• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Le chemin de la vie ....Forme la Rotrouenge....Image Pinterest...

tieram

Maître Poète
#1
Le chemin de la vie.jpg
Le chemin de la vie


Le chemin de la vie

La ville sans un bruit dans la noirceur céleste,
Peint sous le réverbère un joli pont d’amour,
Les amants de la nuit rêvent au ru modeste,
Sur la voie élégante où prône sans détour
Le chemin de la vie.


Sur les murs on perçoit comme une forteresse
Où s’éveille un poète en sa plume, il écrit
Quelques mots sur la page en lettres de noblesse,
Il achève en secret son plus beau manuscrit
Cachant toute une vie.


La rivière est en paix reflétant la lumière,
Sous une douce lune apparaît l’œuvre d’art.
Dès demain une muse à l’âme coutumière
Charmera le soleil de son plus beau regard,
Au parfum d’une vie.


J’aimerais oublier tout ce fond de misère
Qui sévit maintenant sur les bords du trottoir,
Et tous ces affamés ne font plus la prière
Dans la rue il faut fuir se terrer dans le noir,
Ce n’est plus une vie.


Maria-Dolores
 
Dernière édition:

Polymnie2

Maître Poète
#2
Un profond qui soulève
les stations belles de la vie et
Ô combien de tristesse
et des yeux de misère!

Merci Marie, bises Poly
 

Cortisone

Maître Poète
#4
Afficher la pièce jointe 28942
Le chemin de la vie


Le chemin de la vie

La ville sans un bruit dans la noirceur céleste,
Peint sous le réverbère un joli pont d’amour,
Les amants de la nuit rêvent au ru modeste,
Sur la voie élégante où prône sans détour
Le chemin de la vie.


Sur les murs on perçoit comme une forteresse
Où s’éveille un poète en sa plume, il écrit
Quelques mots sur la page en lettres de noblesse,
Il achève en secret son plus beau manuscrit
Cachant toute une vie.


La rivière est bien calme reflétant la lumière,
Sous une douce lune apparaît l’œuvre d’art.
Dès demain une muse à l’âme coutumière
Charmera le soleil de son plus beau regard,
Au parfum d’une vie.


J’aimerais oublier tout ce fond de misère
Qui sévit maintenant sur les bords du trottoir,
Et tous ces affamés ne font plus la prière
Dans la rue il faut fuir se terrer dans le noir,
Ce n’est plus une vie.


Maria-Dolores
Te lire est toujours un reel plaisir pour moi qui ne t'arrive pas à la cheville
Bises et bonne journée Maria
Gaby