• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Maladif choix (Tankas)

#1
Maladif choix (Tankas)

Oh quelle Mesquinerie !
Rongeant la chaste Nature

Hommes époux d'hommes
Et Femmes épousant femmes
Quel maladif choix !

Les verts arbres ne fleurissent
Sans touchers mâle et femelle

Je n'ai jamais vu
La chatte épousant la chatte
Chat au lit d'un chat

Luthoriental Le 8/3/2018
 
Dernière édition:
#3
Bonsoir cher Petit Ange
Merci pour ton fidèle passage ..'J'écoute ton avis mais pour moi C'st la plus mauvaise des graines...Adam a épousé une femme non un homme ..Plusieurs pensées échappent aux psychologues et psychiatres ..Ils ne vont pas toujours au fond des choses ..Dostoïevski n'était pas psychologue de profession mais l'un des plus grands philosophes de tous les Temps Nietzche disait de lui :C'est le seul homme qui m'avait appris la psychologie moi je dirai que c'st une maladie que l'athéisme les mauvaises mœurs le matérialisme ...lui ont donné un terrain favorable pour générer..L'homosexualité est contre Nature
Tendrement Luthoriental
 
#4
Bonjour chère Hayuna

Merci pour ton raisonnement que je respecte ..Mais pour moi je vois que ce genre de tempéraments maladifs est une horrible déviation de la Nature Humaine .. Certes je respecte la Bible les autres livres saints les autres prophètes comme le Coran en ordonna Mais selon
Les Lois religieuses: Islamiques:
Rompant, comme les autres religions monothéistes, avec l'esprit de tolérance qui sévit dans le pourtour méditerranéen et dans le monde proche-oriental antique, l'Islam rejette l'homosexualité. La différence anatomique des sexes, présentée comme voulue par Dieu, sert souvent de socle à toute réflexion sur la sexualité. Cette différenciation primordiale doit être respectée, et tout comportement doit veiller à sa perpétuation. L'homosexuel est vu comme un pêcheur et un criminel...
Dans Le Coran
Dans le Coran, il est indiqué que les membres du peuple de Loth, prophète et neveu d'Abraham, étaient les premiers parmi les mondes à avoir une population homosexuelle :
Et Loth, quand il dit à son peuple : « Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n'a commise avant vous ? Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes bien un peuple outrancier. » - Sourate 7/80-81
Approche Sociologique et Juridique
Le chercheur Mohammed Hocene Benkheira souligne que, dans l'islam des origines, seule la sexualité entre partenaires de sexes opposés est autorisée, la sodomie entre mâles étant décrite comme une « abomination sans pareil », un « crime horrible et révoltant » , car « il ne peut y avoir d'union qu'hétérosexuelle » par le vagin, lieu de la procréation et non l'anus prévu pour un autre effet7. Benkheira précise que la sodomie masculine entre mâles est considérée comme autrement plus grave que l'adultère et la fornication ; alors que la sodomie entre époux suscite la « malédiction divine »7. La sexualité intra-féminine, quant à elle, est considérée comme moins grave, ne mettant pas en péril la virilité du sexe fort7. Toute relation sexuelle hors du cadre « sacré et divin » du mariage hétérosexuel est donc interdite dans tous les ouvrages de jurisprudence islamiques8. Si aucune allusion de la bouche de Mahomet faisant l'unanimité des savants du monde musulman5,6 ne condamne clairement l'homosexualité (par une peine légale), il y a en tout cas un consensus général sans divergence entre les Sahabas et l'ensemble des savants de l'islam pour condamner l'homosexualité à cette époque, d'une façon ou d'une autre, par une poursuite judiciaire, pouvant techniquement aller de la peine de mort selon certaines traditions à l'abandon de poursuite dans le cadre du fonctionnement juridique de la charia et du fiqh9. Les Imams Mālik ibn Anas et Muhammad bin Idrîs al-Châfi'î, classent eux les homosexuels avec les adultérins, qu'ils soient eux-mêmes mariés ou pas.


Néanmoins, selon une étude plus critique de la question, « l’utilisation par les théologiens musulmans contemporains d’une terminologie comme « sexualité contre nature » ou « sexualité pathologique » pour qualifier l’homosexualité (appelée liwāṭ, ou šudūd gǐ nsī) renvoie à la caractérisation occidentale de l’homosexualité telle que constituée au XIXe siècle; (...), ces caractères ne sont pas opérants pour la période médiévale » 10. Ce sera à partir d'un héritage culturel étranger, que désormais la gravité de la sodomie sera décrite comme étant son opposition avec la finalité des rapports charnels, donc le fait qu'elle est nuisible à la procréation et à la pérennité de l'espèce humaine. Selon Benkheira, il est très clair qu'un débat très important sur la sodomie entre époux a eu lieu au VIIIe siècle7. Mezziane précise, de même, que l'argumentation sur les raisons de l'interdiction de la sodomie homosexuelle - non plus comme acte d'apostasie (irtidat comme pour le peuple de Loth) ou d'insoumissions aux prescriptions de Dieu (fisq), mais comme un acte contre nature - a été élaborée pour les besoins de la cause assez tardivement11. La chercheur Jocelyne Dakhlia reconnait une place importante de l’homo-érotisme vis à vis des jeunes éphèbes dans le monde musulman ou entre femmes jusqu'au XIXe siècle, ce qui, pour El-Rouayheb, n'est pas contradictoire avec une condamnation de l'acte homosexuel

Homophobie sociale et culturelle
. C'est le cas lorsque les normes sociales, culturelles ou religieuses favorisent l'hétérosexualité au détriment de l’homosexualité. Exemple :
  • "Lorsqu'un homme couche avec un mâle comme on couche avec une femme, tous deux ont fait une chose détestable. Ils doivent absolument être mis à mort. Leur sang est sur eux."
    Ancien Testament, Lévitique 20:13

Avec respect et mes propres pensées Et celles d'autres plus avisées , Luthoriental
 
Dernière édition: