• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite

#1
Le président était devant la gendarmerie, téléphone en main. Au loin, il vit le pape l'aube en guenilles. Devant lui la sœur défibrillateur en main essayait d'électrocuter un homme. Petit, grassouillet et barbu celui-ci arrivait à la repousser du mieux qu'il le pouvait.
- Allô, Pépère, vous êtes toujours en ligne, allô, vous êtes là.
- Hé bien mon Manu, tu ne sais plus jouer du smartphone, lol.
- Ce n'est pas très drôle, regarde la sœur là-bas. J'essaie de rappeler Pépère.
Le général qui était derrière lui le poussa et partit en direction du groupe.
- Écoutez, monsieur bleu, pas besoin de nabot pour une arrestation. Le général Picolle va très bien s'en occuper, je vais lui coller dix ans de libération électrique pour usage d'arme de deuxième classe.
Celui-ci partit en courant et arrivé vers la sœur lui donna l'ordre de lâcher l'appareil.
Il n'eut pas le temps d'en dire plus qu'il se prit la décharge électrique sur le cou. Il fit une sorte de grimace en disant, bouton rou... Et tomba sur le trottoir.
Le président partit en courant à son tour. Il entendait l'homme crier, on ne lâche rien et dans la brigade les quatre malfrats répondaient en écho, ah où ah où, ah où ah où.
C'est alors que l'homme d'état compris à qui il avait à faire.
Il arriva très vite derrière la sœur, mais celle-ci avait terrassé le cochon jaune.
- Ma sœur, arrêtez avec cet appareil vous allez vous blesser.
- Je t'ai demandé quelque chose face de cul de poulet mal dégrossi. Tu vas voir, je vais te cramer le cheveu bleu, tu n'auras pas besoin d'un prothésiste avec moi. Sœur Mathilde du couvent des chaussures rouges, s'il vous plaît.
- Ma sœur, c'est moi, le président, arrêtez, vous avez électrocuté deux hommes.
Heureusement, les gendarmes n'étaient pas loin et les pompiers arrivèrent en même temps qu'eux. C'est le ministre qui les avait prévenus.
En fait, le pape et la sœur étaient répartis vers la brasserie du cul roux et c'est comme ça qu'ils croisèrent le cochon. Celui-ci, ayant reconnu la sœur, s'en était dans un premier temps pris au pape. Puis sœur Mathilde, peu facile, l'avait agressé verbalement avant de sortir le défibrillateur de son sac à main.
Le pape, le général, le cochon et sœur Mathilde furent tous conduit à la brigade. Les gendarmes attendaient maintenant une explication sur ce qu'il venait de se passer.
Le long du canal, Chatdore et Turbo étaient le long du camion du cochon jaune. Ils étaient persuadés que celui-ci allait venir le récupérer et décidèrent de le mettre en panne pour l'empêcher.
- Tu as une idée mon copain, comment pouvons nous faire pour immobiliser ce gros tas de fer.
- Écoute, Turbo, nous allons crever les pneus.
- Oui, mais comment faire, nous n'y arriverons pas à pattes nues. Nous risquons de nous casser les griffes.
- Pas du tout, Turbo, nous allons simplement dévisser les capuchons des valves et le remonter avec un petit caillou dedans.
- Ha, bon, tu crois que ça va marcher.
- Oui mon copain, je l'ai vu à la télé dans le film de Fripouille.
- Dans ma siamoise love, tu veux dire.
- Oui, c'est ça, Turbo, le chat policier fait ça pour empêcher le bandit de pouvoir enlever la siamoise.
Attends, j'ai un message, c'est peut-être Pépère.
Non, c'est Ettesion, elle me fait son rapport sur l'enquête du gang des boulangeries.
Aide moi à trouver des grains qui entrent dans les bouchons de valves. Commence à les défaire pendant que je lis le message, mon copain.
- Oui, mais si le cochon arrive ?
- Oui, tu as raison, Turbo, je le lirais après, nous nous cacherons derrière la haie juste en fasse pour voir si ça marche.
Les deux chats se mirent à la recherche de petit grains et firent le tour du camion en sabotant toutes les roues. Ils partirent juste en face se cacher comme l'avait suggéré Chatdore.
Ils restèrent silencieux un moment pour écouter si l'air s'échappait des roues. Ils comprirent au doux son qui s'en évadait que l'air s'envolait bien vers le ciel.
Ils étaient contents d'eux, le salopard qui avait essayé de donner un coup de pied à leur copain Lolo allait avoir une punition de plus.
- C'est réussi mon copain. C'est un film que je devrais regarder aussi, ça devrait me plaire.
- Ho, oui, ça devrait te plaire et la siamoise dans le film est divine.
- Tu veux dire que c'est Divine, la maman d'Ettesion dont Pépère est le Papa.
- Non, Turbo, elle est magnifique, c'est ce que je voulais dire. En te parlant, je lis le message d'Ettesion justement. Hé bien, l'élève dépasse le maître. Elle est aussi bonne enquêtrice que son Père. Il ne lui manquait qu'un vrai chef comme Chatdore. Hé oui, que veux-tu, Pépère commence à s'empâter à force de trop manger, même si bouboule est toujours un très bon agent. Je vais, sûrement être obligé de le remplacer quand même, j'espère que tu obéiras à mes ordres et que j'aurais plus de poulet que toi quand je serai ton chef, Turbo.
- Oui, mon commandant, Chatdore, à vos ordres mon général, alors ça le fait bien ?
- J'aurais préféré mon maréchal où mon éminence, mais c'est un bon début. Bon ça se dégonfle bien regarde, allons rejoindre les autres.
- Tu ne me racontes pas l'enquête du gang des boulangeries.
- Si, je vais te le raconter d'après l'enquête d'Ettesion.
Donc voilà, tu te souviens que l'autre jour, je l'ai croisé dans le champ et lui ai donné mes ordres. Donc, après avoir surveillé le soûlard et ses déplacements, elle s'est rendu compte qu'il allait dans d'autres boulangeries. Elle a aussi espionné, colis, celle-ci va juste derrière en prospection, pour prévenir d'une éventuelle rupture de stock. Elle prétexte le soûlard comme étant un estomac monté sur des pattes. Elle précise que l'homme a un estomac dans la tête un dans le crâne et un dans chaque main et qu'il est capable de dévorer la totalité d'une boutique. Même les étagères et le four peuvent y passer.
- Mais comment, Ettesion, a-t-elle pu savoir tout ça ?
- Grâce à un logiciel espion qu'elle a mis dans le téléphone de pochette. Elle a appelé avec un faux numéro soi-disant d'Afrique. En fait, c'est le logiciel espion. En appelant le soûlard, elle lui a redonné. Donc le jour où elle y a été, colis mangeais un mille-feuille. C'est alors qu'elle s'est souvenue sur la scène d'un vol avoir vu une feuille de mille-feuilles sur une étagère. Grâce à un logiciel ultra puissant, elle a analysé une photo que colis a envoyée au boit-sans-soif. C'est alors qu'elle s'est rendu compte qu'il n'y avait que neuf cent quatre-vingt-dix-neuf feuilles. Elle a donc fait faire un teste ADN des deux photos. La feuille est celle de celui que colis mangeait. Donc ce sont eux qui dévalisent les boulangeries. Le Tâcheté est un chat du soûlard, elle l'a revu devant la cabane. De plus, elle a fait un teste génétique d'un cheveu du soûlard et a retrouvé l'ADN d'une religieuse qui était sur la photo du mille-feuilles.
- Elle est vraiment très forte, c'est incroyable.
- Oui, car son chef, c'est moi, Chatdore, elle a mes capacités.
Dans la voiture, le Pépère avait déjà raccroché sans s'occuper de ce que disait le président.
- Hé bien mon frérot, pour quelqu'un qui n'aime pas raconter des histoires, tu m'as épaté. C'est quoi alors ce service que tu as rendu à ta maîtresse.
- Hé bien, mon frérot, ça n'a rien d'une histoire. C'est un fait réel pas faux avéré authentique qui m'est arrivé il y a un moment. Ne sachant pas mentir, je ne pouvais pas faire autrement.
Donc, oui, ce service, hé bien, écoute cette histoire.
Voilà, un jour le soûlard tricéphale des rotules de l'oreille droite de la main, me dit que love colis a un service à me demander. C'est alors qu'il m'emmène à Sancoins, messe à fond, je précise. J'arrive là-bas et j'ai dû attendre deux heures le temps qu'ils s'enfilent deux bouteilles de rhum du Népal, bref. C'est alors qu'elle me dit, tu vas apprendre à conduire à Josiane. Je n'en revenais pas, je lui ai dit, hé bien, le rhum ça ne te réussit pas, ce n'est pas un peu beaucoup, deux bouteilles en une heure pour une seule personne. C'est alors qu'elle me dit vouloir emmener Josiane à Lourdes avec elle et que comme le trajet est long, elle pourrait se faire emmener. J'ai donc donné des cours à Josiane qui s'en sortait très bien. Puis deux jours plus tard elle arrive avec une espèce d'objet que j'ai pris pour un biberon pour mille-pattes.
- Un biberon pour mille-pattes ça existe ça, tu es sûr.
- Oui mon frérot, ça existe, ils ont cinq cents tétines, car le mille-pattes ayant cinq cents bouches pour mille bras, tu comprends. Là, ce qui m'a étonné, c'est que l'appareil n'avait que six tétines. Elle me dit qu'il faudrait convertir l'appareil en douze volts. En fait c'était une trayeuse à vache pour brancher sur Josiane. Oui comme ça en allant à Lourdes à côté de Josiane elle pouvait tirer le vin pendant que la pauvre bête conduisait. En fait, c'est qu'elle voulait la présenter à un salon de l'agriculture comme vache viniaire. C'est comme ça que la bête a été présentée par love colis. Ce fut un succès et tous les habitants de Lourdes ont goûter au vin. Ils ont tous attrapé le cacao vinus.
- Le cacao vinus, qu'est-ce que c'est que ça ?
- Une affection du sang qui rend la peau marron et transpirer du vin. C'est comme ça que j'ai été obligé de délivrer un faux certificat prouvant que ça ne venait pas de Josiane. Oui, étant renommé comme étant le meilleur biologiste de France avec mes dix licences et mes trente diplômes universitaires, les gens ne pouvaient que la croire. Voilà mon copain le service que j'ai rendu.

Screenshot_20200214_191048.jpg received_485434452341478.jpeg IMG_20200213_183426.jpg IMG_20200213_162113.jpg