• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

L’Alchimiste renégat

Linleyi

Nouveau poète
#1
Ecoutez l’histoire
De Shacrom le noir
Maître des chimères
Ténébreux émissaire.

Tubes et fioles
Lumières étranges et fumerolles
Des livres couverts de symboles
Témoignages des expériences les plus folles

Il est au milieu d’une clairière
Non loin du bois des égarés
Une tour solitaire
S’élevant en une terre désolée

Refuge d’un vieil homme
Qui trahit les siens
Sanctuaire du vieux Shacrom
Qui causa la perte des anciens.

Alchimiste de génie
Son talent fut sa folie
Car dans sa quête du savoir infini
Il franchit les frontières de l’interdit

De tous les temps
Jamais ne fut trouvé pareil talent
Entre ses mains les fioles dansaient
Et les mystères se dévoilaient

Mais qu’importent les secrets
Rien n’apaisait sa soif de connaissance
Il s’aventura là où jamais il n’aurait du aller
Et sombra dans la démence

Elève du grand Asnir
La nuit des satyres
Vit la folie l’engloutir
Et les ténèbres l’accueillir.

Alors que le crépuscule embrasait les cieux
Il quitta son maître
Prétextant la quête de quelques composants mystérieux
Le vieil homme ignorait dire au revoir à un traître

Ne le voyant rentrer
L’alchimiste parti le chercher
Mais hélas ne trouva qu’un cadavre défiguré
Etendu au bord d’un sentier

Au loin une ombre s’éclipse dans la nuit
Souillée du crime accompli
Le meurtre d’un innocent
Le vol de ses vêtements

Et dans ce monde endormi
Un maître trahi
De son élève ignorant l’infamie
Pleure son apprenti.

Désormais les ténèbres ont un nouvel émissaire
Une âme délétère
Prête à semer la désolation
En échange de l’érudition

Par les ombres guidé
Sur la voie de l’obscurité
Il part en quête d’un antique savoir
D’un sinistre pouvoir

Il erre aux confins du monde
A la recherche des secrets condamnés
Des rituels immondes
Convoquant les forces damnées

En une terre accablée
Il trouva un sorcier
Autrefois exilé
A cause de ses méfaits

Le vieil homme reconnait en lui
Un cœur plus noir que la nuit
Un destin ténébreux
Tel que fut le sien en d’autres cieux

Le prenant comme apprenti
Il lui enseigne les savoirs interdits
Les terribles arcanes
Des démons et des mânes

Alchimie et sorcellerie
Se mêlent en un même esprit
Pour donner la vie
Au maître de l’infamie.

Mais les ténèbres ignorent la loyauté
Une fois ses secrets révélés
L’ancien émissaire
De son élève devient la première chimère

Il assassine son mentor
Sacrifie son âme
Et fait offrande de son corps
Pour invoquer les infâmes

Armée de démons
Arpentant les tréfonds
Bannis à jamais
Par des dieux oubliés

De l’alchimie
Nait une dépouille impie
Union immorale
Des plantes, des sciences et de l’animal

Et en ce cadavre maudit
Il scelle un démon
Créant ainsi
La pire des abominations

Un être damné
Par la haine animée
Une sinistre aberration
Vouée à la destruction

Enchaîné sur Terre
Par un pacte d’outre-tombe
Lié à son père
Par la loi des catacombes.

Chargé du savoir infernal
D’une noirceur sans égale
L’ancien élève s’en retourne en sa terre natale
Pour verser le sang et semer le mal

Avançant sur un chemin vermeil
Il plonge les voyageurs dans un éternel sommeil
Une torture sans fin
Entre les griffes du malin

Tout ceux qui sur sa route osent se dresser
Sombrent dans les abysses de l’obscurité
Et engendrent une nouvelle atrocité
Qui rejoint les rangs de son armée.

De camps en villages
De massacres en carnages
La terreur se propage
Et parvient à l’oreille des sages

Rumeurs de villes saccagées
Histoires d’armées décimées
Victimes d’une horde assoiffée de sang
Menée par le rire d’un dément

Magiciens et sorciers
Quittent leurs universités
Et leurs antres cachés
Pour marcher face aux légions damnées.

Sur les plateaux de Kalik
Se dressent les mystiques
Ultime barrage
Contre la déferlante de rage

Sous un ciel ensanglanté
Par les feux du crépuscule
S’avance une silhouette encapuchonnée
Dépourvue de tout scrupule

Avec un sourire de mépris
Shacrom se dévoile
Et sur ses ennemis
S’étale un sombre voile

Tous se souviennent du vieil Asnir
Qui brisé par le chagrin
Poussa son dernier soupir
Dans l’explosion d’un triste matin

Le ciel revêt sa robe étoilée
Et dans l’esprit des sages la lumière se fait
L’un des leurs les a trahis
Et leur courroux va s’abattre sur lui.

Dans la lumière lunaire
Les deux armées s’élancent
Pour une macabre dance
Répétée depuis des millénaires

Les griffes démoniaques
Caressent la chair délicate
Creusant des sillons sanglants
Dans le corps des innocents

La magie est libérée
Les élixirs déversés
Des forces implacables convoquées
Pour réduire à néant les monstres damnés

Mais pour une bête qui trépasse
C’est trois sages qu’elles terrassent
Mages et sorciers
Se font submerger

Les anciens voient les leurs décimés
Déchiquetés par les chimères enragées
Et prennent la décision
Qui mettra fin à la désolation

Pour ne pas périr
Les hommes se retirent
Abandonnant avec regret
Les quatre vieillards décharnés.

Les aînés se dressent immobiles
Telles de fragiles brindilles
Défiant fièrement
Le sinistre ouragan

Cruel et arrogant
Shacrom s’avance en riant
Pour mettre fin de ses mains
A la vie des anciens

Le champion du mal s’avance
Et son sourire s’efface
Dans les airs des mots dansent une valse
Promesse d’une terrible sentence

Les mages ont mêlé leurs esprits
Uni leur magie
En une antique incantation
En un chant de dévastation

Sentant venir sa fin
Shacrom lance son armée
En un assaut désespéré
Contre les vieux magiciens

Les griffes acérées
Déchirent la peau parcheminée
Et leurs corps sans vie
S’écroulent dans la poussière de la nuit

Mais qu’importent leurs chairs flétries
Leurs âmes se sont faites magie
Et leur sentence s’abat
Tel le vautour s’abattant sur le rat

Les nuages éclipsent l’œil de la nuit
Un grondement ébranle le monde endormi
La colère du tonnerre
Prête à frapper la terre

La foudre déchire l’obscurité
Embrase le royaume de Morphée
Et déchaine sa fureur
Sur l’armée du malheur

Un millier d’éclairs
S’abat sur les chimères
Telle une pluie meurtrière
Les renvoyant en enfer.

Voyant sa horde terrassée
Et sa fin s’approcher
Shacrom implore les ténèbres
De le sauver d’un destin funèbre

Un javelot de lumière
Transperce les airs
Réduisant le délétère
En un tas de poussière

Mais son âme putréfiée
Devient spectre éthéré
Ni mort ni vivant
Nouvelle infamie du mécréant.

Brisé par les anciens
Epargné par le malin
Shacrom se retire
Dans la tour du vieil Asnir



Usant d’un ultime maléfice
Il engendre une dernière chimère
Sinistre tentatrice
Gardienne du sommeil de l’émissaire

Shacrom se retire en son sanctuaire
Sombre dans un sommeil centenaire
Pour soigner son âme blessée
Recouvrer son corps terrassé.

Telle est l’histoire
De Shacrom le noir
Qui dans son antre damnée
Attend de pouvoir s’éveiller.
 

lyseron

Moderator
Membre du personnel
#2
Bravo! je fus passionné par ce superbe écrit enrobé de magie....une remarquable écriture qui teint le lecteur en haleine....Amitiés...Lys