• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le second choix.

Squally

Nouveau poète
#1

Coruscation éphémère de ses frères

L'enfant poli sans amour dans une fratrie
Jeter aux eaux funestes, assoiffé, dénutri
Juvénile opale bondé de misère

le cœur dessiner dans du marbre impavide
Ne poussant d'ahan aux affres impitoyable
Atteignant le paroxysme de l'incurable
Elle s'immerge dans les murmures vivide

Elle est l'enfant qu'on chérie au dernier recours
Que l'on dédaigne massivement du regard
Celle qu'on acclame dans d'hypocrite discours
Pourtant, elle sait qu'il ne faut croire aux beggards

Elle se forgea dans l'orgueil et l'oisiveté
L'altération du vice affligeait par baiser.
Sa pureté souillée, un enfant abimé ...
Alors qu'elle n’était encore sociabilisé...

L'amitié se pavanait devant ses yeux
La soumettant à prouvé sa fidélité
Fallait-il payer pour un peu d'intégrité ?
Cela est la peine du dam déguisé en jeu

Elle est l'amie à qui on parle qu'en second choix
Qu’on découvre qu'à bride d’inadvertance
Celle qui ne fléchit au gré du désarroi
Mais qu'on oublie pour un lien de confiance

Cupide et colère s'ajouta à son lopin
Souhaitant décrocher les étoiles du monde
Usant du courroux contre l‘espèce immonde
Alors qu’elle n’eu encore connu l’amour satin…

L’amour était une catin sans vergogne
Sifflant « ferveur » mais s’amusant au joli cœur
Mais elle s’agrippait à son col, l’air aguicheur
Serment l’aumône et ne jamais repogne

Elle est le cœur que l’on contusionne mainte fois
Qu’on trompe, pille, ou qu’on use comme amante
Celle qui admet l’insignifiance qu’on lui octroi
Mais qu’on accuse de vile charlatane

Dévoreuse d’homme et prude lubrique
Elle ne l’était vraiment, on la jugeait ainsi
Pourtant son cœur museler par les jougs d’autrui
Voulait seulement qu’on considéré unique.

Elle ne comprenait pourquoi elle n’avait se droit
Semblant n’être une futile roue de secours
Elle rejeta vivement se saturnien parcours
Elle s’accorda un droit bien plus ombreux cette fois

Lucifer la pris sous son aile à vive allure
Car pour lui, elle n’était une femme de second choix
Elle avait entamé un périple de souillure
Enclin à haïr l’Homme, il ressentait l’émoi



Ainsi, la femme qu’on profitait allégrement
Devint la déesse aimée sans moindre tourment …​
Ne pouvant que se complaire dans la jalousie

Envers l'Homme heureux qui l'a rendu si meurtri...​