• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète, suite.

#1
Dans leur laboratoire, à Paris, Chatdore et Saturne attendaient toujours de nouvelles directives. Cela faisait déjà un long moment qu'ils n'avaient plus de nouvelles du Professeur Ourat.
En attendant, ils lisaient les articles de Loulou Lecurieux sur Voichat.
- Tu as vu avec quelle audace, ce journaliste de bas étage, salit mon frérot.
- Oui, et le pire, c'est que c'est Lolo qui le renseigne.
- Oui, on devrait lui faire un tour et appeler, Loulou pour qu'il face un article sur lui. Comme ça mon frérot serait vengé.
- Oui, ça, c'est une bonne idée, Saturne, mais que pourrions nous, lui raconter.
- Je n'ai pas plus d'idées que toi, Chatdore. Nous allons y réfléchir.
C'est dont à cet instant que quelqu'un frappait à la porte.
- Qui va là, entrez.
C'est alors qu'apparut une superbe chatte rousse. Elle avait un joli nœud en soie de Palmyre entre les deux oreilles et un collier avec des diamants.
- Bonjour, je suis Divine et on me dit que Pépère serait dans les parages.
Saturne était impressionné par la minette et il la regardait avec admiration.
- Écoute, belle minette, Pépère, c'est mon frère et il est actuellement dans l'espace. Il va bientôt rentrer là où nous habitons à la campagne.
- Oui, vous êtes de Mornay ?
Chatdore était très étonné que Divine sache où ils habitaient.
- Mais tu connais l'endroit où nous sommes nous autres ?
- Oui, et je sais que tu t'appelles, Chatdore.
- Mais comment, c'est possible.
- Hé bien, je t'ai vu une fois là-bas près de la cabane de la jument. Comment s'appelle-t-elle déjà, heu, oui, Cookie, Lolo me l'avait dit ;
Chatdore n'en revenait pas, Divine connaissait Lolo.
- J'étais simplement passé voir Pépère, mais il était en mission.
- Tu connais Lolo, je n'en reviens pas.
- Moi, je connais qui, Lolo, jamais entendu parler.
- Comment s'appelle-t-elle déjà, heu, oui, Cookie, Lolo me l'avait dit. C'est ce que tu viens de dire.
- Ha zut, bon tant pis, hé bien, c'est que Lolo était mon chamoureux avant qu'il ne soit avec Sybage. C'était le but de ma visite, je voulais dire à Pépère qui est maintenant mon meilleur ami de prendre soin de Fripouillet, notre enfant.
Saturne et Chatdore étaient époustouflés, Fripouillet était l'enfant de Lolo et Divine et il avait été raconté à Loulou qu'il était le fils illégitime de Pépère.
Chatdore savait à présent que dire à Loulou pour que Saturne ait sa revanche sur Lolo.
Le Pépère n'arrivait pas à faire retomber sa colère contre le poète.
- Une honte et ils m'appellent, fifilles à cause de ça, c'est une injustice.
Quand j'y repense, c'est vrai qu'au début de ma mission, il m'avait fait le tour. Oui, il m'avait pris pour une chatlumeuse et m'avait donné des médicaments pour les chaleurs. Peut-être qu'il pensait que j'éternuais des ventilateurs le bougre. Ne sait-on jamais avec ses crises de delirium villageoitesque. J'étais là depuis deux jours et n'avais mangé comme repas qu'un bol de cailloux et le bougre en a profité pour me la faire avaler par ruse.
- Il te l'a fait avaler de force ?
- Toc toc toc, il t'a fait croire que c'était une pilule au poulet, toc toc toc.
- Fle fle fle, il t'a mis en cage, comme on fait aux petites pattes, fle fle fle.
- Non mes amis, rien de tout ça. Le salopard a du vice dans le fond du verre, croyez moi. Et de l'idée dans la bouteille. Je me suis même demandé s'il n'avait pas lu l'avenir dans la lie de sa vinasse.
Oui, le soir, pour m'éloigner du gourbi, il avait mis de la musique. Il était sur chat tube et avait prétexté regarder un contenu pour adulte. Un reportage sur l'accouplement des bouteilles et l'insémination des fut en levure. Enfin une chose horrible où des gens embrassent de la vinasse avec la langue en faisant des nœuds à des ficelles pour se souvenir des bouteilles et des verres qui sont anonymes, ils s'appellent ça l'eau nomme logis (œnologie).
J'ai été dormir chez Cookie.
Au petit matin, mon ventre réclamait de la nourriture pour vitaminer mon intelligence.
J'étais à peine sorti de chez Cookie que je croise love saucisson avec la Dacia qui avait le toit enfoncé.
J'ai un petit service à te demander, voilà, j'ai cabossé ma voiture. Pourrais-tu me redresser les tôles de ma Dacia.
- Moi bon chatprince lui dit oui, malgré la faim qui me tenait. J'ai donc relevé le buffet et redressé les tôles.
Elle est ensuite partie et m'a laissé sur le terrain prétextant devoir aller prendre son service.
- Toc toc toc, mais alors cette histoire de pilule toc toc toc.
- Fle fle fle, elle avait peut-être du pain pour les petites pattes à aller donner , fle fle fle.
- Oui, donc, je suis parti voir ce que faisait le brontosaure des forêts de vinasse. Par la vitre, je le voyais siphonner un énorme bol de café qui semblait être un saladier.
- Dès le matin, tu bois un fût de vinasse que je lui aie dit, hé bien, on peut s'inquiéter de savoir dans quel état tu seras ce soir.
Par la fenêtre, je le vois téléphone en main en train de dire, la grosse tête à Pépère, puis j'entends sa moitié répondre, bon, je file. En fait j'avais mal compris, je compris plus tard que j'étais, la fifille.
- Vient mon gamin ça va, regarde, j'ai une assiette pour toi viens mon Pépère, qu'il me disait.
- Quelle mixture infâme vas-tu encore me servir de la purée de luzerne à la bouse de vache de Mars ou du vomi de soleil, tu ne changes pas soûlard des habitudes de la région.
Je n'en croyais pas mes moustaches, c'était du jambon coupé en morceaux et du blanc de poulet.
- Royal, ce n'est pas possible Chatryle Lignac maintenant, profitons de sa soûlographie, il n'a pas dû se rendre compte de ce qu'il t'a servi Pépère, que je me disais.
Arrivé au fond de la gamelle, je vois de la poudre rose qui était là, je me suis dit Pépère c'est des miettes et les ai mangé.
- C'est bien, tu as mangé ta pilule mon gamin, qu'il me lance.
- Je ne suis pas une femelle espèce d'oiseau d'élevage. Une pilule, non, on veut m'empoisonner pour me manger. C'est après que j'aie compris que le fameux, je file, elle disait en fait que j'avais une voix de fifille.

FB_IMG_1602854445449.jpg FB_IMG_1602854415971.jpg Screenshot_20201015_094222.jpg IMG_20201014_063443.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Dans leur laboratoire, à Paris, Chatdore et Saturne attendaient toujours de nouvelles directives. Cela faisait déjà un long moment qu'ils n'avaient plus de nouvelles du Professeur Ourat.
En attendant, ils lisaient les articles de Loulou Lecurieux sur Voichat.
- Tu as vu avec quelle audace, ce journaliste de bas étage, salit mon frérot.
- Oui, et le pire, c'est que c'est Lolo qui le renseigne.
- Oui, on devrait lui faire un tour et appeler, Loulou pour qu'il face un article sur lui. Comme ça mon frérot serait vengé.
- Oui, ça, c'est une bonne idée, Saturne, mais que pourrions nous, lui raconter.
- Je n'ai pas plus d'idées que toi, Chatdore. Nous allons y réfléchir.
C'est dont à cet instant que quelqu'un frappait à la porte.
- Qui va là, entrez.
C'est alors qu'apparut une superbe chatte rousse. Elle avait un joli nœud en soie de Palmyre entre les deux oreilles et un collier avec des diamants.
- Bonjour, je suis Divine et on me dit que Pépère serait dans les parages.
Saturne était impressionné par la minette et il la regardait avec admiration.
- Écoute, belle minette, Pépère, c'est mon frère et il est actuellement dans l'espace. Il va bientôt rentrer là où nous habitons à la campagne.
- Oui, vous êtes de Mornay ?
Chatdore était très étonné que Divine sache où ils habitaient.
- Mais tu connais l'endroit où nous sommes nous autres ?
- Oui, et je sais que tu t'appelles, Chatdore.
- Mais comment, c'est possible.
- Hé bien, je t'ai vu une fois là-bas près de la cabane de la jument. Comment s'appelle-t-elle déjà, heu, oui, Cookie, Lolo me l'avait dit ;
Chatdore n'en revenait pas, Divine connaissait Lolo.
- J'étais simplement passé voir Pépère, mais il était en mission.
- Tu connais Lolo, je n'en reviens pas.
- Moi, je connais qui, Lolo, jamais entendu parler.
- Comment s'appelle-t-elle déjà, heu, oui, Cookie, Lolo me l'avait dit. C'est ce que tu viens de dire.
- Ha zut, bon tant pis, hé bien, c'est que Lolo était mon chamoureux avant qu'il ne soit avec Sybage. C'était le but de ma visite, je voulais dire à Pépère qui est maintenant mon meilleur ami de prendre soin de Fripouillet, notre enfant.
Saturne et Chatdore étaient époustouflés, Fripouillet était l'enfant de Lolo et Divine et il avait été raconté à Loulou qu'il était le fils illégitime de Pépère.
Chatdore savait à présent que dire à Loulou pour que Saturne ait sa revanche sur Lolo.
Le Pépère n'arrivait pas à faire retomber sa colère contre le poète.
- Une honte et ils m'appellent, fifilles à cause de ça, c'est une injustice.
Quand j'y repense, c'est vrai qu'au début de ma mission, il m'avait fait le tour. Oui, il m'avait pris pour une chatlumeuse et m'avait donné des médicaments pour les chaleurs. Peut-être qu'il pensait que j'éternuais des ventilateurs le bougre. Ne sait-on jamais avec ses crises de delirium villageoitesque. J'étais là depuis deux jours et n'avais mangé comme repas qu'un bol de cailloux et le bougre en a profité pour me la faire avaler par ruse.
- Il te l'a fait avaler de force ?
- Toc toc toc, il t'a fait croire que c'était une pilule au poulet, toc toc toc.
- Fle fle fle, il t'a mis en cage, comme on fait aux petites pattes, fle fle fle.
- Non mes amis, rien de tout ça. Le salopard a du vice dans le fond du verre, croyez moi. Et de l'idée dans la bouteille. Je me suis même demandé s'il n'avait pas lu l'avenir dans la lie de sa vinasse.
Oui, le soir, pour m'éloigner du gourbi, il avait mis de la musique. Il était sur chat tube et avait prétexté regarder un contenu pour adulte. Un reportage sur l'accouplement des bouteilles et l'insémination des fut en levure. Enfin une chose horrible où des gens embrassent de la vinasse avec la langue en faisant des nœuds à des ficelles pour se souvenir des bouteilles et des verres qui sont anonymes, ils s'appellent ça l'eau nomme logis (œnologie).
J'ai été dormir chez Cookie.
Au petit matin, mon ventre réclamait de la nourriture pour vitaminer mon intelligence.
J'étais à peine sorti de chez Cookie que je croise love saucisson avec la Dacia qui avait le toit enfoncé.
J'ai un petit service à te demander, voilà, j'ai cabossé ma voiture. Pourrais-tu me redresser les tôles de ma Dacia.
- Moi bon chatprince lui dit oui, malgré la faim qui me tenait. J'ai donc relevé le buffet et redressé les tôles.
Elle est ensuite partie et m'a laissé sur le terrain prétextant devoir aller prendre son service.
- Toc toc toc, mais alors cette histoire de pilule toc toc toc.
- Fle fle fle, elle avait peut-être du pain pour les petites pattes à aller donner , fle fle fle.
- Oui, donc, je suis parti voir ce que faisait le brontosaure des forêts de vinasse. Par la vitre, je le voyais siphonner un énorme bol de café qui semblait être un saladier.
- Dès le matin, tu bois un fût de vinasse que je lui aie dit, hé bien, on peut s'inquiéter de savoir dans quel état tu seras ce soir.
Par la fenêtre, je le vois téléphone en main en train de dire, la grosse tête à Pépère, puis j'entends sa moitié répondre, bon, je file. En fait j'avais mal compris, je compris plus tard que j'étais, la fifille.
- Vient mon gamin ça va, regarde, j'ai une assiette pour toi viens mon Pépère, qu'il me disait.
- Quelle mixture infâme vas-tu encore me servir de la purée de luzerne à la bouse de vache de Mars ou du vomi de soleil, tu ne changes pas soûlard des habitudes de la région.
Je n'en croyais pas mes moustaches, c'était du jambon coupé en morceaux et du blanc de poulet.
- Royal, ce n'est pas possible Chatryle Lignac maintenant, profitons de sa soûlographie, il n'a pas dû se rendre compte de ce qu'il t'a servi Pépère, que je me disais.
Arrivé au fond de la gamelle, je vois de la poudre rose qui était là, je me suis dit Pépère c'est des miettes et les ai mangé.
- C'est bien, tu as mangé ta pilule mon gamin, qu'il me lance.
- Je ne suis pas une femelle espèce d'oiseau d'élevage. Une pilule, non, on veut m'empoisonner pour me manger. C'est après que j'aie compris que le fameux, je file, elle disait en fait que j'avais une voix de fifille.

Afficher la pièce jointe 31166 Afficher la pièce jointe 31167 Afficher la pièce jointe 31168 Afficher la pièce jointe 31169
Et bien on n'est pas triste avec Pépère
Merci pour ce partage journalier
Amitiés automnales
Gaby