• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Jean-Baptiste Colbert revisité (1619-1683).

Filiatus

Maître Poète
#1
Colbert.jpg
Avec Richelieu et Necker
Sully, Mazarin, Talleyrand
Le sieur Jean-Baptiste Colbert
Est indéniablement un grand

Est-ce grâce à son excellence
Louis le quatorzième du nom ?
Ou sans l'aide du roi de France
Eut-il fait perpétuer son nom ?

Je ne possède pas, bien sûr
La réponse à cette question
Mais par ces lignes, je l'assure
Vous vous ferez une opinion

Quand Jean-Baptiste naît à Reims
Louis XIII est un adolescent
Mais l'évêque à béni ce prince
Depuis bientôt presque dix ans

Son père est un haut fonctionnaire
Et non pas un marchand drapier
Comme l'histoire populaire
Se plaît encore à raconter

Après de sommaires études
Chez les Jésuites champenois
Son père l'envoie dans le sud
Chez un ami faire du droit

Le père, pour plaire à son fils
Et le lancer dans la carrière
Lui achète un couteux office
D'administrateur militaire

Jeune Commissaire ordinaire
Au ministère de la Guerre
Il devient bientôt secrétaire
Privé d'un grand parlementaire

À trente et un ans, Jean-Baptiste
À Mazarin, est présenté
Qui le prend comme économiste
Pour administrer ses deniers

Ainsi, il gère sa fortune
Mais aussi l'argent des Français
Et jugeant la place opportune
Il fait emprisonner Fouquet

Il n'est guère aimé à la Cour
Ce dont Jean-Baptiste s'honore
Il est glacé dans ses discours
Certains le surnomment "Le Nord"

Mazarin, peu avant sa mort
Recommande Colbert au roi
Qui, en dépit d'avis retors
En fait aussitôt son bras droit

Juste nommé, l'homme de Reims
Met au pas les nobles d'épées
Qui profitaient dans leurs provinces
D'une certaine impunité

Le roi se réjouit en sourdine
Et lui offre le poste envié
De ministre de la Marine
Que Louvois avait convoité

Colbert est un mercantiliste
Il sait acheter au rabais
Et comme un bon souverainiste
Il manufacture français

Et sur les conseils de son maître
Qui aime tant l'art, Colbert crée
L'Académie des belles lettres
Et anoblit les tapissiers

Louis XIV et Marie-Thérèse
Lui décernent comme auréole
L'or de l'Académie française
"Que veut le roi, veut la Coupole"

Pour favoriser le commerce
Il fait construire une voirie
Et un grand canal qui traverse
La France de l'ouest au midi

Colbert aime tant la Marine
Que, pour surpasser l'Angleterre
Dès qu'il note une indiscipline
Il envoie le peuple aux galères

Il crée la Compagnie des Indes
Une flotte aux deux cents vaisseaux
Qu'en deux longs cortèges, il scinde
Vers l'ancien monde et le nouveau

Tandis que le roi Louis prépare
La chasse aux âmes protestantes
Colbert écrit le Code noir
D'une main lourde et hésitante

Non pas que cet obscur ouvrage
Qui traite de l'état-civil
Et des conditions d'esclavage
Lui fassent faire de la bile

Mais le jeune sexagénaire
Qui souffre des reins à l'envi
Par ses pauvres voies urinaires
Est en train de perdre la vie.