• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

L'antan que j'ouie.

Matthale

Oreille cassée
Membre du personnel
#1
Bah ! Je ne me fais à vos idées,
Car mon ivresse n’est pas finie,
Et la vitesse qui m’a scotchée,
Est d’une bouteille bien finie.

Puisse la soie, démanger,
Votre peau de pêcheuse,
Et par ceci, déranger,
Votre somme!Rêveuse.

Un jour, t'en revient- il ? Nous buvions en silence,
On ne parlait alors, que de joie et pour nous deux,
Que de la fuite des moeurs frappant les latences
De notre abus commun, pourtant si harmonieux.

Allez suspends ici, maintenant, ce peu de temps
Arrêtons nous un moment, pour goûter de ce vin,
Comme avant, sans excès, cette fois, c’est un pan,
De notre vie passée, aujourd’hui, qui nous revient.

C'était, notre habitude,
Sur le sable, réunis enfin,
Le ciel nous couvant et sans fin,
D’un futur sans lassitude.
 

thesmile

Maître Poète
#2
"un futur sans lassitude"; magnifique cette association de mots et splendide pour tout ce que ça résume en condensé!!