• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Marcel.

#1
MARCEL.

L'œil droit de Marcel s'ouvrit. Clock !
Il considéra la pâle lueur de l'aube qui pointait à l'Est.

Il se leva, étira ses ergots. Déploya l'aile gauche puis la droite et doucement il se dirigea vers le point le plus haut du poulailler.

Il se dressa, tendit le cou, gonfla au mieux ses poumons puis poussa son chant matinal.

Avec l'âge, sa voix était devenue de plus en plus enrouée, faisant de son chant un tintamarre détestable.

Son devoir accompli, Marcel, tête basse, les ailes retournées dans le dos descendit du perchoir et entra dans de profondes pensées.

Il se souvenait que jadis, il était fort.
Majestueux, au plumage soyeux.

Il impressionnait toute la basse cours par sa prestance, son aura.

Né en ces lieux, il avait passé une jeunesse joyeuse et tumultueuse.

Jeune coquelet, puis coq, il avait su s'imposer face à ses concurrents.

Lors de la disparition du vieux coq, son père, l'ensemble de la basse cour l'avait immédiatement nommé Roi.

Son harem était bien garni, sa progéniture fut nombreuse.
Ses premières poules avaient, depuis bien des années, disparues du poulailler.

Il avait enterré bon nombre de fils et filles.

Ses successeurs potentiels avaient quitté les lieux afin de dominer d'autres royaumes.

" Je suis un bien vieux coq !" Se dit ce pharaon emplumé.

D'ailleurs, les poules n'avaient d'yeux que pour ce jeune coquelet, ce blanc bec récemment arrivé.

L'heure de la retraite avait sonné !

Enfin, plutôt l'heure de la Gamelle !

En effet, sa propriétaire, avait envisagé à son égard un bien différent et plus funeste avenir.
L'heure de l'exécution était programmée pour samedi matin après le petit déjeuné.

Un coq au vin sera servit Dimanche !


Loïc ROUSSELOT