• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Partie 10

#1
D'après ce que disait Nabil j'ai a peu près réussit a comprendre la conversation et en fait Nabil lui a dis clairement :" écoute la tout de suite elle est a coté de moi je sais pas depuis combien de temps vous êtes ensemble mais pas autant qu'avec moi j'ai été son premier mec et je serai le dernier cette fille c'est ma femme cherche pas supprime son numéro d'accord ! " Et il raccrocha au nez

.. D'un coup mon coeur se brisa je savais pas ce que je ressentai de la haine peut être mais une chose était claire voir deux hommes se disputer pour moi c'étais hors de question j'étais loin d'être ce genre de fille ...

... Je me mis alors a pleurer sans trop comprendre pourquoi Nabil choqué ( il avait de nombreuses qualité et celle que je preferai était sa sensibilité )s'arrête se gare et me dis tout naturellement:
"Mais qu'est ce que t' a arrête de pleurer ne me fais pas ça sil te plais tu sais très bien que j'aime pas te voir triste"
Moi : "tu m'a fais souffrir pendant des mois que j'arrivais pas a m'y remettre et quand je commence a peine tu resurgi de nulle part, je suis pas un objet que tu déposes comme ça sur le coté puis que tu reviens chercher" Nabil: Mais wallah hbiba je m'en veux énormément je regrette tout ce temps, tout nos moments tes une fille bien c'est toi que je veux ! Et la il me pris dans ses bras ..........


Wahou j'étais si bien alors me laissant allée dans l'émotion je continua a pleurer dans ses bras il me carressa les cheveux me rassurera comme ça pendant 20 minutes Moi: Je veux rentrer maintenant Nabil
Nabil : Pas de soucis

En rentrant chez moi jetais perdue javais le cœur partagé choisir lequel celui que j'ai aimée pendant presque 2 ans ou l'inconnu que je connais virtuellement vu comme ça le choix est très facile mais vu du cœur c'étais une véritable souffrance j'etais plus que perdue et je m'endormi dans le doute avec des sentiments mélangés ...

Cependant une chose allait tout changer, une personne, un appel le lendemain matin ni de Nabil ni d'Ali c'étais