve déjà de reprendre ses instruments
Une bêche, un piochon, sécateur ou rateau
Il s'en ira le coeur déjà au boulot
Il imagine si bien le flot de verdure
La source qui se réveille en quittant le glacier
Porteuse vers la vallée de son eau si pure...
http://bouledeneige7457.spaces.live.com/