• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

la peur

#1
Toutes les histoires que j'ai vécues, je les ai écrites.
Qu'elles soient belles, sans avenir ou hypocrites.
Mes mots fusaient comme l'on cligne des yeux.
Je pleurais, rêvais, injuriais, ou allais mieux.

Mais depuis que je suis avec toi, pas un mot.
Aucun. Je ne rêve presque pas de toi, de nous.
J'ai laissé s'échapper l'écriture sans me mettre à genoux.
Je l'ai regardé partir comme on raccompagne un fou.

Et pourtant. Bientôt six mois de tendresse.
Six mois remplis du mot Promesse,
Auquel n'est pas tatoué mon ami l'Ephémère.
Mes poumons sont de nouveau colorés d'air.

Je crois que j'ai peur. Peur que notre amour
Si jeune mais solide, si sublime mais irréel,
Ne disparaisse aussitôt que j'aurai posé mon cœur de miel,
Cœur déchiré à maintes reprises par des vautours
Sur le papier râpeux, réaliste, froid et cruel.

J'ai peur qu'en écrivant notre amour flamboyant,
Les Dieux s'aperçoivent de leur trop grande générosité.
Tant de choses pourraient nous séparer selon leur volonté !
Alors fuyons !

Fuyons pendant ce laps de temps où les Dieux sont occupés !
Fuyons loin de cette Terre où la réalité, la cruauté et l'absurdité
Complotent pour former notre malheur et notre chute !
Nos âmes sont muettes, nous ne pouvons pas lutter.

Nous irons là où la nature a les droits ultimes.
Nous irons là où elle est majestueuse, sublime.
Sur l'herbe somnolente, je réciterai des vers.
Tu n'aimeras pas, mais riras de bon cœur.

Je te dirai que mes cheveux blondissent encore,
Que tu as les yeux dorés des beaux vampires.
Comme d'habitude, tu ne seras pas d'accord.
Et pourtant, nous ferons l'amour, toujours plus fort.

A mon réveil, tu dormiras en moi, serein.
Là-bas, personne ne pourra nous atteindre.
Nous serons éternels, invincibles, nous ne formerons qu'un.
Nous nous fondrons dans le décor, personne ne devinera rien.

S'il te plait, dépêche-toi, ils ne sont pas loin !
Je tremble, frissonne et me meurs. Donne-moi ta main.
Je sens ton imperturbable chaleur. Rassure-moi.
Tu me tends ton cœur, je te tends le mien.
Je pleure. Tu restes de marbre.
Ta force m'empêche de me cacher derrière cet arbre.
Je t'ai donné mon cœur, je dois rester.
Tu regardes l'ombre qui s'approche.
Chaque pas qu'elle fait m'écorche.

Ma peur s'est enfuie. Nous sommes prêts. A affronter la réalité.
Une dernière fois nous nous regardons et dans nos yeux s'écrit
L'expression que je ne voulais dire au début de cette page noircie :
« Je t'aime, et ceci pour l'éternité. »
 

mucochris

Nouveau poète
#2
quel cri d'amour!!! tres emouvant tous ces mots qui retracent la fusion de votre amour , bravo et je te souhaite tout le bonheur des jours a venir je vote pour toi