• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Les affameurs.

fil2fer

Poète libéré
#1
Les affameurs.

Quand il sort le listing de ses bonnes actions,
N’imaginez jamais qu’il parle religion.
Car dans le bien son âme ne prend pas sa source,
La bonne action pour lui n’a la cote qu’en bourse.


L’appétit des traders rend leur monde petit !
Et la gloire a peu de sachets de confettis
Pour dire au lauréat de leur concours Lépine
Qui aura inventé tant d’argent sans l‘usine ?


Tous les moyens sont bons à ces méchants toutous
Pour gagner toujours plus pour qui a déjà tout,
Car dans leur poulailler, ils crient, ils suent, ils gloussent.
Et font grimper les prix s’ils font cocote en bourse.


Avant que le produit n’atteigne le chaland
Il faut qu’il vive en marge un petit bout de temps
Pour faire cours en bourse exit la droite ligne
De Marseille à Paris faire escale aux malouines.


C’est ainsi qu’un produit grâce aux courtiers vicieux
Coutera trois fois plus sans être trois fois mieux.
L’important est surtout que ce produit voyage,
Et acquitte en chemin tous les droits aux péages.


Je te vends, tu le prends, tu revends, je reprends
De fausses pénuries en faux affolements,
Les échanges se font bon train et en cadence,
Le produit fait son gras mais pas pour la balance.


A force de scier et la branche et le tronc
Et de presser toujours un peu plus nos citrons,
Le trader a flanqué la planète au supplice
Lui pète le boulon, nous on serre la visse !

C’est sûr ils sont tous fous, et Pierre et Paul, et Jack.
Attention ! A la bourse ils tournent tous au crack !
La terre est leur bombe et gloutons de chère fraiche
Allumette à la main ils recherchent la mèche.


Par leur course à l’argent, nous voici affamés,
Tous les fous, c‘est prouvé, ne sont pas enfermés.
Les traders, à mon sens, ne sont que des vauriens
Qui rêvent de tout prendre à qui n’a presque rien.


Combien voudrait serrer vos cols blancs de voyous
Donc vivez prudemment en vivant loin de nous.
Si un jour la fierté, fait en vous étincelle,
Notre corbeille est là … sautez dans la poubelle.

Fil2fer, le 01/09/2011.
 

glycine

Maître Poète
#2
Poème original par son sujet qui est bien maîtrisé... toujours avec talent... Titre percutant... Très belle première strophe en introduction... entraînant le déroulement du poème... Bravo !
 

janu

Maître Poète
#3
Toujours ce grand talent de pamphlétaire, mais les pires sont ceux qui savent sciemment qu'en préférant ce qui vient de Pays où l'être humain est mal payé, brimé, ils condamnent le travail bien fait
et reconnu de leur Pays à eux. Qu'ils méditent sur le fait que sans travail, pas d'argent, et pas de consommation. Qui a écrit déjà : "liberté, que de crimes on commet en ton nom..."
Amicalement
 

lilasys

Maître Poète
#4
et bien la poubelle va etre pleine ,,c'est sur ,,l'ami ,,,
et les bourses vides ,,,
mdr ,,,si on peut encore en rire ,,,
encore un chef d'oeuvre ,,de lutte ,,contre les inégalités ,,,
gros bisous lola
 
#5
magnifique comme toujours mais tristement réel, de plus en plus d'humains du coté de la pauvreté et ces êtres mi-hommes mi-machines continuent de faire mumuse avec leur clavier-écran sans jamais être inquiétés et encore moins taxés....
 

Judy

Maître Poète
#6
Le monde de la bourse???...un univers extra-terrestre pour moi! lol...sauf qu'on ne fait que subir cette course éffrénée à l'enrichissement...qui nous emmène droit dans le mur!!! et pas besoin d'être économiste pour le prévoir!...
Bisous. Judy
 
#7
Un texte puissant tant par les jeux de mots qui collent tellement bien au sujet que par la finesse de ta plume... Magnifique que dire de plus à part merci!!!

Âme en peine.
 
#11
Un poème écrit avec humour pour dénoncer une triste réalité, dont on pourrait bien se passer, s'il n'existait sur cette terre des empoisonneurs de vie.
Merci pour ce partage instructif.
 

arcenciel51

Nouveau poète
#14
C'est bien de là que tout à commencé... Mais est ce bien uniquement le petit trader le responsable? À mon avis ils sont plusieurs... Le monde de la finance... L'argent ils n'en n'ont jamais assez!
Encore une fois je me délecte de par ce côté moqueur dont tu as le don! Génial!
Bizz
 

Philaly

Maître Poète
#15
On ne peut pas vivre sans argent...mais vivre pour l'argent, c'est non seulement ne pas vivre mais empêcher ceux qui en ont peu de vivre dignement....tout cet argent facile, trafiqué,"nourri blanchi logé".... à 'abri dans les paradis fiscaux dont ils sont les seuls à en jouir pendant qu'on débourse....ça fout les boules tellement ...c'est indécent...
Je trouve que le monde du sport lui ressemble quelque peu...tout est une question de finance...et un grand mercato...aussi
Comme toujours, un poème incisif, inquisiteur, et dénonciateur. C'est ta griffe, ta marque de fabrique...Continue !
j'aime la 3ème strophe qui va bien dans l'esprit de la "poule aux oeufs d'or" et la dernière qui me fait dire que ces gens là, même avec un sursaut de fierté et d'humanité...sont irrécupérables...Merci du patage. Bises