• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Pépère le chat du poète. Suite

#1
Sur Charnïa, le temps s'écoulait et les trois soleils sortaient de l'épais châle de gaze qui flottait dans le ciel.
Les chats étaient un peu fatigués des événements de la veille. Si pour les habitants de Charnïa, une journée s'était écoulée, pour eux trois jours au moins s'étaient succédés. Durant ce temps, beaucoup d'évènements avaient eu lieu. Le déjeuner fut amené et chacun s'apprêtait à manger. Turbo fut encore dérangé pour célébrer la messe matinale due à la grandeur de Pépère. Finalement pour lui être un héros ici n'était pas de tout repos. Une fois le déjeuner terminé tout le monde attendait pour aller finir la construction de la centrale. Les Charnïens tout comme eux pensaient que la journée serait calme. Malgré tout, derrière Franïadus, les chats robots Énarpilodiens qui s'étaient réfugiés sur le satellite avait déjà construit un énorme arsenal et un puisant faisceau pour assombrir le ciel de Charnïa et provoquer une confusion générale.
Dans la pyramide, Isidore admirait les inscriptions serties de rubis où étaient représentées les scènes de la vie de Pépère. Les magnifiques dessins profitaient de la lumière des trois soleils par un jeu de lentilles qui étaient incrustées dans le granite. Les faisceaux lumineux passaient à travers le roc et ainsi faisaient reluire les inscriptions couronnées de rubis.
Toute la pyramide était ainsi conçue pour que les soleils ou la réflexion lunaire inonde l'intérieur d'une douce lumière.
- Mais que se passe-t-il, s'écria Isidore ?
Les deux fées ainsi que Turbo et Un-œil ne comprenait pas non plus pourquoi la lumière s'était coupée. Tous, sortirent avec précipitation. Le ciel était presque noir et les trois soleils avaient disparu.
Sur la planète, c'était la panique totale, les habitants n'avaient jamais eu à faire à un tel phénomène.
Dans le champ à Cookie, le calme était revenu, mais malheureusement cela ne dura pas longtemps. L'antenne qui était derrière la cabane des juments émettait une drôle de vibration et cela faisait vibrer les tôles qui étaient au-dessus de la tête des animaux.
Cookie qui s'était assoupie se réveilla en sursaut.
- Hiii, qu'est-ce que c'est, le pirate sur le toit de ma maison, hiii, vite ça va pleuvoir du caca, hiii, le bandit sur mon toit, hiii.
La pauvre jument était persuadée que le Pépère était sur le toit de sa maison en train de danser.
- Mais, non Cookie, ce n'est pas mon méga love héros, il est à Sancoins avec Lolo.
- Isidore, le citadin, va voir mademoiselle Adélaïde, Isidore le cidatin ...
- Hiii, si je l'entends, hiii, il chante le bandit, pirate, renégat, hiii, cacateux.
Les trois animaux sortirent et Chatdore s'écria, non, c'est le torturien qui passe dans le chemin et qui chantes. Tu vois bien que personne n'est sur le toit enfin, Cookie, tu es paranoïaque, chat chat chat.
- Hiii, fuit de là bandit, pirate, hiii.
L'homme dans l'allée écouta Cookie et prit peur et partit en courant vers la sapinière.
- Je sais ce que c'est, l'antenne reçoit les fréquences de l'espace et c'est ce qui produit les vibrations. Si, je n'avais pas inventé l'antenne ça ne serait jamais arrivé, dit Chatdore.
- Hiii, qu'est-ce que tu racontes, hiii, c'est n'importe quoi, hiii.
- Laisse mon méga love Chatdore s'il dit ça, c'est qu'il a dû le faire hii. Raconte-nous l'histoire de l'antenne.
- Hé bien voilà les amis que je vous raconte l'histoire du fameux E=MC2. L'écho de la mastication est égal au carré de l'estomac par deux. Je m'explique, voilà, il faut savoir que l'estomac produit des fréquences qui règles l'activité du cerveau. En fonction de ça l'équilibre mental se fait. Quand Pépère à fait l'homme, il n'avait pas fait tout les réglages et cela posait des problèmes environnementaux. Les hommes des cavernes mangeaient des rochers ou du bois ou même de la terre. C'était un vrai désastre. Moi, j'assistais Pépère dans une autre époque en Italie où je travaillais sur l'amélioration des peintures pour les peintres de la renaissance. Un jour, il vient me voir et m'expose le problème. Les hommes fonctionnaient n'importe comment et la race semblait vouloir s'éteindre avant même d'avoir existée. Je suis donc reparti vers la préhistoire et nous avons trouver le problème. Cela venait d'un problème de fréquence de l'estomac. Nous avions inventé un appareil pour mesurer cette activité, mais nous n'avions que ça. C'est alors que j'ai trouvé la formule E=MC2 et que j'ai inventé l'antenne.
- Hii, tu racontes n'importe quoi, hiii, tu es déguisé en Pépère hiii.
- Whaa mon méga love héros, je n'en reviens pas de ton intelligence.
Dans le champ à Coin-coin, près de la mare, les gendarmes Énarpilodiens transformés en statues étaient en train de reprendre leur activité. Ils redevinrent comme avant et se débarrassèrent de leurs déguisements. Ils devaient récupérer leur soucoupe qui était restée dans les bois. Ils virent celle à Chouânne qui était sans surveillance et s'en emparèrent et se mirent à sillonner le ciel autour de la commune. Pour tromper les gens, ils là transformèrent en un faux hélicoptère et la grosse tête du Pépère était visible à travers le hublot.
Le poète arrivait à ce moment vers le canal, il reconnut distinctement le Pépère dans l'appareil et ne comprenait plus rien.
- Hé, soûlard, si tu picolais un peu moins tu comprendrais peut-être ce que tu écris. Pour information dans l'histoire, je suis à la brasserie avec le président et ta soûlarde en train de me lire. Deuxièmement, je n'ai pas une grosse tête, alors révérence à ton chat. Troisièmement dans la vraie vie, je suis actuellement devant la porte de ton gourbi, nous avons faim nous autres. Quatrièmement, change de réseau, car tu es injoignable au téléphone soûlard, heureusement que je connais l'adresse de la boulangerie et de l'auberge des moines pour te retrouver quand j'ai les crocs.
- Si, Pépère, tu as une grosse tête !
- Hé, soûlarde, je croyais que tu étais à Lourdes en train de ranger les caisses de vinasse nucléaire dans la résidence proche de la grotte des moines !
- Hé, Pépère, je peux écrire mon histoire s'il te plaît !
- Oui, maintenant que tu m'as donné à manger.
- Excusez-moi, lecteurs, Pépère avait faim, bon où en étais-je ?
Le poète arrivait vers le canal et reconnut la grosse tête à Pépère dans l'hélicoptère. Il gara la xsara le long du canal et appela son amoureuse.
- Chérie, j'ai des hallucinations, ça doit être la fatigue, je viens de voir Pépère dans un hélicoptère et il n'y a plus d'eau dans le canal, c'est incompréhensible.
Celle-ci le rassura en lui disant que c'était sans doute à cause de ses maux de tête. Elle, pensa en elle, si tu mangeais un peu moins aussi, tu ne serais pas ballonné à en avoir des nausée avec des hallucinations.
Le Pépère pendant ce temps ne sachant pas ce qui se passait dehors finissait son histoire de glace devant le président qui se posait beaucoup de questions.
- Toc toc toc, Fripouille me dit que Toublanc lui a envoyé un message. Toc toc toc, ça bouge dans le champ la soucoupe à Chouânne à été dérobé.
- Fle fle fle, c'est terrible, ma mare est en danger, fle fle fle et ma gendarme poète est là bas fle fle fle, vite allons y, Pêcheur.
Les deux amis étaient sortis prendre l'air devant la brasserie et ne prirent pas le temps d'aller voir le Pépère tellement Coin-coin avait peur pour sa mare.
À l'intérieur, le président regardait le Pépère et il lui dit.
- Pépère, vous êtes sûr de pouvoir réparer le canal ?
- Bien sûr monsieur le président de la République, j'ai déjà fait l'inverse pour un émir et d'ailleurs s'est resté tel quel.
- Comment, ça vous avez réparer un canal pour un émir ?
- Non mais laissez moi vous expliquer l'histoire. Voilà, c'était il y a un moment, j'étais en Égypte et je fignolais la construction des pyramides à ma grandeur céleste. Il faut savoir qu'à cette époque le désert n'existait pas. C'était une mer gigantesque où j'avais dessus fait fabriquer des terres montées sur pilotis. Dessus, les hommes faisaient des forages pour chercher du pétrole. Je connaissais un émir qui avait sur ce faux continent un immense domaine et une très grosse richesse. Malgré tout, il était en dépression constamment. Un jour, je le visite et il me dit. Écoute, Pépère, à quoi bon tirer tout ce Pétrole, figure toi qu'un voyant m'a dit que d'ici l'an deux mille tout sera électrique alors ça ne sert à rien autant passer à l'électricité maintenant. Je lui apprends que nous sommes à l'air des pharaons et que l'électricité n'est pas encore inventée. Il, me dit, oui, j'avais oublié, c'est vrai, si seulement j'avais un bout de mer et une plage pour partir faire une baignade ça me changerait les idées. Je lui propose de retirer un peu de terre sous son domaine, car la mer était dessous. Deux semaines plus tard, il me dit, oui, mais je n'ai toujours pas de plage. Pépères, inventeur du haut-parleur silencieux et de la lampe qui fait du noir, que pouvons nous faire. C'est alors que j'ai eu l'idée de faire le désert avec le sable de Mars qui était en trop grande quantité et qui rendait la planète trop lourde. C'est ainsi que les fausses terres ont été démontées et que sur ce continent de mer j'ai versé le surplus de sable de Mars. Malheureusement, j'ai fait disparaître la mer totalement.
- Ha oui, effectivement, vous avez les compétences, Pépère.


IMG_20190513_181714.jpg desert-sahara.jpg Screenshot_20190509_191835.jpg téléchargement.jpeg
 

Cortisone

Maître Poète
#2
Désolée Daniel de ne pouvoir terminer ma lecture ce soir au risque de la bactérie. Je reviendrais donc demain matin terminer ma lecture
 

Cortisone

Maître Poète
#3
Voilà ce matin j'ai bien eu le temps de vous lire et je me suis une fois de plus régalé
A ce soir pour la suite.....
Amicalement
Gaby