• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Madré !!!

lilasys

Maître Poète
#1
Madré !!!

Tu étais au fond des yeux, toute la lumière
Un ombrage de plaisir, pour un soleil radieux
Tout ce qui repousse à jamais, la poussière
A mordre la vie, tenir la main d'un malheureux


Madré !!!

J'avais croqué à mort, la maudite meurtrière
Ainsi capitulent, les armes mises à feu
Quand dans cette église, les hommes en prières
Suppliaient le genoux posé, une divinité dite Dieu !


Madré !!!

Mais la cruauté est l'essence même des veines
Les naufragées, dans les sillons du poignet
Soude ton âme, comme ils disent ! Lointaine
Je relie ton cœur éternellement à mon signet


Madré !!!

Fracturée, de ce rosaire resté témoin fidèle
Enlacé entre tes mains, sur ce lit bien trop froid
Prières discrètes, dont le mérite confie des ailes
A genoux, malgré moi veillez à qu'elle ne soit en croix...


Madré !!!

LILASYS





 
Dernière édition:

lilasys

Maître Poète
#3
Merci Thomas, un hommage à ma mama qui me manque depuis neuf ans !!!
Je suis une orpheline les mains vides et seuls les yeux pour pleurer .......
Et il y a des jours où j'ai besoin tellement de sa tendresse, de son amour, savoir vivre
Surtout son intelligence qui savait me guider dans des étapes de ma vie où il s'est avéré
que ses conseils ont porté toujours leurs fruits .....
Elle avait une force, une foi inébranlable et sans un mot de trop, elle me conduisait sur la bonne route..
Les souvenirs sont authentiques, ceci ne peut s'effacer .....Mi Madrécita
 

anemone

Maître Poète
#4
Lorsque'une maman nous quitte, elle laisse un vide incommensurable mais aussi un héritage immense de tendresse et d'amour.
A notre tour nous le transmettrons et en pensant à elle nous nous souviendrons.
là où qu'elle soit, elle veille sur ses poussins.
Les chemins se séparent mais un jour se rejoignent
anémone
 

edelrose

Maître Poète
#5
Très émouvant, écrire est un acte d'amour a écrit Cocteau, c'est encore plus vrai en te lisant, ma langue maternelle est l'espagnol, Madré et Mi Madrécita me serrent le coeur Lola et font tant d'écho en moi

Tendres pensées
Douce journée encore

Paule
 

Vega46

Maître Poète
#6
La vie est cruelle et pourtant on s’attache quand même à elle.
Comment ne pas regretter celle qui a bercé nos jours de tant de conseils et de tendresse.
Penser à elle en lui adressant ce beau poème c’est lui rendre un hommage poignant en la serrant très fort dans ses bras.
Bonne journée Madré Lola.
Bises
Momo
MLCCACTP
 
Dernière édition:

VikThor

Maître Poète
#7
C'est un bel hommage. Nos disparus vivent en nous. Et quand on les évoque c'est leur essence qui se matérialise en nos mots. Un peu comme s'ils étaient près de nous, avec nous. amitiés Vik
 

lilasys

Maître Poète
#8
Lorsque'une maman nous quitte, elle laisse un vide incommensurable mais aussi un héritage immense de tendresse et d'amour.
A notre tour nous le transmettrons et en pensant à elle nous nous souviendrons.
là où qu'elle soit, elle veille sur ses poussins.
Les chemins se séparent mais un jour se rejoignent
anémone
Très émouvant, écrire est un acte d'amour a écrit Cocteau, c'est encore plus vrai en te lisant, ma langue maternelle est l'espagnol, Madré et Mi Madrécita me serrent le coeur Lola et font tant d'écho en moi

Tendres pensées
Douce journée encore

Paule
La vie est cruelle et pourtant on s’attache quand même à elle.
Comment ne pas regretter celle qui a bercé nos jours de tant de conseils et de tendresse.
Penser à elle en lui adressant ce beau poème c’est lui rendre un hommage poignant en la serrant très fort dans ses bras.
Bonne journée Madré Lola.
Bises
Momo
MLCCACTP
C'est un bel hommage. Nos disparus vivent en nous. Et quand on les évoque c'est leur essence qui se matérialise en nos mots. Un peu comme s'ils étaient près de nous, avec nous. amitiés Vik
Merci à tous de votre venue sur cette page !!!! Est ce le temps qui fait cette tristesse.....bisous à vous tous !!! VIK de tout coeur avec toi ........
 

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#15
Malgré !

Tu étais le rond des vieux, toute en lumière,
Un hommage au désir, contre les nuages anxieux,
Tout ce que j’épouse toujours en première,
Démordre de l’envie, retenir encore l’insidieux.

Malgré !

J'étais choqué d’effort de la splendide romancière,
Ainsi reculent les larmes remises au jeu,
Quand dans notre temple la gomme en visière,
Pliaient pour les ripoux déposé à la majorité du peu.

Malgré !

Mais la beauté des sens n’est pas une déveine,
C’est une dragée sans maillon pour soigner,
Saoule d’exam, comme me disent les vilaines,
Je relis ma sœur éternellement à consigner.

Malgré !

Facturée par des corsaires testés au mains d’elle,
Entrelacée des demains d’une chiant-lie de désarroi,
Prières concrètes, le con médite et se fie aux demoiselle,
En froufrou ainsi pour la réveillez en forme d’octroi.

Malgré !
 

lilasys

Maître Poète
#16
Malgré !

Tu étais le rond des vieux, toute en lumière,
Un hommage au désir, contre les nuages anxieux,
Tout ce que j’épouse toujours en première,
Démordre de l’envie, retenir encore l’insidieux.


Malgré !

J'étais choqué d’effort de la splendide romancière,
Ainsi reculent les larmes remises au jeu,
Quand dans notre temple la gomme en visière,
Pliaient pour les ripoux déposé à la majorité du peu.


Malgré !

Mais la beauté des sens n’est pas une déveine,
C’est une dragée sans maillon pour soigner,
Saoule d’exam, comme me disent les vilaines,
Je relis ma sœur éternellement à consigner.


Malgré !

Facturée par des corsaires testés au mains d’elle,
Entrelacée des demains d’une chiant-lie de désarroi,
Prières concrètes, le con médite et se fie aux demoiselle,
En froufrou ainsi pour la réveillez en forme d’octroi.


Malgré !
merci Jean Daniel !!!!
index.jpg