• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Ma semeuse d'étoile

saoirse

Maître Poète
#1
Tu me veux glorifier d'un touchant ministère
De ta langue honorer le seuil de ma matrice
Avidement choyer les replis de ma chair
Abreuver ta passion au bord de mon calice

Et c'est sur ma poitrine encore pour me plaire
Que de la main tu cueilles le fruit de la passion
Sur mes douces collines tes doigts tentaculaires
Par leur tendre industrie font monter la pression

Tu cajoles, tu pinces partout où ta main glisse
Fait se creuser mon ventre et frissonner mon corps
Tu joues de mon plaisir avec un tel délice
De mes émois tu sais puiser de fiers accords

Tu souffles sur la braise attise la fournaise
De ma panse je sens monter une clameur
Frénétiques échos d'une euphorie obèse
Qui jailli de mon âme et sur mes lèvres meurs

Je perçois des couleurs dans le dedans du crâne
Des rubans de Möbius des formes improbables
Le vertige me prend je m'envole je plane
La pensée dispersée comme des grains de sables

Ces étoiles d'esprit brillent fort dans ma tête
Ensemencent la nuit par delà les paupières
Et je reste engourdie savourant la tempête

Qu'invoqua en mon sein ta ferveur incendiaire
 

simlecteur

Maître Poète
#2
Tu me veux glorifier d'un touchant ministère
De ta langue honorer le seuil de ma matrice
Avidement choyer les replis de ma chair
Abreuver ta passion au bord de mon calice


Et c'est sur ma poitrine encore pour me plaire
Que de la main tu cueilles le fruit de la passion
Sur mes douces collines tes doigts tentaculaires
Par leur tendre industrie font monter la pression


Tu cajoles, tu pinces partout où ta main glisse
Fait se creuser mon ventre et frissonner mon corps
Tu joues de mon plaisir avec un tel délice
De mes émois tu sais puiser de fiers accords


Tu souffles sur la braise attise la fournaise
De ma panse je sens monter une clameur
Frénétiques échos d'une euphorie obèse
Qui jailli de mon âme et sur mes lèvres meurs


Je perçois des couleurs dans le dedans du crâne
Des rubans de Möbius des formes improbables
Le vertige me prend je m'envole je plane
La pensée dispersée comme des grains de sables


Ces étoiles d'esprit brillent fort dans ma tête
Ensemencent la nuit par delà les paupières
Et je reste engourdie savourant la tempête

Qu'invoqua en mon sein ta ferveur incendiaire
WOUH....
Un vrai feu d'artifice, chapeau pour cet écrit incendiaire...;):)
Bravo, je kiffe cet écrit.
Bisous la géomètre....LOL...
 

saoirse

Maître Poète
#7
Je dirais plutôt un vrai feu d'artifesse :)
Une gourmandise à lire sans modération, ou très peu ^^
j'ai adoré, merci pour cette lecture.
tu as une plume qui m'est familière, tu as déjà posté ici ?
Amicalement Alain
Merci Alain pour ton retour, modération c'est une vielle copine, mais je crois qu'on est fâchées toutes les deux :)
Oui j'a déjà posté quelques textes ici et je compte bien récidiver

Amicalement Saoirse
 

saoirse

Maître Poète
#8
Tout en finesse c'est beau l'amour tendre bravo amicalement Kinkin
Merci Kinkin, c'est étonnant tu vois de la tendresse là ou j'imagine décrire une sensation violente. En relisant je vois bien ce qui peut paraître doux dans les mots et dans la progression. Merci pour ce retour qui me donne à réfléchir.

Passe une belle journée, amicalement Saoirse
 
Dernière édition:

VikThor

Maître Poète
#9
Si j'avais lu ce texte à l'heure de sa naissance sur Créa, le sommeil aurait été sans nul doute long à trouver tant l'érotisme enivrant de cette étreinte ravive de beaux mais anciens souvenirs ;). Mais ce matin, à l'heure où le soleil se lève et les ébats s'éteignent, j'en retiens la félicité d'une passion exacerbée par l'amour qui la porte... Bravo poétesse.
 

saoirse

Maître Poète
#11
Si j'avais lu ce texte à l'heure de sa naissance sur Créa, le sommeil aurait été sans nul doute long à trouver tant l'érotisme enivrant de cette étreinte ravive de beaux mais anciens souvenirs ;). Mais ce matin, à l'heure où le soleil se lève et les ébats s'éteignent, j'en retiens la félicité d'une passion exacerbée par l'amour qui la porte... Bravo poétesse.
Que voilà un compliment bellement troussé.
Je m'en serai voulue d'avoir pu troubler votre sommeil cher ami :)