• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite.

#1
Le long du canal le Pépère, plutôt que de tourner vers la nationale prit la direction qui venait vers le centre-ville. Cette route passait devant la poste et il salivait d'avance de détourner le colis.
Il vit la jeune femme qui lui faisait signe dans le rétroviseur et s'arrêta. Sans rien dire aux autres, il partit la rejoindre.
- Qu'est-ce qu'il y a, ma jolie postière love?
- Allô quoi, j'ai appelé une collègue et ton colis est arrivé ce matin, dépêche toi pour ton médicament, mon méga love père dodu siliconé.
Le Pépère maîtrisait sa colère, mais dans sa tête s'était l'explosion.
- Tu n'aurais pas pu me le dire plus tôt, dent de râteau à gazon. J'espère que ton gozila aura inondé la coule de caca vilaine, comme ça, je serai vengé. L'affaire est grave et toi bécassine, tu rigoles, allô quoi, tu n'as même pas la lumière à tout les étages. Puis il lui dit tout haut, merci ma love postière. La prochaine fois qu'un colis arrive appelle moi à réception ma belle postière que j'aime voilà mon zéro sept.
Puis, il repartit vers sa voiture et accélérera vivement.
- Toc toc toc, pourquoi tu passes par là, toc toc toc.
- Fle fle fle, c'est la route de la poste, fle fle fle.
- Oui, Pépère et pourquoi tu es descendu.
- Hé bien, j'avais des crampes dans ma hanche et je devais les faire passer avant de conduire.
Non loin de la poste, il s'arrêta et envoya un message à Chatdore.
- Mon copain, est-ce que le président est revenu vers le terrain ? Est-ce que tu as vu le fil dentaire pour baleine à bosse, contenant deux kilos de cassoulet par bosse, dans les parages ?
Il regardait l'enseigne avec regret et lorgnait en même temps la boucherie qui était non loin.
Il reçu un message de Lolo et il était furax. Le colis était à la cabane et le poète était déjà en train de manger.
- Toc toc toc, tu as l'air contrarié, toc toc toc, qu'est qu'il se passe.
- Fle fle fle, tu as perdu un ami, fle fle fle.
- Hé bien, Pépère ça n'a pas l'air d'aller.
- Hé bien pire que la perte d'un ami regarder.
Il montra la photo d'un saucisson sur son téléphone et leur dit avec un tremblement dans la voix.
- Vous voyez ce délicieux saucisson, hé bien, vous n'en aurez pas et moi non plus d'ailleurs. Lolo, tu m'as dit que la soûlarde avait rencontré des amis ivrognes et que c'est pour ça qu'elle était resté là-bas. Hé bien non mon copain, elle a rencontré son ami portugais et ils ont mangé mon saucisson ensemble après avoir été faire une réparation à la grotte des moines. Quant à mon brontosaure carnassier mangeur de limace, il est dans son capharnaüm en train de se gaver de messe et m'a déjà mangé la moitié de mes gâteaux. C'est une honte, je risque de mourir d'une crise d'hypoglycémie d'ici ce soir. Chatdore à été le voir et l'a vu par la vitre. En plus, il est tellement bourré qu'il lui a répondu, oui mon Pépère, tu en auras ne t'inquiète pas. Oui, bien sûr, j'aurais droit à des rogatons et aux emballages à lécher.
- Toc toc toc, et le président, toc toc toc, on ne le sauve plus.
- Fle fle fle, et ma gendarme poète quand est-ce qu'elle rentre.
- Oui, Pépère nous devons secourir le président, tu n'as pas des nouvelles du pape.
- Non bibendum doit être en train de soigner son quintal pendant que Pépère est en train de mourir de faim comme un pauvre souffreteux qu'il est, ô rage, ô désespoir, ma vengeance sera terrible. Quand je pense que j'ai été gentil avec ma soûlarde pour ne pas lui dire que son haleine m'a provoqué un décollement de la rétine. Oui elle m'a parlé si près du museau que mes yeux ont été inondés de vapeurs alcooliques et cela m'a brûlé un œil aux vingtièmes degrés sur trois ce n'est pas pour être méchant. Je me souviens c'était le jour de la foire aux vins de carrefour. Elle avait passé la mâtiné à aller chercher de la vinasse. C'est d'ailleurs moi qui poussait le caddie car elle avait mal aux riens. En fait, elle avait mal au bras suite à un concours de lever de coude la veille avec mon soûlard. Concours qui s'était d'ailleurs soldé par une sortie avec le harnais à trois heure du matin. Puis, j'avais été obligé de réparer la Dacia pour cinq heure. Et le lendemain, elle a failli me rendre aveugle. Quand, je pense comme je suis aimable avec la soûlarde et elle me mange mon saucisson et fil de fer pour clôture à moutons dévore mes gâteaux. Hé bien, je suis drôlement gâté avec des phénomènes pareils.
- Accrochez-vous les amis, je reprends la route.
Le Pépère partit comme un fou et Pêcheur avait confié le soin de son bec à Coin-coin qui le tenait avec ses pattes.
Arrivé au bout de la rue, il vit le Belge qui sortait d'une fourgonnette de gendarmerie. Celui-ci voyant Pépère lui fit signe d'un bonjour et Pépère pensa qu'il l'appelait et au lieu de continuer au rond-point fit le tour et se gara à côté du Belge qui avait l'air très en colère.
Il regarda le Pépère et lui dit d'un ton agacé.
- Bonjour, une fois, vous tombez bien, n'est-ce pas, figurez-vous, que j'ai été confondu pour un terroriste n'est-ce pas, vous avez bien entendu, un terroriste.
- Toc toc toc, que c'est il encore passé, toc toc toc, il y a Mergez dans le coin toc toc toc, je vais lui tailler la barbe, toc toc toc.
- Fle fle fle, on vous a pris pour un foie jaune, fle fle fle, je vais corriger ragoût, fle fle fle.
- Laissez le parler les copains.
- Oui, écoutez Lolo, écoutons ce dont il lui ait arrivé.
- Je vous rassure, n'est-ce pas, monsieur, Pêcheur, je ne suis pas un alcoolique, je n'ai pas le foie jaune, une fois. Avec mon épouse, une fois, je me suis dit, nous allons brûler un cierge pour Pépère à l'église. C'est une honte n'est-ce pas, déjà qu'en route nous avons été arrêté par des vendeurs de disques des Soubirous qui ont essayé de nous vendre des albums au double de leur prix, n'est pas. C'est une belle arnaque les Soubirous. Nous sommes donc allé à l'église une fois et on m'a volé mon portefeuille là-bas. C'est une honte dans un lieu de culte de se faire voler, son portefeuille n'est-ce pas. Moi et mon épouse avons brûlé un cierge pour vous Pépère et pas pour les bandits de Soubirous n'est-ce pas. C'est en repartant, une fois, que le curé nous a accusé de ne pas avoir payé nos cierges n'est-ce pas. N'empêche que c'est une sacrée bande d'escroc les Soubirous. Il me dit comme ça que l'argent des cierges est pour les Soubirous. Alors, j'ai refusé de payer, n'est-ce pas. Nous nous sommes fait arrêter par la gendarmerie, c'est une honte, pour un policier, même Belge. Bin, oui monsieur que, je lui aie dit au gendarme, je suis policier à Namur n'est-ce pas, je suis résidant Belge. Ha oui, qu'il me répond, moi aussi, j'ai la peau lisse au derrière, une fois, c'est gravement insultant quand même n'est-ce pas. C'est en voulant montrer mes papiers n'est-ce pas que je me suis rendu compte du vol. C'est une honte, figurez vous, j'ai eu le droit au relevé d'empreintes et à la recherche anti-terrorisme. Cela a duré une heure, oui monsieur, une heure, c'est une honte. Pour finir ils me disent ça vous apprendras à sortir sans vos papiers la prochaine fois. J'ai l'impression une fois, qu'on nous a pris pour des Belges. Nous ne sommes pas idiots quand même. Si j'avais su, j'aurai été mangé une fritte plutôt que d'aller à l'église me faire escroquer par les Soubirous, si ça se trouve c'est la Bernadette qui m'a volé mon portefeuille.
- Toc toc toc, c'est une drôle d'histoire, toc toc toc.
- Fle fle fle, tu ne peux rien faire pour le monsieur, fle fle fle.
- Oui, Pépère avec ta magie, fait quelque chose.
Le Pépère fit réapparaître le portefeuille entre ses pattes et le tendit à l'homme.
- Ça c'est un vrai miracle n'est-ce pas, tu as vu ça mon épouse, c'est autre chose que les Soubirous. Venez avec moi, je vous paye une frite une fois.

IMG_20190623_180535.jpg IMG_20190606_191608.jpg IMG_20190606_191627.jpg IMG_20190531_094205.jpg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Le long du canal le Pépère, plutôt que de tourner vers la nationale prit la direction qui venait vers le centre-ville. Cette route passait devant la poste et il salivait d'avance de détourner le colis.
Il vit la jeune femme qui lui faisait signe dans le rétroviseur et s'arrêta. Sans rien dire aux autres, il partit la rejoindre.
- Qu'est-ce qu'il y a, ma jolie postière love?
- Allô quoi, j'ai appelé une collègue et ton colis est arrivé ce matin, dépêche toi pour ton médicament, mon méga love père dodu siliconé.
Le Pépère maîtrisait sa colère, mais dans sa tête s'était l'explosion.
- Tu n'aurais pas pu me le dire plus tôt, dent de râteau à gazon. J'espère que ton gozila aura inondé la coule de caca vilaine, comme ça, je serai vengé. L'affaire est grave et toi bécassine, tu rigoles, allô quoi, tu n'as même pas la lumière à tout les étages. Puis il lui dit tout haut, merci ma love postière. La prochaine fois qu'un colis arrive appelle moi à réception ma belle postière que j'aime voilà mon zéro sept.
Puis, il repartit vers sa voiture et accélérera vivement.
- Toc toc toc, pourquoi tu passes par là, toc toc toc.
- Fle fle fle, c'est la route de la poste, fle fle fle.
- Oui, Pépère et pourquoi tu es descendu.
- Hé bien, j'avais des crampes dans ma hanche et je devais les faire passer avant de conduire.
Non loin de la poste, il s'arrêta et envoya un message à Chatdore.
- Mon copain, est-ce que le président est revenu vers le terrain ? Est-ce que tu as vu le fil dentaire pour baleine à bosse, contenant deux kilos de cassoulet par bosse, dans les parages ?
Il regardait l'enseigne avec regret et lorgnait en même temps la boucherie qui était non loin.
Il reçu un message de Lolo et il était furax. Le colis était à la cabane et le poète était déjà en train de manger.
- Toc toc toc, tu as l'air contrarié, toc toc toc, qu'est qu'il se passe.
- Fle fle fle, tu as perdu un ami, fle fle fle.
- Hé bien, Pépère ça n'a pas l'air d'aller.
- Hé bien pire que la perte d'un ami regarder.
Il montra la photo d'un saucisson sur son téléphone et leur dit avec un tremblement dans la voix.
- Vous voyez ce délicieux saucisson, hé bien, vous n'en aurez pas et moi non plus d'ailleurs. Lolo, tu m'as dit que la soûlarde avait rencontré des amis ivrognes et que c'est pour ça qu'elle était resté là-bas. Hé bien non mon copain, elle a rencontré son ami portugais et ils ont mangé mon saucisson ensemble après avoir été faire une réparation à la grotte des moines. Quant à mon brontosaure carnassier mangeur de limace, il est dans son capharnaüm en train de se gaver de messe et m'a déjà mangé la moitié de mes gâteaux. C'est une honte, je risque de mourir d'une crise d'hypoglycémie d'ici ce soir. Chatdore à été le voir et l'a vu par la vitre. En plus, il est tellement bourré qu'il lui a répondu, oui mon Pépère, tu en auras ne t'inquiète pas. Oui, bien sûr, j'aurais droit à des rogatons et aux emballages à lécher.
- Toc toc toc, et le président, toc toc toc, on ne le sauve plus.
- Fle fle fle, et ma gendarme poète quand est-ce qu'elle rentre.
- Oui, Pépère nous devons secourir le président, tu n'as pas des nouvelles du pape.
- Non bibendum doit être en train de soigner son quintal pendant que Pépère est en train de mourir de faim comme un pauvre souffreteux qu'il est, ô rage, ô désespoir, ma vengeance sera terrible. Quand je pense que j'ai été gentil avec ma soûlarde pour ne pas lui dire que son haleine m'a provoqué un décollement de la rétine. Oui elle m'a parlé si près du museau que mes yeux ont été inondés de vapeurs alcooliques et cela m'a brûlé un œil aux vingtièmes degrés sur trois ce n'est pas pour être méchant. Je me souviens c'était le jour de la foire aux vins de carrefour. Elle avait passé la mâtiné à aller chercher de la vinasse. C'est d'ailleurs moi qui poussait le caddie car elle avait mal aux riens. En fait, elle avait mal au bras suite à un concours de lever de coude la veille avec mon soûlard. Concours qui s'était d'ailleurs soldé par une sortie avec le harnais à trois heure du matin. Puis, j'avais été obligé de réparer la Dacia pour cinq heure. Et le lendemain, elle a failli me rendre aveugle. Quand, je pense comme je suis aimable avec la soûlarde et elle me mange mon saucisson et fil de fer pour clôture à moutons dévore mes gâteaux. Hé bien, je suis drôlement gâté avec des phénomènes pareils.
- Accrochez-vous les amis, je reprends la route.
Le Pépère partit comme un fou et Pêcheur avait confié le soin de son bec à Coin-coin qui le tenait avec ses pattes.
Arrivé au bout de la rue, il vit le Belge qui sortait d'une fourgonnette de gendarmerie. Celui-ci voyant Pépère lui fit signe d'un bonjour et Pépère pensa qu'il l'appelait et au lieu de continuer au rond-point fit le tour et se gara à côté du Belge qui avait l'air très en colère.
Il regarda le Pépère et lui dit d'un ton agacé.
- Bonjour, une fois, vous tombez bien, n'est-ce pas, figurez-vous, que j'ai été confondu pour un terroriste n'est-ce pas, vous avez bien entendu, un terroriste.
- Toc toc toc, que c'est il encore passé, toc toc toc, il y a Mergez dans le coin toc toc toc, je vais lui tailler la barbe, toc toc toc.
- Fle fle fle, on vous a pris pour un foie jaune, fle fle fle, je vais corriger ragoût, fle fle fle.
- Laissez le parler les copains.
- Oui, écoutez Lolo, écoutons ce dont il lui ait arrivé.
- Je vous rassure, n'est-ce pas, monsieur, Pêcheur, je ne suis pas un alcoolique, je n'ai pas le foie jaune, une fois. Avec mon épouse, une fois, je me suis dit, nous allons brûler un cierge pour Pépère à l'église. C'est une honte n'est-ce pas, déjà qu'en route nous avons été arrêté par des vendeurs de disques des Soubirous qui ont essayé de nous vendre des albums au double de leur prix, n'est pas. C'est une belle arnaque les Soubirous. Nous sommes donc allé à l'église une fois et on m'a volé mon portefeuille là-bas. C'est une honte dans un lieu de culte de se faire voler, son portefeuille n'est-ce pas. Moi et mon épouse avons brûlé un cierge pour vous Pépère et pas pour les bandits de Soubirous n'est-ce pas. C'est en repartant, une fois, que le curé nous a accusé de ne pas avoir payé nos cierges n'est-ce pas. N'empêche que c'est une sacrée bande d'escroc les Soubirous. Il me dit comme ça que l'argent des cierges est pour les Soubirous. Alors, j'ai refusé de payer, n'est-ce pas. Nous nous sommes fait arrêter par la gendarmerie, c'est une honte, pour un policier, même Belge. Bin, oui monsieur que, je lui aie dit au gendarme, je suis policier à Namur n'est-ce pas, je suis résidant Belge. Ha oui, qu'il me répond, moi aussi, j'ai la peau lisse au derrière, une fois, c'est gravement insultant quand même n'est-ce pas. C'est en voulant montrer mes papiers n'est-ce pas que je me suis rendu compte du vol. C'est une honte, figurez vous, j'ai eu le droit au relevé d'empreintes et à la recherche anti-terrorisme. Cela a duré une heure, oui monsieur, une heure, c'est une honte. Pour finir ils me disent ça vous apprendras à sortir sans vos papiers la prochaine fois. J'ai l'impression une fois, qu'on nous a pris pour des Belges. Nous ne sommes pas idiots quand même. Si j'avais su, j'aurai été mangé une fritte plutôt que d'aller à l'église me faire escroquer par les Soubirous, si ça se trouve c'est la Bernadette qui m'a volé mon portefeuille.
- Toc toc toc, c'est une drôle d'histoire, toc toc toc.
- Fle fle fle, tu ne peux rien faire pour le monsieur, fle fle fle.
- Oui, Pépère avec ta magie, fait quelque chose.
Le Pépère fit réapparaître le portefeuille entre ses pattes et le tendit à l'homme.
- Ça c'est un vrai miracle n'est-ce pas, tu as vu ça mon épouse, c'est autre chose que les Soubirous. Venez avec moi, je vous paye une frite une fois.

Afficher la pièce jointe 23794 Afficher la pièce jointe 23795 Afficher la pièce jointe 23796 Afficher la pièce jointe 23797
Enfin j'ai pu vous lire ce matin avec grand plaisir.
J'attends la suite avec impatience.
Amicalement
Gaby