• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

On fleurit, nous aussi

#1
onfleurit.jpg

Échanger un sourire, un signe de la main
Le temps d’une collision au carrefour des destins
Immobiles un instant au milieu des remous
Se faire face en silence alors qu’autour de nous
Coule une encre invisible à l’humeur vagabonde
Peignant une nouvelle fresque sur la face du monde

Te voir lever le voile dans le fond de tes yeux
Savoir à cet instant
Que tu imprègneras le reste de ma vie
La digue de l’émotion se déchire dans les cieux
Se laisser submerger et sourire sous la pluie

Tressaillir au contact des forces insoupçonnables
Qui soulèvent et transcendent le sens du mot « capable »
Sentir dans un subtil silence au gout de sel
Nos âmes s’effleurer quand nos souffles se mêlent

Se tirer par la main et s’enfuir en courant
Bombarder de couleurs les ruelles endormies
Éclabousser le monde de nos rires insouciants
Enivrées, invincibles, prêtes à tous les défis

S’exposer sans ciller à l’étreinte du vent,
A des pluies torrentielles et au regard des gens
Semer une brise légère pour provoquer la houle
S’aventurer pieds nus dans les marées des foules

Avancer côte à côte, grandir à l’unisson
Escalader sans peur les plus hautes murailles
Faire basculer la face d’un décor de carton
Révélant la vie qui bouillonne sous la grisaille

Comment les astres peuvent-ils rayonner aussi fort ?
Silence face à une route constellée de trésors
Silence et gratitude adressée à la vie
Pour la fresque qui fleurit
De nos regards croisés en ce jour de printemps
Toi, éclair de folie
Présente au rendez-vous à toute heure de la nuit.​

Ecrit le 2 Mars 2020, par Charlotte Dubost​
 

Cortisone

Maître Poète
#9
Afficher la pièce jointe 29234

Échanger un sourire, un signe de la main
Le temps d’une collision au carrefour des destins
Immobiles un instant au milieu des remous
Se faire face en silence alors qu’autour de nous
Coule une encre invisible à l’humeur vagabonde
Peignant une nouvelle fresque sur la face du monde

Te voir lever le voile dans le fond de tes yeux
Savoir à cet instant
Que tu imprègneras le reste de ma vie
La digue de l’émotion se déchire dans les cieux
Se laisser submerger et sourire sous la pluie

Tressaillir au contact des forces insoupçonnables
Qui soulèvent et transcendent le sens du mot « capable »
Sentir dans un subtil silence au gout de sel
Nos âmes s’effleurer quand nos souffles se mêlent

Se tirer par la main et s’enfuir en courant
Bombarder de couleurs les ruelles endormies
Éclabousser le monde de nos rires insouciants
Enivrées, invincibles, prêtes à tous les défis

S’exposer sans ciller à l’étreinte du vent,
A des pluies torrentielles et au regard des gens
Semer une brise légère pour provoquer la houle
S’aventurer pieds nus dans les marées des foules

Avancer côte à côte, grandir à l’unisson
Escalader sans peur les plus hautes murailles
Faire basculer la face d’un décor de carton
Révélant la vie qui bouillonne sous la grisaille

Comment les astres peuvent-ils rayonner aussi fort ?
Silence face à une route constellée de trésors
Silence et gratitude adressée à la vie
Pour la fresque qui fleurit
De nos regards croisés en ce jour de printemps
Toi, éclair de folie
Présente au rendez-vous à toute heure de la nuit.​

Ecrit le 2 Mars 2020, par Charlotte Dubost​
Merci pour ce beau partage
Amicalement
Gaby