• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite

#1
Dans la petite voiture à Pépère, tout le monde était étonné, du lait de hamster lyophilisé, c'était quand même étrange.
- Tu sais ce que je vais faire Lolo, je vais retourner à intermarcher pour voir si le monstre ne s'est pas échappé du magasin. Après tout, je suis responsable de vous si c'est à cause du lait de hamster.
En même temps, je vais aller voir à l'auberge des moines si plume de mammouth dégrossie à la pierre ponce n'y serait pas. Des fois qu'il soit sorti sans que Chatdore l'ait vu, ne sait-on jamais et qu'il soit parti chercher un colis à la poste. C'est que j'attends mon saucisson et je n'ai pas confiance à la vilaine qui est à la poste. Étant donné que la dernière fois son morveux en couche culotte mangeait du plastique, il serait capable de m'avoir mangé mes saucissons.
- D'accord copain à tout à l'heure, mais où allons nous attendre avec Pêcheur et Coin-coin.
- Toc toc toc, fait attention à toi Pépère, toc toc toc, je ne suis pas rassuré, toc toc toc.
- Fle fle fle, si ça va mal appelle ma gendarme poète, fle fle fle, c'est la plus forte des gendarme de Sancoins, fle fle fle.
- Regardez les copains, ils y a une cabane avec du foin, là dans le champ en face pour vous abriter.
- D'accord Pépère, mais fait attention à toi quand même si le scorpion te piquait.
- Toc toc toc, ça fera un abri de fortune toc toc toc, mon canal me manque toc toc toc.
- Fle fle fle, je veux voir ma mare, fle fle fle, les petites pattes et celle qui les soigne, fle fle fle.
Tout le monde parti à l'abri dans cette cabane et Pépère pensait dans sa tête comme ça au moins s'il m'arrive une avarie personne n'en saura rien. Il monta dans l'auto, sachant que personne ne pouvait entendre le bruit, il mit le mode sport. Il roula doucement au début, car les autres le regardaient. Une fois hors de vue de ses amis, il alluma la radio, c'était strochaë.
- Whaaaaaa c'est trop de la balle, chat chat où t'es, mais où est ton chat chat, chat chat, chat où t'es où as-tu mis ton chat chat. Rien à dire Pépère ce coup si tu l'as parfaitement en main ta voiture, il ne te manque que le casque et tu seras Arton Chatna et Michael Chatmareur réunis.
Pris dans son élan arrivé au bout de la route, il donna un violent coup d'accélérateur pour couper le stop devant l'auberge des moines. Il avait vu un groupe de minettes sur le trottoir et voulait les épater.
- Les chattes rangez vos minettes attention le King de Mornay vas sévir, préparez les appareils photo et les stylos pour les autographes, attention Guillaume Pépè...
Il n'eut pas le temps de finir ses cris de joie que la voiture piqua sur le rond-point en face et il fit le saute mouton. Il éjecté se retrouva dans une jardinière de terre juste en face de lui.
- Oulalalaa qu'est ce qui s'est passé ? Qui a piégé la route au grand Arton chatna. J'ai compris, c'est un coup de mon brontosaure dégarni de la dent du genou qui s'est déguisé en rond-point pour épater Josiane la vache de la soûlarde. Ainsi, me blessant, il n'y avait plus de saucisson à donner à Pépère. Vous êtes rusés mes gaillards, mais Pépère est incassable. Il essuya la terre qu'il avait sur le dos avec les feuilles des fleurs et remit sans mal la voiture sur la route et repartit à toute vitesse devant le groupe de minettes qui ne faisaient que de chat rire.
- Finalement, si Lolo avait été là quelle honte et les minettes qui m'ont vu, j'espère ne pas faire la une de voichat avec ce regrettable accident.
Il décida de retourner vers Intermarcher par la grand' route.
Il roula assez doucement au début puis sur la nationale, il prit des risques insensés. Il fit une pointe de vitesse à cent cinquante kilomètres l'heure entre les deux ronds-points où la vitesse était limitée à soixante-dix kilomètres à l'heure, puis s'arrêta tout tremblant pour enfin repartir et rouler à cinquante kilomètres heures.
Il s'arrêta et reparti avec calme. Quelque chose ne lui semblait pas normal. Malgré tout les choses autour de lui, semblaient réelles.
Il arriva à Intermarcher et fut étonné, car le toit était toujours sur le magasin. Mais alors ce toit d'intermarcher dans le champ, d'où venait il. Il y avait une file de personnes jusqu'à sa voiture. Il partit derrière le magasin et se dirigea vers l'entrée. Une fois, dedans, il crut devenir fou des hommes des enfants des femmes des centenaires des bébés même des fœtus se battaient avec des crs et des policiers totalement en guenilles. Au sol dans un amas d'étagères vides qui lui rappelaient quelque chose. Au sol gisaient ses amours dans lesquels se promenaient des dents, des cheveux, des lunettes des képis, il y avait même une oreille de sanglier.
Il se dirigea vers la sortie, dehors, il y avait un cordon de CRS, et même le GIPN totalement désemparé. Un homme vint vers lui et s'écria à l'intention d'un de ses collègues.
- mais c'est Pépère, j'ai vu ses récits sur voichat.
L'autre lui répondit.
-Tu es certain ? C'est peut-être un usurpateur.
- Si si, c'est bien lui, je l'ai vu aussi dans croichat dernièrement. Il avait été victime d'un accident de la circulation en roulant sur son soûlard déguisé en rond-point.
- Ha oui quand même, et il est toujours là, c'est inespéré.
- Oui, c'était un carnage et pendant ce temps sa soûlarde faisait semblant de planter des fleurs dans une jardinière. Josiane, la vache policière était en train de manger du saucisson en rigolant et Marc le patron de l'auberge des moine à tenter de faire croire aux gendarmes qu'il roulait à cent cinquante kilomètres à l'heure. D'ailleurs une cliente Strasbourgeoise déguisée en saucisse à été condamnée à trente ans de prison pour faux témoignage. Oui, c'est bien le fameux Pépère, tu peux me croire.
L'homme s'approcha et lui dit, aidez nous s'il vous plaît Pépère.
- Que se passe-t-il ?
- Une promotion sur vos amours qui a dégénéré, Pépère que pouvons nous faire.
- Comment ça mes amours, vendus ici ? Mais ce n'est pas la boucherie Parisienne ?
- Le patron du magasin, lui a prêté son étal le temps que sa boucherie cambriolée dernièrement soit réparée.
- J'y vais sauve qui peux, laissez mes amours, attention à mes dents, mes griffes et ma queue bande de gargantuas imbibés de vinasse nucléaire.
- Il rentra dans le magasin et en quelques minutes tous les clients faisant preuve d'incivilité furent expédiés dehors et le magasin retrouva son calme ensuite, il dit aux dizaines de personnes qui restaient de nettoyer et ils le firent terrorisés devant un Pépère en colère que les crs applaudissaient avec dans les bras des caisses remplies de ses amours.
Pépère revint à lui complètement hébété. Il était le long de la route nationale entre les deux rond-points. Il se toucha le ventre en se parlant.
- Bon déjà, Pépère, tu n'as pas eu d'accident, tu n'es pas défiguré, tu n'as pas cassé ton ventre. La tête, la queue les pattes tout est en place. Tu n'aurais pas dû faire une pointe à cent cinquante kilomètres heures, tu as eu un malaise.
Quel rêve, je vais me l'attribuer comme étant vécu après tout vu toutes les aventures que j'ai vécu Lolo ne pourra que me croire.
Bon, ce coup, si Pépère respecte les limitations de vitesse, regardons monsieur Google, que dit-il. Quatre-vingt-dix, quatre-vingts par temps de pluie. Bon freine, Pépère ça sera quarante-cinq. Il reprit la route et arrivé à Sancoins, il vit l'intermarcher. Il se dit, ne cherche pas Pépère tu as du vraiment le faire ensuite, tu as dû retourner le long de la route et tu as fait une crise hypoglycémique vu l'énergie que tu as dépensé.
Le magasin devant lui n'avait plus de toit.
Sur le côté, ils vit que des victuailles avaient été sorties. Il regarda avec l'appareil photo de son chatmsung en faisant un zoom.
Il n'en croyait pas ses moustaches, des caisses où était écrit dessus, boucherie parisienne.
- Pépère, tu n'as pas rêvé, bon approchons discrètement et attention au Brutus et à la vilaine de l'autre côté.
Il descendit à toute vitesse et prit une caissette de viande et vis des poissons à côté et en vola aussi une caissette avant de fuir à toute vitesse avec un homme essayant de le rattraper en courant.
- Au voleur, au voleur, il y a un chat bandit.
Screenshot_20190811_181540.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Dans la petite voiture à Pépère, tout le monde était étonné, du lait de hamster lyophilisé, c'était quand même étrange.
- Tu sais ce que je vais faire Lolo, je vais retourner à intermarcher pour voir si le monstre ne s'est pas échappé du magasin. Après tout, je suis responsable de vous si c'est à cause du lait de hamster.
En même temps, je vais aller voir à l'auberge des moines si plume de mammouth dégrossie à la pierre ponce n'y serait pas. Des fois qu'il soit sorti sans que Chatdore l'ait vu, ne sait-on jamais et qu'il soit parti chercher un colis à la poste. C'est que j'attends mon saucisson et je n'ai pas confiance à la vilaine qui est à la poste. Étant donné que la dernière fois son morveux en couche culotte mangeait du plastique, il serait capable de m'avoir mangé mes saucissons.
- D'accord copain à tout à l'heure, mais où allons nous attendre avec Pêcheur et Coin-coin.
- Toc toc toc, fait attention à toi Pépère, toc toc toc, je ne suis pas rassuré, toc toc toc.
- Fle fle fle, si ça va mal appelle ma gendarme poète, fle fle fle, c'est la plus forte des gendarme de Sancoins, fle fle fle.
- Regardez les copains, ils y a une cabane avec du foin, là dans le champ en face pour vous abriter.
- D'accord Pépère, mais fait attention à toi quand même si le scorpion te piquait.
- Toc toc toc, ça fera un abri de fortune toc toc toc, mon canal me manque toc toc toc.
- Fle fle fle, je veux voir ma mare, fle fle fle, les petites pattes et celle qui les soigne, fle fle fle.
Tout le monde parti à l'abri dans cette cabane et Pépère pensait dans sa tête comme ça au moins s'il m'arrive une avarie personne n'en saura rien. Il monta dans l'auto, sachant que personne ne pouvait entendre le bruit, il mit le mode sport. Il roula doucement au début, car les autres le regardaient. Une fois hors de vue de ses amis, il alluma la radio, c'était strochaë.
- Whaaaaaa c'est trop de la balle, chat chat où t'es, mais où est ton chat chat, chat chat, chat où t'es où as-tu mis ton chat chat. Rien à dire Pépère ce coup si tu l'as parfaitement en main ta voiture, il ne te manque que le casque et tu seras Arton Chatna et Michael Chatmareur réunis.
Pris dans son élan arrivé au bout de la route, il donna un violent coup d'accélérateur pour couper le stop devant l'auberge des moines. Il avait vu un groupe de minettes sur le trottoir et voulait les épater.
- Les chattes rangez vos minettes attention le King de Mornay vas sévir, préparez les appareils photo et les stylos pour les autographes, attention Guillaume Pépè...
Il n'eut pas le temps de finir ses cris de joie que la voiture piqua sur le rond-point en face et il fit le saute mouton. Il éjecté se retrouva dans une jardinière de terre juste en face de lui.
- Oulalalaa qu'est ce qui s'est passé ? Qui a piégé la route au grand Arton chatna. J'ai compris, c'est un coup de mon brontosaure dégarni de la dent du genou qui s'est déguisé en rond-point pour épater Josiane la vache de la soûlarde. Ainsi, me blessant, il n'y avait plus de saucisson à donner à Pépère. Vous êtes rusés mes gaillards, mais Pépère est incassable. Il essuya la terre qu'il avait sur le dos avec les feuilles des fleurs et remit sans mal la voiture sur la route et repartit à toute vitesse devant le groupe de minettes qui ne faisaient que de chat rire.
- Finalement, si Lolo avait été là quelle honte et les minettes qui m'ont vu, j'espère ne pas faire la une de voichat avec ce regrettable accident.
Il décida de retourner vers Intermarcher par la grand' route.
Il roula assez doucement au début puis sur la nationale, il prit des risques insensés. Il fit une pointe de vitesse à cent cinquante kilomètres l'heure entre les deux ronds-points où la vitesse était limitée à soixante-dix kilomètres à l'heure, puis s'arrêta tout tremblant pour enfin repartir et rouler à cinquante kilomètres heures.
Il s'arrêta et reparti avec calme. Quelque chose ne lui semblait pas normal. Malgré tout les choses autour de lui, semblaient réelles.
Il arriva à Intermarcher et fut étonné, car le toit était toujours sur le magasin. Mais alors ce toit d'intermarcher dans le champ, d'où venait il. Il y avait une file de personnes jusqu'à sa voiture. Il partit derrière le magasin et se dirigea vers l'entrée. Une fois, dedans, il crut devenir fou des hommes des enfants des femmes des centenaires des bébés même des fœtus se battaient avec des crs et des policiers totalement en guenilles. Au sol dans un amas d'étagères vides qui lui rappelaient quelque chose. Au sol gisaient ses amours dans lesquels se promenaient des dents, des cheveux, des lunettes des képis, il y avait même une oreille de sanglier.
Il se dirigea vers la sortie, dehors, il y avait un cordon de CRS, et même le GIPN totalement désemparé. Un homme vint vers lui et s'écria à l'intention d'un de ses collègues.
- mais c'est Pépère, j'ai vu ses récits sur voichat.
L'autre lui répondit.
-Tu es certain ? C'est peut-être un usurpateur.
- Si si, c'est bien lui, je l'ai vu aussi dans croichat dernièrement. Il avait été victime d'un accident de la circulation en roulant sur son soûlard déguisé en rond-point.
- Ha oui quand même, et il est toujours là, c'est inespéré.
- Oui, c'était un carnage et pendant ce temps sa soûlarde faisait semblant de planter des fleurs dans une jardinière. Josiane, la vache policière était en train de manger du saucisson en rigolant et Marc le patron de l'auberge des moine à tenter de faire croire aux gendarmes qu'il roulait à cent cinquante kilomètres à l'heure. D'ailleurs une cliente Strasbourgeoise déguisée en saucisse à été condamnée à trente ans de prison pour faux témoignage. Oui, c'est bien le fameux Pépère, tu peux me croire.
L'homme s'approcha et lui dit, aidez nous s'il vous plaît Pépère.
- Que se passe-t-il ?
- Une promotion sur vos amours qui a dégénéré, Pépère que pouvons nous faire.
- Comment ça mes amours, vendus ici ? Mais ce n'est pas la boucherie Parisienne ?
- Le patron du magasin, lui a prêté son étal le temps que sa boucherie cambriolée dernièrement soit réparée.
- J'y vais sauve qui peux, laissez mes amours, attention à mes dents, mes griffes et ma queue bande de gargantuas imbibés de vinasse nucléaire.
- Il rentra dans le magasin et en quelques minutes tous les clients faisant preuve d'incivilité furent expédiés dehors et le magasin retrouva son calme ensuite, il dit aux dizaines de personnes qui restaient de nettoyer et ils le firent terrorisés devant un Pépère en colère que les crs applaudissaient avec dans les bras des caisses remplies de ses amours.
Pépère revint à lui complètement hébété. Il était le long de la route nationale entre les deux rond-points. Il se toucha le ventre en se parlant.
- Bon déjà, Pépère, tu n'as pas eu d'accident, tu n'es pas défiguré, tu n'as pas cassé ton ventre. La tête, la queue les pattes tout est en place. Tu n'aurais pas dû faire une pointe à cent cinquante kilomètres heures, tu as eu un malaise.
Quel rêve, je vais me l'attribuer comme étant vécu après tout vu toutes les aventures que j'ai vécu Lolo ne pourra que me croire.
Bon, ce coup, si Pépère respecte les limitations de vitesse, regardons monsieur Google, que dit-il. Quatre-vingt-dix, quatre-vingts par temps de pluie. Bon freine, Pépère ça sera quarante-cinq. Il reprit la route et arrivé à Sancoins, il vit l'intermarcher. Il se dit, ne cherche pas Pépère tu as du vraiment le faire ensuite, tu as dû retourner le long de la route et tu as fait une crise hypoglycémique vu l'énergie que tu as dépensé.
Le magasin devant lui n'avait plus de toit.
Sur le côté, ils vit que des victuailles avaient été sorties. Il regarda avec l'appareil photo de son chatmsung en faisant un zoom.
Il n'en croyait pas ses moustaches, des caisses où était écrit dessus, boucherie parisienne.
- Pépère, tu n'as pas rêvé, bon approchons discrètement et attention au Brutus et à la vilaine de l'autre côté.
Il descendit à toute vitesse et prit une caissette de viande et vis des poissons à côté et en vola aussi une caissette avant de fuir à toute vitesse avec un homme essayant de le rattraper en courant.
- Au voleur, au voleur, il y a un chat bandit.
Afficher la pièce jointe 24067
Alors il a eu un malaise ou non ? Difficile à suivre....
Amicalement
Gaby