• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite

#1
Dans sa cabane, Cookie n'en pouvait plus des histoires de Lolo.
Lucie était en admiration devant lui.
- Mon méga love Lolo tu es vraiment aussi fort que Pépère. Et tu connais aussi Saturne le frère de Pépère.
Il paraît qu'il fait des recherches sur le cacao minus actuellement.
- Oui, bien sûr, Lucie, c'est aussi un coéquipier qui m'a aidé dans pleins de missions comme par exemple la chasse des boas volant d'Amazonie qui terrorisaient la population en se déguisant en crocodile berceur de nourrisson.
- Des boas volants, hiiii, des crocodiles berceurs d'enfant, hiiii, ce chat est drogué, hiii.
- Tu m'intrigues Lolo, raconte nous cette histoire.
- Oui, je suis aussi stupéfait que Toutblanc, qu'est-ce que c'est que cette histoire.
- Voilà, Grisou, déjà, il faut savoir que j'étais là-bas sous les ordres de Nicolas Culot qui avait dans un premier temps missionné Pépère.
Il ne pouvait pas y aller alors il a demandé à son frère d'y aller à sa place. Étant à l'époque l'agent préféré de Saturne, il lui proposa que je parte avec lui.
- Hiii, ne le croyez pas hiiii, il a fumé de la paille, hiii, chat drogué, ta fêlure du cerveau s'est encore ouverte, hiiii.
- Hiii, ne t'agite pas Cookie écoutons l'histoire de mon méga love Lolo.
Merci, Lucie, donc, j'avais pour mission de contrôler les gaz des pets produits par les hommes qui travaillent sur une chaîne de distribution de glaces qui fournissaient les habitants.
Les hommes et les femmes étaient éreintés par la chaleur.
Pour se refroidir ils buvaient de l'azote liquide et c'est comme ça qu'ils se transformaient en alambic et qu'ils faisaient d'horribles pets à longueur de temps.
Oui, à cette époque, Pépère, n'avait pas encore fait régler le thermostat du soleil par un professionnel agréé.
Dans les villages les femmes travaillant autant que les hommes aux usines de glace n'arrivaient plus à s'occuper de leurs enfants et ils étaient attaqués par des fleurs carnivores.
C'est ainsi que j'ai eu l'idée de dresser des crocodiles quand Saturne me demandait si j'avais une idée pour leur trouver de bonnes nurses.
Ainsi, grâce à nos compétences, les enfants ne craignaient plus rien.
Oui mes voilà les fleurs pour se venger avaient inventé à leur tour une race de boas ailés pour capturer les enfants et terroriser les crocodiles.
C'est ainsi que mon amie Lucie qui est là avec nous, fut intervenue pour les éloigner.
Il faut savoir que ces boas étaient allergiques au caca de cheval. Nous lui faisions manger de l'avoine avariée et du coup, elle faisait des cacas nauséabonds de partout.
Les boas étaient asphyxiés et le calme est revenu.Dans sa cabane, Cookie n'en pouvait plus des histoires de Lolo.
La pauvre jument prise à témoin par amitié pour Lolo fit un signe, oui, de la tête.
- Hiii, tu mens, hiii, jument droguée, hiii, tu as fumé la paille avec Lolo, hiii.
Le long du canal à Sancoins, le professeur Ourat avait moyennement apprécié qu'on le rabroue de la sorte.
Il regardait le président et préparait déjà sa riposte.
- Monsieur le Président, le fait de soulever un camion avec son cheveu ne fait pas de vous un héros.
- Peut-être, mais il fallait déjà le faire non.
- Oui, bof, moi j'ai soulevé une montagne pour sauver tout un pays, alors je ne suis pas impressionné.
- Une montagne vous, non mais c'est inimaginable.
- parfaitement le mont Ararat lors d'un séjour en vacances.
- C'est très étonnant, j'aimerais bien en savoir plus.
- Hé bien voilà, j'étais en vacances dans la ville, d'Artachat qui tient son nom au fait que les habitants, là-bas, ont des oreilles de chat. Oui, vous avez bien entendu, des oreilles de chat. Ces habitants, moitié turc et Arménien sont des peuplades préhistoriques qui n'ont pas évolué sur le plan morphologique. Malgré tout, ils sont comme vous et moi, très modernes dans leurs comportements et activités.
C'est alors que la Turquie fut contaminé par un terrible virus. Celui-ci du nom d'onglus-purusus était redoutable.
Il transformait les ongles des pieds et des mains en une roche extrêmement lourde la Tantalite. C'est ainsi que ce virus par contamination alourdissait de quinze kilos chaque membre du corps.
Ainsi lestés de soixante kilos, les pauvres ne pouvaient plus rien faire.
C'est ainsi que j'ai eu l'idée pour le combattre de l'attirer sous le mont Ararat. L'idée était simple, disposer sous la montagne de l'ongle humain pour l'attirer. C'est ainsi que nous avons prélevé les ongles des bête tuées aux abattoirs et nous les avons mis sous la montagne que j'ai soulevé à l'aide de mes bras.
Ensuite, grâce à un appât de mon invention, j'ai attiré le virus qui s'est précipité sous le mont Ararat. Malheureusement, j'ai été contaminé par le virus qui passait sur moi pendant que je soulevais la montagne. Mes moins se sont mis à peser des centaines de kilos.
J'avais prévu le coup et j'avais un antidote, mais pas que ça. J'avais aussi sur moi un élixir barbeux. C'est ainsi qu'après avoir donné à ma barbe cet élixir que j'ai lâché la montagne. Le virus était déjà en train de crier hourra, mais il n'avait pas prévu que je puisse soulever encore plus la montagne avec ma barbe. Une fois toute la colonie d'onglus-purusus en dessous je l'ai relâché d'un coup et le virus était enfin éradiqué.
Ensuite un de mes assistants m'a administré l'antidote pour soigner mes pauvres, mais qui pesaient au moins deux cents kilos.
Alors, bleu, ça te bouche le caquet ça, alors ton camion d'un cheveu à côté de ça c'est une galéjade.
Pépère dans sa soucoupe n'était plus très loin de reprendre du service à son poste de pilotage.
Il partit discrètement un instant pendant que Pêcheur faisait des réglages.
Il se mit contre le pupitre derrière eux et sortit la publicité du musée de la viande dans son chatventre.
Installé contre la paroi, il admirait les images et salivait à l'avance.
Les deux pattes avants jointes, il priait la sainte côtelette et le saint poulet.

Notre Sainte, côtelette
Qui êtes encore sur terre
Priez pour le pauvre Pépère
Qu'il puisse vous faire fête,

Faite que je passe vous voir
Et que je terrasse l'ambre noire
Je ferais pour vous ma toute belle
Demain en rentrant ériger une citadelle,

Notre Saint René
Qui êtes peut-être vexé
Que Pépère ne soit pas passé
Au chevet de votre atelier,

Je vous promets mon Dieu
Saint René de dire adieu
À ma sainte politesse
Et faisant de rudesse,

Que votre crime perfide
De l'écrivain rigide
Qui boit du café salé
Soit ainsi vengé,

Toutes ses belles bouteilles
Dans de grandes poubelles
Je les jetterais, Sainte, côtelette
Et je vous ferais la fête,

Love colis de la gendarmerie
Verra arrivant sur la prairie
Les cadavres de verre
De la vengeance de Pépère,

Notre Sainte, côtelette
Qui êtes encore sur terre
Priez pour le pauvre Pépère
Qu'il puisse vous faire fête,

Faite que je passe vous voir
Et que je terrasse l'ambre noire
Je ferais pour vous ma toute belle
Demain en rentrant ériger une citadelle,

Screenshot_20200914_160358.jpg IMG_20200914_160334.jpg Screenshot_20200914_160319.jpg serpent-à-ailes-15750372.jpg turquie-le-mont-ararat-le-volcan-aux-neiges-eternelles.jpg
 
#2
Dans sa cabane, Cookie n'en pouvait plus des histoires de Lolo.
Lucie était en admiration devant lui.
- Mon méga love Lolo tu es vraiment aussi fort que Pépère. Et tu connais aussi Saturne le frère de Pépère.
Il paraît qu'il fait des recherches sur le cacao minus actuellement.
- Oui, bien sûr, Lucie, c'est aussi un coéquipier qui m'a aidé dans pleins de missions comme par exemple la chasse des boas volant d'Amazonie qui terrorisaient la population en se déguisant en crocodile berceur de nourrisson.
- Des boas volants, hiiii, des crocodiles berceurs d'enfant, hiiii, ce chat est drogué, hiii.
- Tu m'intrigues Lolo, raconte nous cette histoire.
- Oui, je suis aussi stupéfait que Toutblanc, qu'est-ce que c'est que cette histoire.
- Voilà, Grisou, déjà, il faut savoir que j'étais là-bas sous les ordres de Nicolas Culot qui avait dans un premier temps missionné Pépère.
Il ne pouvait pas y aller alors il a demandé à son frère d'y aller à sa place. Étant à l'époque l'agent préféré de Saturne, il lui proposa que je parte avec lui.
- Hiii, ne le croyez pas hiiii, il a fumé de la paille, hiii, chat drogué, ta fêlure du cerveau s'est encore ouverte, hiiii.
- Hiii, ne t'agite pas Cookie écoutons l'histoire de mon méga love Lolo.
Merci, Lucie, donc, j'avais pour mission de contrôler les gaz des pets produits par les hommes qui travaillent sur une chaîne de distribution de glaces qui fournissaient les habitants.
Les hommes et les femmes étaient éreintés par la chaleur.
Pour se refroidir ils buvaient de l'azote liquide et c'est comme ça qu'ils se transformaient en alambic et qu'ils faisaient d'horribles pets à longueur de temps.
Oui, à cette époque, Pépère, n'avait pas encore fait régler le thermostat du soleil par un professionnel agréé.
Dans les villages les femmes travaillant autant que les hommes aux usines de glace n'arrivaient plus à s'occuper de leurs enfants et ils étaient attaqués par des fleurs carnivores.
C'est ainsi que j'ai eu l'idée de dresser des crocodiles quand Saturne me demandait si j'avais une idée pour leur trouver de bonnes nurses.
Ainsi, grâce à nos compétences, les enfants ne craignaient plus rien.
Oui mes voilà les fleurs pour se venger avaient inventé à leur tour une race de boas ailés pour capturer les enfants et terroriser les crocodiles.
C'est ainsi que mon amie Lucie qui est là avec nous, fut intervenue pour les éloigner.
Il faut savoir que ces boas étaient allergiques au caca de cheval. Nous lui faisions manger de l'avoine avariée et du coup, elle faisait des cacas nauséabonds de partout.
Les boas étaient asphyxiés et le calme est revenu.Dans sa cabane, Cookie n'en pouvait plus des histoires de Lolo.
La pauvre jument prise à témoin par amitié pour Lolo fit un signe, oui, de la tête.
- Hiii, tu mens, hiii, jument droguée, hiii, tu as fumé la paille avec Lolo, hiii.
Le long du canal à Sancoins, le professeur Ourat avait moyennement apprécié qu'on le rabroue de la sorte.
Il regardait le président et préparait déjà sa riposte.
- Monsieur le Président, le fait de soulever un camion avec son cheveu ne fait pas de vous un héros.
- Peut-être, mais il fallait déjà le faire non.
- Oui, bof, moi j'ai soulevé une montagne pour sauver tout un pays, alors je ne suis pas impressionné.
- Une montagne vous, non mais c'est inimaginable.
- parfaitement le mont Ararat lors d'un séjour en vacances.
- C'est très étonnant, j'aimerais bien en savoir plus.
- Hé bien voilà, j'étais en vacances dans la ville, d'Artachat qui tient son nom au fait que les habitants, là-bas, ont des oreilles de chat. Oui, vous avez bien entendu, des oreilles de chat. Ces habitants, moitié turc et Arménien sont des peuplades préhistoriques qui n'ont pas évolué sur le plan morphologique. Malgré tout, ils sont comme vous et moi, très modernes dans leurs comportements et activités.
C'est alors que la Turquie fut contaminé par un terrible virus. Celui-ci du nom d'onglus-purusus était redoutable.
Il transformait les ongles des pieds et des mains en une roche extrêmement lourde la Tantalite. C'est ainsi que ce virus par contamination alourdissait de quinze kilos chaque membre du corps.
Ainsi lestés de soixante kilos, les pauvres ne pouvaient plus rien faire.
C'est ainsi que j'ai eu l'idée pour le combattre de l'attirer sous le mont Ararat. L'idée était simple, disposer sous la montagne de l'ongle humain pour l'attirer. C'est ainsi que nous avons prélevé les ongles des bête tuées aux abattoirs et nous les avons mis sous la montagne que j'ai soulevé à l'aide de mes bras.
Ensuite, grâce à un appât de mon invention, j'ai attiré le virus qui s'est précipité sous le mont Ararat. Malheureusement, j'ai été contaminé par le virus qui passait sur moi pendant que je soulevais la montagne. Mes moins se sont mis à peser des centaines de kilos.
J'avais prévu le coup et j'avais un antidote, mais pas que ça. J'avais aussi sur moi un élixir barbeux. C'est ainsi qu'après avoir donné à ma barbe cet élixir que j'ai lâché la montagne. Le virus était déjà en train de crier hourra, mais il n'avait pas prévu que je puisse soulever encore plus la montagne avec ma barbe. Une fois toute la colonie d'onglus-purusus en dessous je l'ai relâché d'un coup et le virus était enfin éradiqué.
Ensuite un de mes assistants m'a administré l'antidote pour soigner mes pauvres, mais qui pesaient au moins deux cents kilos.
Alors, bleu, ça te bouche le caquet ça, alors ton camion d'un cheveu à côté de ça c'est une galéjade.
Pépère dans sa soucoupe n'était plus très loin de reprendre du service à son poste de pilotage.
Il partit discrètement un instant pendant que Pêcheur faisait des réglages.
Il se mit contre le pupitre derrière eux et sortit la publicité du musée de la viande dans son chatventre.
Installé contre la paroi, il admirait les images et salivait à l'avance.
Les deux pattes avants jointes, il priait la sainte côtelette et le saint poulet.

Notre Sainte, côtelette
Qui êtes encore sur terre
Priez pour le pauvre Pépère
Qu'il puisse vous faire fête,

Faite que je passe vous voir
Et que je terrasse l'ambre noire
Je ferais pour vous ma toute belle
Demain en rentrant ériger une citadelle,

Notre Saint René
Qui êtes peut-être vexé
Que Pépère ne soit pas passé
Au chevet de votre atelier,

Je vous promets mon Dieu
Saint René de dire adieu
À ma sainte politesse
Et faisant de rudesse,

Que votre crime perfide
De l'écrivain rigide
Qui boit du café salé
Soit ainsi vengé,

Toutes ses belles bouteilles
Dans de grandes poubelles
Je les jetterais, Sainte, côtelette
Et je vous ferais la fête,

Love colis de la gendarmerie
Verra arrivant sur la prairie
Les cadavres de verre
De la vengeance de Pépère,

Notre Sainte, côtelette
Qui êtes encore sur terre
Priez pour le pauvre Pépère
Qu'il puisse vous faire fête,

Faite que je passe vous voir
Et que je terrasse l'ambre noire
Je ferais pour vous ma toute belle
Demain en rentrant ériger une citadelle,

Afficher la pièce jointe 30828 Afficher la pièce jointe 30829 Afficher la pièce jointe 30830 Afficher la pièce jointe 30831 Afficher la pièce jointe 30832

Lol ste côtelette et St poulet
J'adoré
Merci Daniel pour ce partage
Amicalement
Gaby