• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
Thomas ramenait toute la troupe vers la commune sans empressement. Le pape commençait à être agacé et il essayait de réanimer sœur Mathilde en lui donnant des claques. Le ministre était outré de ce procédé.
- Hé bien, en voilà des manières de traiter un blessé.
- Écoutez, cette vieille bique faut peut-être du cinéma pour avoir une rasade d'alcool fort.
Mais maintenant, je suis certain qu'elle ne fait pas semblant, car, au mot magique d'alcool fort ses cils n'ont pas bougés d'un millimètre. Alors Thomas, s'il vous plaît, pouvez-vous aller un peu plus vite, car cette femme est peut-être en danger.
- Oui, si vous pouviez rouler un peu plus vite ça serait gentil. De plus, Monsieur le Président nous attend alors dépêchez vous un peu.
- Écoutez monsieur le ministre, je suis huissier pas chauffeur de taxi. Je vous rends service car sœur Mathilde. Si vous n'êtes pas content vous n'avez qu'à prendre le volant.
Thomas s'arrêta le long de la bande d'arrêt d'urgence très énervé et descendit de la voiture.
- Monsieur Castaner, montrez nous donc vos talents moi, j'abandonne ce volant.
Le ministre peu soucieux des remontrances de l'huissier prit le volant à sa place et redémarra l'auto qui avait calé suite au coup de frein.
- Alors les mouettes, vous êtes prêtes. Vous allez voir ce que c'est qu'un vrai pilote. Attachez vos cendriers jetez les enfants par les vitres, et débouchez-vous la boite à peur. C'est moi qui aie appris à conduire à mon Manu et s'il est un champion du run, c'est grâce à moi. Allez les zoulettes bougez vous les pneus, Christophe est sur la route et le bitume va chauffer.
Le ministre partit comme un fou et coupa devant un camion. Celui-ci le klaxonna et le ministre lui fit un bras d'honneur. Le routier lui faisait signe de ralentir, mais l'homme accélérait alors qu'il arrivait à la sortie de l'échangeur.
- Freinez, vous allez nous tuer !
- Je vous en prie au nom de Dieu, arrêtez ces rodéos monsieur le ministre.
- Pas de panique, le rond-point je vais le prendre en plein milieu comme au bon vieux temps des courses sauvages avec mon Manu.
Ce qui devait arriver, arriva la voiture explosa des deux roues avants en rentrant sur le rond-point et la voiture se planta au milieu.
Le ministre se retrouva le bec dans l'eau et ne se sentait pas fier de ses exploits. Il ouvrit la boîte à gants et saisit un gilet jaune. Il revêtit le gilet et descendit. Le routier à qui il avait fait une queue de poisson le klaxonna et le sermona d'un bras d'honneur.
Le pauvre ministre était à peine descendu de la voiture que tout s'enchaîna à une vitesse folle.
La sœur avait repris ses esprits et se demandait ce qu'il se passait.
Un homme arriva en courant derrière le ministre vêtu lui aussi d'un gilet jaune. C'est à cet instant que le ministre vit qu'il était arrêté dans une cabane de rond-point. Les crs étaient tout autour et le pauvre ministre eu le droit à un gazage en règle. C'est ainsi qu'il se retrouva avec le pape, Thomas et sœur Mathilde dans un fourgon de gendarmerie avec une dizaine de foies jaunes.
Le Pépère était toujours avec sa chatmoureuse et il se sentait bien. Pendant que Bibou se remet de ses émotions avec Sybage et Lolo, j'ai peut-être le temps de manger un morceau avec ma chatmoureuse se disait-il.
- Si nous mangions un peu ma love roudoudoune pour se remettre de nos émotions. Qu'en penses-tu ?
- Oui, si tu veux mais tes amis on peut-être faim aussi, non !
- Écoute ma love chatte d'amour, j'ai déjà fait un partage équitable de quatre gaufres tout à l'heure. Figure-toi que, je me suis lésé en mangeant la plus petite part. Mes amis ont seulement regardé mes exploits. C'est moi qui me suis dépensé le plus. De plus ces caisses ne contiennent que des poulets.
- Ton copain Bibou doit aimer ça le poulet, non .
- Il y est allergique figuré toi et c'est comme ça qu'il a failli se transformer en chien-loup dévoreur de foret.
- Ha bon, comment c'est possible une chose pareille.
- Hé bien, ouvrent tes oreilles et écoutent l'histoire vraie réelle par fausse que je vais te raconter tout de suite maintenant pas plus tard au jour d'aujourd'hui.
Il faut savoir que mon coéquipier était un caniche nain autrefois. Un jour suite à une mission je lui ai offert gracieusement après un calcul méticuleux de la moyenne compensée un quart de poulet. Bien évidemment pour marquer ce jour, je lui ai même offert la ficelle. Ainsi lui ai-je dit, tu pourras t'en servir pour t'en faire un scoubidou et le mettre à ton collier. En plus, il est fan de Chatchat dit-elle alors c'était un double présent. À peine eut-il manger sa part que ses yeux sont devenus verts puis bleus. À l'époque, j'étais encore en région parisienne et dans la rue où nous étions, il y avait des rangées d'arbres des deux côtés. Je le laisse rentrer chez lui et le lendemain, je passe le voir. C'est alors que je vois que la porte d'entrée de sa maison avait un énorme trou. Dans la rue, je constate qu'ils n'y avaient plus un seul arbre debout. Tous les troncs avaient été rognés. C'est alors que j'ai appris la disparition de mon copain. Plus tard je vois dans le journal qu'un monstre a été ramassé dans la même rue. Un chien moitié loup et moitié castor avec des dents de crocodile et une queue de kangourou. C'est alors que j'ai demandé à ma love maîtresse qui est gendarme de prendre des renseignements. Elle me dit comme ça, les chats n'ont pas le droit de rentrer dans le chenil non accompagné. Elle m'avait parlé très près du visage alors, je me suis reculé, malgré tout j'ai été coincé après son départ car j'étais englué sur place car le bitume avait fondu à cause de son haleine. Les pompiers ont mis vingt minutes à me sortir de là, bref.
Il fallait que je vois mon copain pour le sauver en faisant une analyse et trouver un remède. Oui, grâce à mes vingt-deux licences en biologie ce n'était pas un problème pour moi. C'est alors que j'ai trouvé l'idée. Mon aubergine avait l'habitude de donner un petit quelque chose au gardien du chenil. Je le savais car elle m'en avait parlé. C'est ainsi que je suis arrivé dans le chenil. J'ai été jeté à la poubelle mais j'ai ensuite repris ma forme dans la nuit et grâce au matériel du laboratoire du chenil, j'ai trouvé le remède. C'est ainsi que Bibou a été stabilisé en husky.
- Je ne comprends pas comment ça tu t'es déguisé ?
- Hé bien ma soûlarde, oups, ma maîtresse donnait toujours une pièce au gardien et je me suis déguisé en pièce d'un euro malformée. Le gardien a regardé la pièce et disant, c'est de la ferraille ça et l'a jeté à la poubelle. Dans la nuit j'ai repris ma forme voilà.
 

Pièces jointes

Dernière édition:

Cortisone

Maître Poète
#6
Thomas ramenait toute la troupe vers la commune sans empressement. Le pape commençait à être agacé et il essayait de réanimer sœur Mathilde en lui donnant des claques. Le ministre était outré de ce procédé.
- Hé bien, en voilà des manières de traiter un blessé.
- Écoutez, cette vieille bique faut peut-être du cinéma pour avoir une rasade d'alcool fort.
Mais maintenant, je suis certain qu'elle ne fait pas semblant, car, au mot magique d'alcool fort ses cils n'ont pas bougés d'un millimètre. Alors Thomas, s'il vous plaît, pouvez-vous aller un peu plus vite, car cette femme est peut-être en danger.
- Oui, si vous pouviez rouler un peu plus vite ça serait gentil. De plus, Monsieur le Président nous attend alors dépêchez vous un peu.
- Écoutez monsieur le ministre, je suis huissier pas chauffeur de taxi. Je vous rends service car sœur Mathilde. Si vous n'êtes pas content vous n'avez qu'à prendre le volant.
Thomas s'arrêta le long de la bande d'arrêt d'urgence très énervé et descendit de la voiture.
- Monsieur Castaner, montrez nous donc vos talents moi, j'abandonne ce volant.
Le ministre peu soucieux des remontrances de l'huissier prit le volant à sa place et redémarra l'auto qui avait calé suite au coup de frein.
- Alors les mouettes, vous êtes prêtes. Vous allez voir ce que c'est qu'un vrai pilote. Attachez vos cendriers jetez les enfants par les vitres, et débouchez-vous la boite à peur. C'est moi qui aie appris à conduire à mon Manu et s'il est un champion du run, c'est grâce à moi. Allez les zoulettes bougez vous les pneus, Christophe est sur la route et le bitume va chauffer.
Le ministre partit comme un fou et coupa devant un camion. Celui-ci le klaxonna et le ministre lui fit un bras d'honneur. Le routier lui faisait signe de ralentir, mais l'homme accélérait alors qu'il arrivait à la sortie de l'échangeur.
- Freinez, vous allez nous tuer !
- Je vous en prie au nom de Dieu, arrêtez ces rodéos monsieur le ministre.
- Pas de panique, le rond-point je vais le prendre en plein milieu comme au bon vieux temps des courses sauvages avec mon Manu.
Ce qui devait arriver, arriva la voiture explosa des deux roues avants en rentrant sur le rond-point et la voiture se planta au milieu.
Le ministre se retrouva le bec dans l'eau et ne se sentait pas fier de ses exploits. Il ouvrit la boîte à gants et saisit un gilet jaune. Il revêtit le gilet et descendit. Le routier à qui il avait fait une queue de poisson le klaxonna et le sermona d'un bras d'honneur.
Le pauvre ministre était à peine descendu de la voiture que tout s'enchaîna à une vitesse folle.
La sœur avait repris ses esprits et se demandait ce qu'il se passait.
Un homme arriva en courant derrière le ministre vêtu lui aussi d'un gilet jaune. C'est à cet instant que le ministre vit qu'il était arrêté dans une cabane de rond-point. Les crs étaient tout autour et le pauvre ministre eu le droit à un gazage en règle. C'est ainsi qu'il se retrouva avec le pape, Thomas et sœur Mathilde dans un fourgon de gendarmerie avec une dizaine de foies jaunes.
Le Pépère était toujours avec sa chatmoureuse et il se sentait bien. Pendant que Bibou se remet de ses émotions avec Sybage et Lolo, j'ai peut-être le temps de manger un morceau avec ma chatmoureuse se disait-il.
- Si nous mangions un peu ma love roudoudoune pour se remettre de nos émotions. Qu'en penses-tu ?
- Oui, si tu veux mais tes amis on peut-être faim aussi, non !
- Écoute ma love chatte d'amour, j'ai déjà fait un partage équitable de quatre gaufres tout à l'heure. Figure-toi que, je me suis lésé en mangeant la plus petite part. Mes amis ont seulement regardé mes exploits. C'est moi qui me suis dépensé le plus. De plus ces caisses ne contiennent que des poulets.
- Ton copain Bibou doit aimer ça le poulet, non .
- Il y est allergique figuré toi et c'est comme ça qu'il a failli se transformer en chien-loup dévoreur de foret.
- Ha bon, comment c'est possible une chose pareille.
- Hé bien, ouvrent tes oreilles et écoutent l'histoire vraie réelle par fausse que je vais te raconter tout de suite maintenant pas plus tard au jour d'aujourd'hui.
Il faut savoir que mon coéquipier était un caniche nain autrefois. Un jour suite à une mission je lui ai offert gracieusement après un calcul méticuleux de la moyenne compensée un quart de poulet. Bien évidemment pour marquer ce jour, je lui ai même offert la ficelle. Ainsi lui ai-je dit, tu pourras t'en servir pour t'en faire un scoubidou et le mettre à ton collier. En plus, il est fan de Chatchat dit-elle alors c'était un double présent. À peine eut-il manger sa part que ses yeux sont devenus verts puis bleus. À l'époque, j'étais encore en région parisienne et dans la rue où nous étions, il y avait des rangées d'arbres des deux côtés. Je le laisse rentrer chez lui et le lendemain, je passe le voir. C'est alors que je vois que la porte d'entrée de sa maison avait un énorme trou. Dans la rue, je constate qu'ils n'y avaient plus un seul arbre debout. Tous les troncs avaient été rognés. C'est alors que j'ai appris la disparition de mon copain. Plus tard je vois dans le journal qu'un monstre a été ramassé dans la même rue. Un chien moitié loup et moitié castor avec des dents de crocodile et une queue de kangourou. C'est alors que j'ai demandé à ma love maîtresse qui est gendarme de prendre des renseignements. Elle me dit comme ça, les chats n'ont pas le droit de rentrer dans le chenil non accompagné. Elle m'avait parlé très près du visage alors, je me suis reculé, malgré tout j'ai été coincé après son départ car j'étais englué sur place car le bitume avait fondu à cause de son haleine. Les pompiers ont mis vingt minutes à me sortir de là, bref.
Il fallait que je vois mon copain pour le sauver en faisant une analyse et trouver un remède. Oui, grâce à mes vingt-deux licences en biologie ce n'était pas un problème pour moi. C'est alors que j'ai trouvé l'idée. Mon aubergine avait l'habitude de donner un petit quelque chose au gardien du chenil. Je le savais car elle m'en avait parlé. C'est ainsi que je suis arrivé dans le chenil. J'ai été jeté à la poubelle mais j'ai ensuite repris ma forme dans la nuit et grâce au matériel du laboratoire du chenil, j'ai trouvé le remède. C'est ainsi que Bibou a été stabilisé en husky.
- Je ne comprends pas comment ça tu t'es déguisé ?
- Hé bien ma soûlarde, oups, ma maîtresse donnait toujours une pièce au gardien et je me suis déguisé en pièce d'un euro malformée. Le gardien a regardé la pièce et disant, c'est de la ferraille ça et l'a jeté à la poubelle. Dans la nuit j'ai repris ma forme voilà.
Le passage ou il est question de jeter les enfants par la vitre de la voiture. Finalement vous êtes arrivé à le publier. J' en suis ravie
Amicalement
Gaby