• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
À Nevers, le président après son grand moment d'euphorie, se sentait penaud. La fée était en face de lui avec le général Picolle.
Elle le fit taire avec sa magie, car il l'agaçait avec ses histoires de bouton rouge.
Elle était un peu fâchée contre le président qui s'était comporté comme un enfant.
- Hé bien, vous avez fait du joli, c'est la voiture à Pépère et s'il savait ça, il serait furax.
- Pardon, j'ai été emmené par mon élan et je n'en ai pas mesuré la teneur. Chouânne, que pouvons nous faire ?
- Je vais réparer la voiture avec ma magie et ne recommencer pas.
La fée tint promesse et la voiture redevint comme avant l'accident. Le général Picolle se retrouva dans la voiture du brigadier en direction de Nevers. Les deux hommes n'avaient plus le souvenir de l'accident grâce à la magie de Chouânne. Le brigadier roulait en direction du pont de Loire et passa à côté de la xm qui était en stationnement.
Elle disparut aussitôt pour se retrouver sur l'estrade à Sancoins qui était inondée sans qu'elle ne sache pourquoi.
L'épouse du président était montée sur la scène avec Thomas et ils se demandaient respectivement où était pour l'une son époux et l'autre le chef de l'état.
Dans la voiture à Nevers, la sœur vit le commissariat et dit au président.
- Hé bien monsieur cordon bleu votre licence en droit ne vous a pas permis de tourner à gauche ? Regardez là, à côté, il y a des voitures de police.
- Hé la gitane Australienne, tu es encore indécente avec ton président. Ce n'est pas de sa faute s'il ne sait pas conduire qu'il a du caca dans les yeux et aucune maîtrise au volant. Par contre, je note qu'un coq nous surveille là-haut penché sous le vasistas.
- Hé bien vieux singe, il n'y a pas que ton aube qui est tachée. J'entends les champignons pousser sur ton foie, je serais toi, je m'inquiéterais de voir un coq à une fenêtre, demande lui l'heure, il va peut-être te répondre.
- Ma sœur, le pape a raison, ou alors nous avons la même hallucination. Je vois non seulement le coq, mais mon ministre est avec lui. Qu'est-ce que c'est que cette histoire, c'est de la sorcellerie.
À Sancoins, le Pépère se dépêchait de fuir le magasin.
Le chien qui était derrière la clôture recommença à aboyer et réussi à se mettre la tête entre les barreaux du portail.
Au même instant, un camion arrivait en face et le Pépère fut obligé de se garer en face du toutou.
Forte heureusement, les aboiements avaient éloigné l'homme qui le poursuivait.
Pépère était furax de se faire japper dessus et ne put s'empêcher de répondre au chien.
- Hé sac à canigou Canadien, tu vas me foutre la paix. Puis au lieu de ne t'intéresser qu'à mes caissettes de viande, tu ferais mieux de me faire la révérence qui est due à un chat de ma noblesse non mais.
Au même moment, il reçut un message de Chatdore lui disant que son maître avait mit chauffé la voiture en parlant au téléphone. Il avait parlé de vingt minutes.
- Vingt minutes ça m'étonnerait, il n'aura pas fini de décuver, et sa soûlarde au fait elle fait toujours des bulles dans la bétonnière à Lourdes.
Le camion avait enfin fini sa manœuvre et le Pépère pu enfin répartir en ayant pris soin avant de lancer un pet nauséabond au nez du chien qui s'enfuyait derrière sa maison.
- À l'aide, un gaz asphyxiant, à l'aide ce chat à des armes bactériologiques dans son ventre à l'aide.
Le Pépère arriva enfin vers le champ et tomba sur Lolo qui était seul.
- Que fais-tu là mon copain ?
- Il y avait une siamoise qui passait et j'ai cru que s'était la chatmoureuse à Fripouille et j'ai été la voir. Elle m'a incendié en me disant que j'étais un mythomane, car je lui aie demandé si elle n'avait pas croisé le fameux Pépère lui disant, c'est mon coéquipier.
Tu as été long mon copain ça fait une heure que tu es parti.
- Mais non mon copain, ça fait dix minutes. Je ramène des victuailles pour nous autres et pour Pêcheur et Coin-coin.
Si tu trouves que dix minutes font une heure, va plutôt apprendre la chanson de l'heure chat chat chat.
-C'est quoi la chanson de l'heure Pépère, je ne comprends rien à ton histoire. Tu les as eues où les victuailles.
- Je les ai reçues du directeur du magasin, car j'ai terrassé le scorpion à coup de queue devant les hommes du gipn qui n'en venaient pas à bout. L'animal était en train de manger tout le magasin, figure toi.
Quant à la chanson de l'heure, c'est un titre que j'ai écrit pour les Indiens en mille huit cent et qui a été réenregistré en mille neuf cent quatre-vingt-seize par des Indiens qui s'appellent les " j'ai mangé l'chorizo ". À l'origine, j'ai écrit ce titre pour que les Indiens qui attaquaient les trains puissent communiquer d'une façon plus discrète que les signaux de fumée. Dès qu'il voyait que le train était en retard, ils chantaient.
( j'ai mangé l'chorizo et tic et tic et tac)
Voilà mon copain, c'est sympa non.
- Toi, Pépère chat policier, tu as aidé des Indiens bandits ? - C'était une ruse pour les faire arrêter. En même temps, je travaillais pour le shérif du comté et quand, il entendait la chanson, il savait que c'était le moment d'intervenir. Il faut savoir que ce superbe morceau d'anthologie ( j'ai mangé l'chorizo.) m'a et racheté en droit par David Grattemoi dans les années deux mille.
- C'est bizarre, je n'ai jamais entendu parler de ce morceau.
- C'était plus un délire commercial. C'était de la dance le titre était devenu le Martien doit se réveiller. Qui a été repris par fantômas. J'étais son professeur sur Uranus. Bref. J'ai encore les crocs moi, et ces caissettes dans mon auto contiennent de délicieuses viandes.
- Tu étais sur Uranus avec fantômas tu es sérieux, c'est impressionnant mon copain.
- Oui, je faisais de la recherche scientifique là-bas sur les mutations génétiques. C'est là que j'ai séquencé le génome de gozila pour un film.
- Ha oui, c'est fou, tu as fait des drôle de missions.
Dit moi, j'ai vu que la boucherie avait été cambriolée et la boulangerie aussi, tu as vu quelque chose en passant ?
- La boulangerie Thauvin, oui mon copain, je suis au courant.
La boucherie aussi, c'est un désastre et les succulentes viandes qui sont là en proviennent. Attention elles m'ont été offertes ne crois pas que je sois responsable de ça. Je vais te dire qui a fais le coup, c'est certainement une beuverie qui a mal tournée.
- Ha, bon pourquoi tu dis ça ?
- Thauvin, c'est la crémerie de mon polonais déjanté qui se prends pour un curé poète. J'ai compris maintenant, je me souviens quand il m'a emmené chez le torturien pour un pseudo-colza que je n'aie jamais eu. Oui mon copain un cauchemar. Je suis resté une nuit dans le froid dans la voiture pendant qu'il dormait avec sa soûlarde sur le comptoir. Avant, il a téléphoné et ça parlait de boulangerie et de Strasbourg, j'ai compris, c'est lui qui conduit les cars à tous les coups et la boulangerie est une couverture à un trafic international d'alcool frelaté et d'armes de destruction massive. Et l'autre qu'est ce qu'il trafique il n'envoie plus de message.
- De qui parles-tu ?
- De chatdore, qui devait m'informer de ce que fait mon danseur de folklore Arménien pour moines tibétains. Ça fait trente minutes qu'il m'a dit qu'il était là dans vingt minutes. Que pouvons-nous faire.

Screenshot_20190811_181540.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Daniel étant à la bourré ce soir je reviendrai vous lire demain matin.....
 

Cortisone

Maître Poète
#3
À Nevers, le président après son grand moment d'euphorie, se sentait penaud. La fée était en face de lui avec le général Picolle.
Elle le fit taire avec sa magie, car il l'agaçait avec ses histoires de bouton rouge.
Elle était un peu fâchée contre le président qui s'était comporté comme un enfant.
- Hé bien, vous avez fait du joli, c'est la voiture à Pépère et s'il savait ça, il serait furax.
- Pardon, j'ai été emmené par mon élan et je n'en ai pas mesuré la teneur. Chouânne, que pouvons nous faire ?
- Je vais réparer la voiture avec ma magie et ne recommencer pas.
La fée tint promesse et la voiture redevint comme avant l'accident. Le général Picolle se retrouva dans la voiture du brigadier en direction de Nevers. Les deux hommes n'avaient plus le souvenir de l'accident grâce à la magie de Chouânne. Le brigadier roulait en direction du pont de Loire et passa à côté de la xm qui était en stationnement.
Elle disparut aussitôt pour se retrouver sur l'estrade à Sancoins qui était inondée sans qu'elle ne sache pourquoi.
L'épouse du président était montée sur la scène avec Thomas et ils se demandaient respectivement où était pour l'une son époux et l'autre le chef de l'état.
Dans la voiture à Nevers, la sœur vit le commissariat et dit au président.
- Hé bien monsieur cordon bleu votre licence en droit ne vous a pas permis de tourner à gauche ? Regardez là, à côté, il y a des voitures de police.
- Hé la gitane Australienne, tu es encore indécente avec ton président. Ce n'est pas de sa faute s'il ne sait pas conduire qu'il a du caca dans les yeux et aucune maîtrise au volant. Par contre, je note qu'un coq nous surveille là-haut penché sous le vasistas.
- Hé bien vieux singe, il n'y a pas que ton aube qui est tachée. J'entends les champignons pousser sur ton foie, je serais toi, je m'inquiéterais de voir un coq à une fenêtre, demande lui l'heure, il va peut-être te répondre.
- Ma sœur, le pape a raison, ou alors nous avons la même hallucination. Je vois non seulement le coq, mais mon ministre est avec lui. Qu'est-ce que c'est que cette histoire, c'est de la sorcellerie.
À Sancoins, le Pépère se dépêchait de fuir le magasin.
Le chien qui était derrière la clôture recommença à aboyer et réussi à se mettre la tête entre les barreaux du portail.
Au même instant, un camion arrivait en face et le Pépère fut obligé de se garer en face du toutou.
Forte heureusement, les aboiements avaient éloigné l'homme qui le poursuivait.
Pépère était furax de se faire japper dessus et ne put s'empêcher de répondre au chien.
- Hé sac à canigou Canadien, tu vas me foutre la paix. Puis au lieu de ne t'intéresser qu'à mes caissettes de viande, tu ferais mieux de me faire la révérence qui est due à un chat de ma noblesse non mais.
Au même moment, il reçut un message de Chatdore lui disant que son maître avait mit chauffé la voiture en parlant au téléphone. Il avait parlé de vingt minutes.
- Vingt minutes ça m'étonnerait, il n'aura pas fini de décuver, et sa soûlarde au fait elle fait toujours des bulles dans la bétonnière à Lourdes.
Le camion avait enfin fini sa manœuvre et le Pépère pu enfin répartir en ayant pris soin avant de lancer un pet nauséabond au nez du chien qui s'enfuyait derrière sa maison.
- À l'aide, un gaz asphyxiant, à l'aide ce chat à des armes bactériologiques dans son ventre à l'aide.
Le Pépère arriva enfin vers le champ et tomba sur Lolo qui était seul.
- Que fais-tu là mon copain ?
- Il y avait une siamoise qui passait et j'ai cru que s'était la chatmoureuse à Fripouille et j'ai été la voir. Elle m'a incendié en me disant que j'étais un mythomane, car je lui aie demandé si elle n'avait pas croisé le fameux Pépère lui disant, c'est mon coéquipier.
Tu as été long mon copain ça fait une heure que tu es parti.
- Mais non mon copain, ça fait dix minutes. Je ramène des victuailles pour nous autres et pour Pêcheur et Coin-coin.
Si tu trouves que dix minutes font une heure, va plutôt apprendre la chanson de l'heure chat chat chat.
-C'est quoi la chanson de l'heure Pépère, je ne comprends rien à ton histoire. Tu les as eues où les victuailles.
- Je les ai reçues du directeur du magasin, car j'ai terrassé le scorpion à coup de queue devant les hommes du gipn qui n'en venaient pas à bout. L'animal était en train de manger tout le magasin, figure toi.
Quant à la chanson de l'heure, c'est un titre que j'ai écrit pour les Indiens en mille huit cent et qui a été réenregistré en mille neuf cent quatre-vingt-seize par des Indiens qui s'appellent les " j'ai mangé l'chorizo ". À l'origine, j'ai écrit ce titre pour que les Indiens qui attaquaient les trains puissent communiquer d'une façon plus discrète que les signaux de fumée. Dès qu'il voyait que le train était en retard, ils chantaient.
( j'ai mangé l'chorizo et tic et tic et tac)
Voilà mon copain, c'est sympa non.
- Toi, Pépère chat policier, tu as aidé des Indiens bandits ? - C'était une ruse pour les faire arrêter. En même temps, je travaillais pour le shérif du comté et quand, il entendait la chanson, il savait que c'était le moment d'intervenir. Il faut savoir que ce superbe morceau d'anthologie ( j'ai mangé l'chorizo.) m'a et racheté en droit par David Grattemoi dans les années deux mille.
- C'est bizarre, je n'ai jamais entendu parler de ce morceau.
- C'était plus un délire commercial. C'était de la dance le titre était devenu le Martien doit se réveiller. Qui a été repris par fantômas. J'étais son professeur sur Uranus. Bref. J'ai encore les crocs moi, et ces caissettes dans mon auto contiennent de délicieuses viandes.
- Tu étais sur Uranus avec fantômas tu es sérieux, c'est impressionnant mon copain.
- Oui, je faisais de la recherche scientifique là-bas sur les mutations génétiques. C'est là que j'ai séquencé le génome de gozila pour un film.
- Ha oui, c'est fou, tu as fait des drôle de missions.
Dit moi, j'ai vu que la boucherie avait été cambriolée et la boulangerie aussi, tu as vu quelque chose en passant ?
- La boulangerie Thauvin, oui mon copain, je suis au courant.
La boucherie aussi, c'est un désastre et les succulentes viandes qui sont là en proviennent. Attention elles m'ont été offertes ne crois pas que je sois responsable de ça. Je vais te dire qui a fais le coup, c'est certainement une beuverie qui a mal tournée.
- Ha, bon pourquoi tu dis ça ?
- Thauvin, c'est la crémerie de mon polonais déjanté qui se prends pour un curé poète. J'ai compris maintenant, je me souviens quand il m'a emmené chez le torturien pour un pseudo-colza que je n'aie jamais eu. Oui mon copain un cauchemar. Je suis resté une nuit dans le froid dans la voiture pendant qu'il dormait avec sa soûlarde sur le comptoir. Avant, il a téléphoné et ça parlait de boulangerie et de Strasbourg, j'ai compris, c'est lui qui conduit les cars à tous les coups et la boulangerie est une couverture à un trafic international d'alcool frelaté et d'armes de destruction massive. Et l'autre qu'est ce qu'il trafique il n'envoie plus de message.
- De qui parles-tu ?
- De chatdore, qui devait m'informer de ce que fait mon danseur de folklore Arménien pour moines tibétains. Ça fait trente minutes qu'il m'a dit qu'il était là dans vingt minutes. Que pouvons-nous faire.

Afficher la pièce jointe 24072
Ah ce Pépère que de péripéties.
A demain pour la suite
Amicalement
Gaby