• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
Le président de la République commençait à être impatient que Pépère arriva vers Sancoins. La cérémonie n'était pas loin et il demeurait toujours absent.
- Je me demande ce qu'il fait, c'est un peu long pour quelqu'un qui a la voiture la plus rapide du monde.
- Tu t'inquiètes pour rien mon Manu, il va arriver, il a dû être retenu sur la route.
- Je l'appelle, il ne répond pas mais que fait-il ?
Le Pépère était toujours avec son frérot dans l'auto. Il suait abondamment et ne savait plus comment faire pour ne plus avoir mal au ventre.
- Ça va mon frérot, tu n'as pas l'air bien du tout . Ton téléphone sonne, tu ne réponds pas .
- Hé bien, c'est le président qui m'appelle. Je ne suis pas bien et je suis sûr qu'il est pressé que j'arrive à Sancoins. C'est dommage de ne pas savoir raconter des histoires. Je vais être obligé de lui mentir. Il me faut le temps de trouver un mensonge. Moi qui ne dis que la vérité vraie authentique ça va être très dur. Je ne suis pas bien du ventre. Il y a dix jours ma maîtresse love m'a donné de succulentes croquettes. Si ça se trouve, c'était des croquettes fabriquées en Chine. Elle devait contenir le cacao virus.
- C'est quoi ça le cacao virus .
- Hé bien c'est un virus qui attaque les intestins et ça fait du plâtre dans le ventre. Étonnement, je n'ai pas fais caca depuis que j'ai mangé ces croquettes chez elle. Sauf tout à l'heure chez la chatrnivaure.
- Ha bon, c'est bizarre ça, tu es certain que c'est ça .
- Écoute, j'ai trouvé ça étrange car d'habitude j'ai le droit aux croquettes des chiens du commissariat. Là comme par hasard elle me donne des croquettes premier choix. Ce qui m'a semblé étrange c'est qu'elle buvait du Malibu à l'apéritif et elle ne mangeait pas dans le sac comme elle fait d'habitude. La veille je lui ai rendu un service donc j'ai pensé que se met d'exception était pour me récompenser. En fait c'était pour le compte du torsionnaire allemand pour tester ces nouvelles croquettes venues d'Asie et probablement fait avec des résidus de bois ou de plastique va savoir.
- C'est incroyable ça, mais elles n'avaient pas un goût étrange. Comment ça, d'abord, tu lui as rendu service ?
- Non, elles étaient succulentes, mais le tortu rien à dû mettre dedans de la drogue pour le goût et ce poison doit être le cacao virus. Si c'est le cas, tu m'excuseras mon frérot, je devrais aller au loin faire mes besoins. Je vais sûrement me salir dans le bois et mon prestige va en prendre un drôle de coup.
- Et ce service alors, que s'est-il passé ?
- Ha oui, j'oubliais, attends-je vais te le raconter mon frérot. Le président rappelle, qu'est-ce que je vais lui dire. Attends mon frérot, je vais répondre et je te raconte l'histoire après.
Tais-toi surtout mon frérot, je mets le haut-parleur.
Oui monsieur le président que se passe-t-il, les bandits se seraient-ils échappés ?
- Pas du tout mon cher Pépère, c'est que nous vous attendons pour finaliser la cérémonie de ce soir.
- Oui, monsieur le président, pardonnez-moi je ne pouvais pas vous répondre. Je suis actuellement retourné à Mornay car j'ai été appelé en urgence par mon amie Cookie.
- Que s'est-il donc passé, pour que vous ayez été obligé d'y retourner ?
- Hé bien, c'est que mon amie a été cambriolé et suite à ça j'ai été sur une arrestation extrêmement dure.
- Ha bon, mais qui avait-il de si précieux dans cette maison de cheval.
- Hé bien, dernièrement je m'étais fait voler une valise qui contienne ce qui m'est le plus cher après mes amours, mes poèmes. Depuis, je les range chez mon amie qui me les garde. Les brigands sont arrivé à la neutraliser en lui donnant à manger des granulés contenants des soporifiques. Aie, qu'est-ce que j'ai mal, oups, j'ai eu du mal à les arrêter.
- Ha bon, et vous avez retrouvé votre valise .
- Oui je vous rassure, j'ai retrouvé mes poèmes d'une valeur inestimable qui dans cent ans vaudront des milliers d'euros.C'était une bande organisée de terroristes Saoudiens que j'avais fait arrêter en Allemagne, il y a de ça deux ans, ils ont retrouvé ma trace et ils pensaient que mes poèmes contenaient des codes secrets concernant l'armement des plus grandes puissances mondiales.
J'ai dû combattre à pattes nue une vingtaine de personnes armées de bazooka, de grenades, de fusil et en plus, ils avaient avec eux un t-rex Android programmé pour tuer. Oui, oui, Monsieur le président une véritable arme de guerre
- Ha bon, à ce point-là, c'est terrifiant.
- Oui, oui, monsieur le président un monstre qui était aussi fort que Robocop.
- Je viens de vous entendre vous plaindre, vous êtes blessé, avez-vous besoin de secours ?
- Non, je n'ai pas été blessé rassurez-vous. J'ai cependant perdu une moustache, ceci me fait perdre dix pour cent d'intelligence, mais comme j'ai un QI à six cent trente, ça ira ne vous inquiéter pas.
- Ha bon, vous me rassurez, la bataille a dû être dure.
- Hé bien, oui, monsieur le président j'en ai scalpé dix à coup de moustache et les dix autres, je les ai jeté en l'air jusqu'au soleil et nous ne les reverrons plus nous autres.
- Et le monstre android, nous ne courrons aucun danger, dois-je espérer.
- Ha oui, le t-rex Android, il avait des dents en titane des griffes en céramique, il crachait de l'acide sulfurique et envoyait avec ses yeux des rayons laser d'une puissance de quelques mégas tonne, comparable à la bombe d'Hiroshima. Je suis arrivé à le désintégrer à la seule force de mes pattes ultras puissante. Je le démonte actuellement pour récupérer son microprocesseur et sa mémoire RAM. J'ai contacté le FBCHAT qui doit récupérer les composants pour les analyser.
- Donc vous arrivez bientôt à ce que je présume.
- Oui, oui, Monsieur le président, je viens après avoir démonté la machine. Prévenez ma maman fée le long du canal et faites préparer un repas, car nous avons faim nous autres et nous n'aurons pas le temps de manger avant d'arriver à Sancoins, je passe récupérer mon frérot. - Bien Pépère, de la bonne chair, voulez-vous ?
- Oui, oui, Monsieur le président des poulets à foison des cuissots des rôtis. Je finis à l'instant de démonter le microprocesseur du t-rex Android, c'est bon, je repars vers monfrérot. À tout de suite monsieur le président.
- D'accord je vous laisse, la sœur se bat avec un homme dans la rue, diantre, qu'est-ce que c'est que cet animal.
IMG_20200213_183453.jpg IMG_20200213_183426.jpg IMG_20200213_183404.jpg