• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Partie 26

#1
On s'en alla vers l'allemagne je lui indiquait le chemin a prendre puis en 40 minutes à peu près on arriva à destination ...

C'étais les thermes de Baden-baden en Allemagne, un endroit ou tout le monde kifferai aller, des bassins d'eau chaude, froide, jacuzzi, sauna, hammam et j'en passe, on entra, et pris un pass 4 heures...

Donc on passa la quatres heures détendus, l'un a coté de l'autre, à kiffer, le jacuzzi (et oui uniquement le jacuzzi, monsieur voulait pas bouger).
Je m'assis sur lui, il mis ses bras autour de mon cou et on se détendais, pas de stress, zen attitude, et surtout il finissait sa nuit oui !!!

J'étais la avec mon Namoureu une fois de plus, la femme la plus heureuse au monde, il allait repartir ce soir et ca me fendait le coeur, il allait a nouveau me manquer, j'allai a nouveau etre déprimée, et tout recommencait, cette souffrance endurée a cause de cette putin de distance, je le voulais près de moi toujours, tout le temps...

Je commencais a me poser des questions, de savoir s'il ne fallait pas que je le présente a ma mère tout compte fait ? Si je voulais être avec lui il fallait alors que je prenne les choses en mains.. Mais une fois de plus cette histoire de "trop jeune" revenait me bouffer l'esprit...

Les quatres heures sont deja passées, le temps à ses côtés ne se compte toujours pas... Hop hop hop petite douche on se retrouve dehors, une fois sortie, il m'attendait déjà, il me pris dans ses bras et me dit :
Ali : C'étais trop kiffant ma chérie merci beaucoup, et ne compare pas ce que tu me donne à ce que moi je te donne, car de toi j'en reçois beaucoup plus...
Moi : Mon amour t'es trop mignon wallah, ce soir tu va repartir, je sais pas ce que je vais faire sans toi, je suis sii bien avec toi ...
Ali : Toi aussi tu va me manquer, je t'ai dis toi t'es ma Femme la vraie, c'est vrai que j'ai que 22 ans, mais El-hamdoulilaih j'ai la tête sur les épaules, je te veux toi et pas une autre...

Il était trooop, j'étais envoutée, love de lui, a fond sur lui, je le voulais, il me voulait mais pourquoi attendre ?...Se mettre des barrières toujours de cette manière, se braquer, je sais pas, je sais plus, j'en ai marre !!!!!

Je sais que c'est un bonhomme pret a assumer, un toit et toute une famille, j'en doute pas une seule seconde, mais on est jeunes, et s'il changerai d'avis ? On s'est connu sur msn tout de même ! Un endroit pas très sain, pour connaitre son futur ou sa future, mais après comme dit c'est le Mektoub et nous on y peut rien, sauf justement remercier Allah pour cette rencontre merveilleuse ....

On s'en alla vers la france il était deja presque 15heures quand on arriva, on alla rendre la voiture, puis on s'en alla manger.... Vers 16h15 on passa recuperer ses affaires à l'hotel, et on se dirigea vers la gare, il avait son train à 17h... Mon Namoureu allait etre fatigué, il travaillait le lendemain a 6h, et il faisait tout ça pour moi, que demander d'autre comme preuve d'amour ? On arriva a la gare et on se posa sur le quai de gare ...

Ali : Ma chérie, je sens que c'est avec toi que je veux etre, je sais que tu a peur parce qu'on t'a deja decue, mais je te promets devant Dieu que jamais tu sera deçue de ma part
Moi : Je l'espère, j'ai trop souffert, toi même tu sais, tu a ma confiance à toi de la préserver ...
Ali : T'inquiètes pas mon amour tu le regrettera jamais de ta vie (et il me fit un bisous tout délicat sur la joue) ...

Son train approche j'ai vécue la même scène il y a quelques jours, promis je pleure pas, promis je pleure pas, prom .. et merde je savais !!!
Ali : Ma chérie pleure pas on se revoit très très vite,..en essuyant mes larmes avec ses mains...

On s'embrassa, je lui fis un énorme calin, et je le laissa partir, partir à ses 600km, loin des yeux, près du coeur, Il me lance un dernier "on est un couple fort ma chérie" accompagné d'un clin d'oeil ...

Mais je m'en fou de ton clin d'oeil reste ici ou prends moi avec toi, et je continuais a pleurer sans grimacer, sans faire de bruit, les larmes coulaient seules comme si je m'étais mise d'accord avec mon cerveau pour rien laisser apparaitre ...

Le train s'en va, je suis mal, c'est comme si mon coeur se coupe en deux, et je perds une des deux parties, mon chéri, tu me manques deja, c'est quand que je te revois, mais reviens, reviens .......
 
#2
oooo cette separation c'est telle une dechirure ! Forte, être forte et avoir beaucoup de patience c'est tout ce que tu pouvais faire..