• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le sacrifice de l'amour

Linleyi

Nouveau poète
#1
Laisser moi vous conter
L’histoire d’un damné
Qui pour sauver son aimée
A choisis d’errer pour l’éternité

Dans des temps reculés
Où hommes et dieux partageaient un même monde.
Vivait une femme dont la beauté n’avait d’égale que son esprit
Mais si des hommes elle embrasée le cœur
Nul d’entre eux à ses yeux grâce ne trouvée
Et par leur amour furent consumés.
Il se trouva qu’un jeune homme
Dont la faiblesse n’avait d’égale que sa timidité
Par la belle au cœur glacé
Se fit envoûter
Mais n’osant avouer son secret
Il choisit de rester à jamais dans l’ombre de son aimée.
Dans les contreforts des montagnes
Une sombre et sinistre déesse
Dont le nom est perdu dans les méandres du temps
Dévorée de jalousie pour la belle aux yeux dorés
Nourrissait de noirs desseins.
Dans la lie de l’humanité
Elle chercha le plus vil des hommes
Et baigné de la lumière de l’astre de sang
Celui qui n’était que sinistre brigand
De la mort devint le seigneur.
A la poursuite de la femme qui attisait sa colère
Celle qui ne vivait plus que pour la haine
Lança le félon qui pour la puissance avait vendu son âme
Car tant que la beauté de glace vivrait
Le brasier de la jalousie ne saurait s’apaiser.
Le macabre seigneur traqua et débusqua
Mais en voulant tuer la beauté faite femme
Il réveilla ce qui toujours aurait dû rester endormi
Un monstre infernal dont la rage n’a pas d’égale
Car du fin fond du cœur du jeune homme
Qui depuis toujours demeurait dans les ténèbres
L’amour qu’il avait jusqu’alors condamné
Voyant son aimée en danger
Sortit de la léthargie qu’il lui avait imposé
L’amour libéré le remplit
Puis devient fureur
Brisa les chaînes de la timidité
Et éclata le carcan de la faiblesse
Ses yeux de saphirs deviennent rubis incandescent et émeraude scintillant
Les fragiles ongles de puissantes griffes
Les délicates dents d’effrayants crocs
Une sombre fourrure recouvre la peau de satin
Son corps se métamorphose et le mal l’envahit
La soif d’amour se transforme en folie meurtrière
Et quand les cris de douleurs deviennent hurlements de fureur
La ou était le frêle garçon se tient une bête majestueuse
Ni homme ni loup un être né de l’amour et de la haine.
Mû par la soif de sang
Il se jette sur le suppôt de la déesse oubliée
Et tout deux engagés
Dans un combat de titans
Se livre une bataille dont l’issue leur sera fatale
Durant trois jours et trois nuits le combat fit rage
Et quand de sa lumière nacrée la lune illumine le monde de cristal
La bête épuisée
Face au dieu immortel
Sent la vie la quitter
Son souffle se tarit
Dans l’esprit du loup le jeune homme ressurgit
Et sur la haine l’amour reprend le dessus
Pour protéger sa reine il rassemble ses dernières forces
Et par delà la vie et la mort
Il porte le coup fatal
Le mauvais dieu titube
Et dans un dernier soupir il disparaît dans le néant
Emportant avec lui sa ténébreuse maîtresse
Mais pour détruire ce qui ne être tué
Lourd est le prix
Il avait sauvé son aimée
Mais pour l’éternité s’était condamné

A errer dans un monde ne voulant pas de lui
Car s’il est homme sous la caresse du soleil
Lorsque la pleine lune rayonne
Dans l’immensité du ciel
La bête se réveille
Et s’en va semer mort et désespoir.
Quand à son aimée
Elle voua sa vie aux autres
Car celui qui pour elle avait sacrifié son existence
A l’amour l’avait éveillée
Mais dans son cœur un abîme avait creusé
Car aveuglé par les hommes
Elle n’avait pas remarquée
Que celui qu’elle cherchait ne l’avait jamais quittée
Et quand enfin il sortit de l’ombre
Elle le perdit à jamais

Tel est l’histoire de cet homme
Qui pour sauver son aimée
Libéra le monstre qui sommeillait en lui
Et la perdit dans le labyrinthe de l’éternité