• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Laisse-moi t'apporter le printemps de mon Amour

rivière

Maître Poète
#1
Laisse-moi t’apporter le printemps de mon Amour

Les lucioles illuminent encore les prés et les bocages,
cependant la lune agonise,
les lueurs de l’aube apparaissent parmi les diocèses de l’horizon.
Je distingue dessous ta robe l’or blême de tes aisselles,

laisse-moi t’apporter en mes mains menues et fraîches
le printemps de mon Amour,
laisse-moi célébrer la flamme de tes ardeurs,
et le jardin de ton visage,

donne-moi avec tes lèvres virginales
dessus mes paupières écloses
des baisers de douceur,
ô ma Sœur de tendresse, ma Vénérée.

Étreins-moi, alors que monte vers les poutres du zénith
l’essor des oiselles,
le Soleil surgit,
la Paix règne dans les langueurs des lys,

les roses s’ouvrent et me sourient,
la tiédeur m’enivre,
bois le vin brûlant des saisons,
sens-tu sur mon front d’ivoire l’astre de ma délicatesse ?

Je me courbe face aux éléments,
dès que le vent ondoie les perles de ma chevelure d’ébène,
scelle la royauté de mes seins,
couronne-moi de ta Beauté.

Contemple l’astre de ma virginité,
écoute les soupirs de ma clarté,
vois, l’ombre engloutit au loin les voiles des forêts,
effleure-moi de ta pureté,

ta démarche me grise, et m’ensorcelle,
délivre-moi sur les étamines de mes mamelons
des messages de Grâce,
brûle-moi de ta Splendeur.

Mes bras fiévreux te réclament,
mon souffle s’accélère à ton approche,
sacre-moi de ta Passion,
je t’en supplie !

Sophie Rivière

 

Cortisone

Maître Poète
#2
Laisse-moi t’apporter le printemps de mon Amour

Les lucioles illuminent encore les prés et les bocages,
cependant la lune agonise,
les lueurs de l’aube apparaissent parmi les diocèses de l’horizon.
Je distingue dessous ta robe l’or blême de tes aisselles,

laisse-moi t’apporter en mes mains menues et fraîches
le printemps de mon Amour,
laisse-moi célébrer la flamme de tes ardeurs,
et le jardin de ton visage,

donne-moi avec tes lèvres virginales
dessus mes paupières écloses
des baisers de douceur,
ô ma Sœur de tendresse, ma Vénérée.

Étreins-moi, alors que monte vers les poutres du zénith
l’essor des oiselles,
le Soleil surgit,
la Paix règne dans les langueurs des lys,

les roses s’ouvrent et me sourient,
la tiédeur m’enivre,
bois le vin brûlant des saisons,
sens-tu sur mon front d’ivoire l’astre de ma délicatesse ?

Je me courbe face aux éléments,
dès que le vent ondoie les perles de ma chevelure d’ébène,
scelle la royauté de mes seins,
couronne-moi de ta Beauté.

Contemple l’astre de ma virginité,
écoute les soupirs de ma clarté,
vois, l’ombre engloutit au loin les voiles des forêts,
effleure-moi de ta pureté,

ta démarche me grise, et m’ensorcelle,
délivre-moi sur les étamines de mes mamelons
des messages de Grâce,
brûle-moi de ta Splendeur.

Mes bras fiévreux te réclament,
mon souffle s’accélère à ton approche,
sacre-moi de ta Passion,
je t’en supplie !

Sophie Rivière

Merci Sophie pour ce délicieux poème tout de sensualité
Avec toute mon amitié
Bises
Gaby
 

rivière

Maître Poète
#3
Bonsoir Gaby,
je te remercie beaucoup pour la chaleur de ton message.
Je veux en effet souligner la beauté de la Nature et de l'Amour,
un amour tout de sensualité et de tendresse.

Bonne soirée.
Gros bisous.
Sophie