• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
Les animaux le long de la mare étaient totalement perdus. Impossible d'avoir des nouvelles de Pépère. Lolo était inquiet pour Fripouille et s'en voulait de l'avoir entraîné vers ce faux Chatdore.
- Comment allons nous faire nous autres.
- Oui, c'est une catastrophe, tu as raison ma chatmoureuse, je n'aurais jamais dû lui dire de me suivre.
- Ne dis pas de bêtises, Lolo, c'est toi-même qu'aurait été kidnappé.
- Oui, tu as raison Isidore, mais je me sens responsable quand même.
Aie, sur quoi, je marche, tiens un livre, nous, n'avons pas ouvert une bibliothèque pourtant, nous autres.
- Je suis, suis sûr que mon chamoureux sauras se sortir de cette situation, n'oubliez pas qu'il a été formé par l'un des plus grands, même le plus grand des guerriers, Pépère.
- Oui, ne t'inquiète pas Avéame et puis son histoire sera diffusé dans mon émission, toutes griffes dehors. Fais voir ce livre, Lolo, qu'est-ce que c'est, que fait-il ici.
Lolo donna ce qu'il pensait être un livre à Isidore qui s'en saisit.
- Mais non ce n'est pas un livre, c'est le journal à Pépère, il l'a perdu dans les fourrés il y a deux jours.
- Whouaf, que dit-il sur son journal, whouaf.
- Hé bien, il raconte ses aventures et des histoires sur ses maîtres.
- Ah, oui, ça, on peut le dire, Lolo, regardez cette bande dessinée écrite de sa patte, chat chat chat.
Tous les chats, ainsi que Bibou se mirent en cercle autour d'Isidore et regardèrent la fameuse bd de Pépère.
Elle s'intitulait, les aventures de grandes dents et love saucisson.
La scène était sur le terrain du poète. Sa cabane était représentée comme une grotte faites avec des branchages. Devant brûlait un feu et un buffle tournait au-dessus.
D'un côté, était assis son maître. Il était représenté avec une chaîne autour du cou où était accroché un os démesurément grand. Il avait dans la main une cuisse de dinosaure qu'il était en train d'ingurgiter.
Sa maîtresse était en train de préparer des colis de saucissons. Elle les prenait dans une énorme boîte. Sur les côtés, des colis était écrit, pour Pépère. Elle était vêtue avec un uniforme de gendarmerie et avait un ceinturon où était écrit dessus, munitions. La cartouchière était dessinée en gros plan. Elle contenait des petite ampoules et une bulle, au-dessus, spécifiait, rhum. Dans l'étui du revolver, il y avait une fiole à moitié pleine.
Son maître mangeait sa cuisse de dinosaure et sa maîtresse, faisant ses colis, se mirent à parler.
Pépère était représenté derrière arrivant tranquillement.
- Qui va derrière nous, un animal de la forêt, miam, est-il comestible.
- Tu ne vas pas manger crapouillot, bois un verre de vin plutôt, Gargantua.
- Tu as raison rhum, je vais faire comme ça. Mais que fais-tu au fait ?
- Les colis de saucissons pour Pépère.
C'est alors que Pépère arrivait devant sa maîtresse lui disant.
- Ça va ma love maîtresse que j'aime, je t'aime, je t'aime, attention à ma rétine, je ne tiens pas à consulter un rétinien.
Que faites vous ?
- Tu sens mauvais fifille va chercher ton savon.
Et son maître se leva, criant, concours de dents.
C'est alors qu'il vit qu'ils avaient tous les deux des dents énormes et ils mangeaient devant lui ses saucissons. Lui était à côté regardant ses maîtres. Une bulle représentait les dents qui faisaient, miam, miam, Pépère tu n'en auras pas, miam.
Puis sur les image suivant, Pépère était représenté en juge d'instruction et leur disait, vous êtes condamné à cent ans de prison pour maltraitance animale envers le chat le plus populaire au monde.
Tous les chats rigolaient de la bd de Pépère.
À Mornay, le brigadier Tatouvu était toujours à la recherche du Père Mike et longea le champ à Cookie en faisant très attention. Il rentra sur le terrain du poète et partit vers le hangar.
Le poète était sorti pour voir ce qui se passait sur la plate-forme. Il lui semblait avoir écouté un chat gratter la porte. Effectivement, c'était petit chat qui était là et ayant entendu le brigadier s'était caché derrière la cabane. Petit chat en se sauvant à l'approche du brigadier avait renversé une étagère où étaient rangées dessus des bombes de peinture automobile. Le poète était donc en train de les remettre en place quand surgit en parlant tout seul, le brigadier. Le poète fut surpris et se retourna pour voir de quoi, il en retournait de ce monologue improbable en ce lieu. Voyant le brigadier, il lui dit assez sèchement.
- Hé bien, il ne faut plus se gêner, que cherchez-vous ici ? Si c'est des bouteilles de vin, il me semble qu'ils n'y en aient pas non, je vous reconnais vous êtes Tatouvu.
- Ha, bon, comme ça, tu connais Tatouvu, attention mon gaillard la complicité d'enlèvement est un délit, où est le père Mike.
- Mais vous racontez n'importe quoi mon pauvre, qu'est-ce que c'est que cette histoire.
C'est un terrain privé ici, ça aussi, c'est un délit, vous ne le savez pas en tant que gendarme.
- Je fais ce que je veux, la loi, c'est Tatouvu et je cherche le père Mike.
- S'il vous plaît, laissez moi ranger et partez de cette propriété.
- Oui, oui, oui, je vois, tu veux m'embrouiller et qu'est-ce que tu ranges ça ressemble à des fioles d'alcool.
- Pas dû tout, c'est des bombes de peinture automobile.
- De la peinture automobile, j'ai compris, c'est donc toi, le capot blanc, ton compte est bon mon gaillard, pollution visuelle, quatre-vingts-dix euros d'amende.
Le brigadier laissa au poète, car il entendait la jument s'agiter.
Pendant que Choûanne, Leïlanne et Liettuje se reposaient Pépère amusait la galerie.
Devant lui, sa fille Coin-coin et Pêcheur.
- Toc toc toc, tu es sacrément costaud, toc toc toc.
- Fle fle fle, tu pourrais combattre une armée de t-rex, fle fle fle.
- Hé bien, oui Coin-coin et je connais bien cette espèce puisque j'en ai même créé figurez-vous, vous autres.
- Toi mon papa, tu as créé des dinosaures.
- Oui, ma fille laisse moi te l'expliquer. Un jour Steven Spielberg en manque d'inspiration cherchait vainement une idée. À l'époque, j'étais chef d'un laboratoire aux États-Unis qui travaillait sur le séquençage ADN. Donc un ami commun à Steven lui parle de moi et il était venu me voir. Il me dit Pépère, gloire des États-Unis pour services rendus à la nation lors du onze septembre, avez vous une idée. Bien sûr, lui disais-je si nous faisions un film sur les dinosaures. Oui, me disait-il, mais ça demande des recherches. Mais non lui disais-je, j'ai travaillé au crétacé et au jurassique durant des années pour Darwin. Alors je connais parfaitement le comportement de chacun. Nous avons donc écrit ensemble, Jurassic Park. Ensuite, je suis retourné à mes travaux. Un jour, il m'appelle, salut Pépère ça va, bien, tranquille, veux-tu voir nos essais avec des animaux de synthèses et en carton. J'y vais donc et comme moi, il me dit, c'est vrai qu'ils ne sont pas très réalistes. Des vrais seraient beaucoup mieux. Malheureusement, lui dis-je, je ne peux pas chatlauréanner une équipe de tournage au crétacé et jurassique, car Nicolas m'a interdit de polluer cette époque. Greee, comment faire, si seulement un génie était capable de nous recréer de vrais dinosaures avec leurs adn cela serait merveilleux. Pas de soucis, tu as ce génie devant toi, Pépère, et j'ai créé les animaux pour le film qui ont été ensemble cryogénisés dans des caissons et ensuite été envoyé sur Mars après le tournage.
Hé bien, oui, ne cherche pas ailleurs, je suis le meilleur ma fille.
Screenshot_20200731_162750.jpg Screenshot_20200731_162727.jpg istockphoto-1137985756-1024x1024.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Les animaux le long de la mare étaient totalement perdus. Impossible d'avoir des nouvelles de Pépère. Lolo était inquiet pour Fripouille et s'en voulait de l'avoir entraîné vers ce faux Chatdore.
- Comment allons nous faire nous autres.
- Oui, c'est une catastrophe, tu as raison ma chatmoureuse, je n'aurais jamais dû lui dire de me suivre.
- Ne dis pas de bêtises, Lolo, c'est toi-même qu'aurait été kidnappé.
- Oui, tu as raison Isidore, mais je me sens responsable quand même.
Aie, sur quoi, je marche, tiens un livre, nous, n'avons pas ouvert une bibliothèque pourtant, nous autres.
- Je suis, suis sûr que mon chamoureux sauras se sortir de cette situation, n'oubliez pas qu'il a été formé par l'un des plus grands, même le plus grand des guerriers, Pépère.
- Oui, ne t'inquiète pas Avéame et puis son histoire sera diffusé dans mon émission, toutes griffes dehors. Fais voir ce livre, Lolo, qu'est-ce que c'est, que fait-il ici.
Lolo donna ce qu'il pensait être un livre à Isidore qui s'en saisit.
- Mais non ce n'est pas un livre, c'est le journal à Pépère, il l'a perdu dans les fourrés il y a deux jours.
- Whouaf, que dit-il sur son journal, whouaf.
- Hé bien, il raconte ses aventures et des histoires sur ses maîtres.
- Ah, oui, ça, on peut le dire, Lolo, regardez cette bande dessinée écrite de sa patte, chat chat chat.
Tous les chats, ainsi que Bibou se mirent en cercle autour d'Isidore et regardèrent la fameuse bd de Pépère.
Elle s'intitulait, les aventures de grandes dents et love saucisson.
La scène était sur le terrain du poète. Sa cabane était représentée comme une grotte faites avec des branchages. Devant brûlait un feu et un buffle tournait au-dessus.
D'un côté, était assis son maître. Il était représenté avec une chaîne autour du cou où était accroché un os démesurément grand. Il avait dans la main une cuisse de dinosaure qu'il était en train d'ingurgiter.
Sa maîtresse était en train de préparer des colis de saucissons. Elle les prenait dans une énorme boîte. Sur les côtés, des colis était écrit, pour Pépère. Elle était vêtue avec un uniforme de gendarmerie et avait un ceinturon où était écrit dessus, munitions. La cartouchière était dessinée en gros plan. Elle contenait des petite ampoules et une bulle, au-dessus, spécifiait, rhum. Dans l'étui du revolver, il y avait une fiole à moitié pleine.
Son maître mangeait sa cuisse de dinosaure et sa maîtresse, faisant ses colis, se mirent à parler.
Pépère était représenté derrière arrivant tranquillement.
- Qui va derrière nous, un animal de la forêt, miam, est-il comestible.
- Tu ne vas pas manger crapouillot, bois un verre de vin plutôt, Gargantua.
- Tu as raison rhum, je vais faire comme ça. Mais que fais-tu au fait ?
- Les colis de saucissons pour Pépère.
C'est alors que Pépère arrivait devant sa maîtresse lui disant.
- Ça va ma love maîtresse que j'aime, je t'aime, je t'aime, attention à ma rétine, je ne tiens pas à consulter un rétinien.
Que faites vous ?
- Tu sens mauvais fifille va chercher ton savon.
Et son maître se leva, criant, concours de dents.
C'est alors qu'il vit qu'ils avaient tous les deux des dents énormes et ils mangeaient devant lui ses saucissons. Lui était à côté regardant ses maîtres. Une bulle représentait les dents qui faisaient, miam, miam, Pépère tu n'en auras pas, miam.
Puis sur les image suivant, Pépère était représenté en juge d'instruction et leur disait, vous êtes condamné à cent ans de prison pour maltraitance animale envers le chat le plus populaire au monde.
Tous les chats rigolaient de la bd de Pépère.
À Mornay, le brigadier Tatouvu était toujours à la recherche du Père Mike et longea le champ à Cookie en faisant très attention. Il rentra sur le terrain du poète et partit vers le hangar.
Le poète était sorti pour voir ce qui se passait sur la plate-forme. Il lui semblait avoir écouté un chat gratter la porte. Effectivement, c'était petit chat qui était là et ayant entendu le brigadier s'était caché derrière la cabane. Petit chat en se sauvant à l'approche du brigadier avait renversé une étagère où étaient rangées dessus des bombes de peinture automobile. Le poète était donc en train de les remettre en place quand surgit en parlant tout seul, le brigadier. Le poète fut surpris et se retourna pour voir de quoi, il en retournait de ce monologue improbable en ce lieu. Voyant le brigadier, il lui dit assez sèchement.
- Hé bien, il ne faut plus se gêner, que cherchez-vous ici ? Si c'est des bouteilles de vin, il me semble qu'ils n'y en aient pas non, je vous reconnais vous êtes Tatouvu.
- Ha, bon, comme ça, tu connais Tatouvu, attention mon gaillard la complicité d'enlèvement est un délit, où est le père Mike.
- Mais vous racontez n'importe quoi mon pauvre, qu'est-ce que c'est que cette histoire.
C'est un terrain privé ici, ça aussi, c'est un délit, vous ne le savez pas en tant que gendarme.
- Je fais ce que je veux, la loi, c'est Tatouvu et je cherche le père Mike.
- S'il vous plaît, laissez moi ranger et partez de cette propriété.
- Oui, oui, oui, je vois, tu veux m'embrouiller et qu'est-ce que tu ranges ça ressemble à des fioles d'alcool.
- Pas dû tout, c'est des bombes de peinture automobile.
- De la peinture automobile, j'ai compris, c'est donc toi, le capot blanc, ton compte est bon mon gaillard, pollution visuelle, quatre-vingts-dix euros d'amende.
Le brigadier laissa au poète, car il entendait la jument s'agiter.
Pendant que Choûanne, Leïlanne et Liettuje se reposaient Pépère amusait la galerie.
Devant lui, sa fille Coin-coin et Pêcheur.
- Toc toc toc, tu es sacrément costaud, toc toc toc.
- Fle fle fle, tu pourrais combattre une armée de t-rex, fle fle fle.
- Hé bien, oui Coin-coin et je connais bien cette espèce puisque j'en ai même créé figurez-vous, vous autres.
- Toi mon papa, tu as créé des dinosaures.
- Oui, ma fille laisse moi te l'expliquer. Un jour Steven Spielberg en manque d'inspiration cherchait vainement une idée. À l'époque, j'étais chef d'un laboratoire aux États-Unis qui travaillait sur le séquençage ADN. Donc un ami commun à Steven lui parle de moi et il était venu me voir. Il me dit Pépère, gloire des États-Unis pour services rendus à la nation lors du onze septembre, avez vous une idée. Bien sûr, lui disais-je si nous faisions un film sur les dinosaures. Oui, me disait-il, mais ça demande des recherches. Mais non lui disais-je, j'ai travaillé au crétacé et au jurassique durant des années pour Darwin. Alors je connais parfaitement le comportement de chacun. Nous avons donc écrit ensemble, Jurassic Park. Ensuite, je suis retourné à mes travaux. Un jour, il m'appelle, salut Pépère ça va, bien, tranquille, veux-tu voir nos essais avec des animaux de synthèses et en carton. J'y vais donc et comme moi, il me dit, c'est vrai qu'ils ne sont pas très réalistes. Des vrais seraient beaucoup mieux. Malheureusement, lui dis-je, je ne peux pas chatlauréanner une équipe de tournage au crétacé et jurassique, car Nicolas m'a interdit de polluer cette époque. Greee, comment faire, si seulement un génie était capable de nous recréer de vrais dinosaures avec leurs adn cela serait merveilleux. Pas de soucis, tu as ce génie devant toi, Pépère, et j'ai créé les animaux pour le film qui ont été ensemble cryogénisés dans des caissons et ensuite été envoyé sur Mars après le tournage.
Hé bien, oui, ne cherche pas ailleurs, je suis le meilleur ma fille.
Afficher la pièce jointe 30084 Afficher la pièce jointe 30085 Afficher la pièce jointe 30086
Je ne savais pas que Pépère avait un journal. Il est vrai que j"ai manqué quatre mois d'histoire.....
Amicalement
Gaby