• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Gutenberg revisité (v1400-1468)

Filiatus

Maître Poète
#1
Il fait partie des personnages
Des fleurons de l'humanité
Du "top cinquante" des grands sages
Qui ont éclairé nos aînés

Il est dans tous les dictionnaires
D'ailleurs il l'a presque inventé
Je veux parler de Gutenberg
Dire que j'allais l'oublier

Vous développer son histoire
Ne fut pas une rigolade
Car la collective mémoire
Se nourrit d'autres hit-parades

Jean Gutenberg naît à Mayence
En mil quatre cent environ
D'un père drapier, par naissance
Mais orfèvre, par vocation

Ses études sont générales
C'est-à-dire théologiques
En tous cas, c'est paradoxal
Bien loin d'être scientifiques

Pendant que Jeanne d'Arc en France
Se bat pour son gentil dauphin
Dans les alentours de Mayence
Les habitants meurent de faim

Jean Gutenberg de guerre lasse
Quitte sa maison, ses amis
Pour se réfugier en Alsace
Et apprendre l'orfèvrerie

Il acquiert des bases techniques
Et avec quelques associés
Il ouvre une belle boutique
De bijoux par eux ciselés

Parallèlement il se livre
À une recherche utopique :
Comment reproduire des livres
Par un procédé mécanique

Enfin il trouve la réponse
Et quitte ses habits alsaciens
Aux bijoux dorés, il renonce
Pour un incroyable destin

De retour dans sa bonne ville
De Mayence, il cherche un allié
Qui pourrait accepter le deal
De financer son grand projet

Jugeant son idée noble et juste
Mais surtout juteuse pour lui
Un banquier du nom de Jean Fust
Avec Gutenberg, s'associe

Le seul ouvrage susceptible
D'avoir un succès sur-le-champ
C'est sans contestation la Bible
En latin, bien évidemment

Quand enfin le livre est en vente
Les clients ne sont pas nombreux
Lors, les deux associés déchantent
Le banquier est même furieux

Ledit Fust dépose une plainte
Contre Gutenberg stupéfait
Qui après enquête succincte
Perd rapidement le procès

Gutenberg étant insolvable
Fust récupère l'atelier
Il recopie des incunables
Et devient une sommité

C'est vers mil quatre cent soixante
Que Jean Gutenberg remplumé
Imprime et assure la vente
D'un glossaire de chrétienté

Trois ans après il est en France
Très exactement à Paris
Pour vendre ses livres de science
Tel un bouquiniste aujourd'hui

Un peu plus tard dans un hospice
De Mayence, viennent leurs altesses
Pour enfin lui rendre justice
En lui attribuant la noblesse

Quand l'imprimeur meurt, c'est un buste
Que la ville élève pour lui
C'est peut-être injuste pour Fust
Mais son nom tombe dans l'oubli
 

zuc

Administrator
Membre du personnel
#4
moi qui fut graphiste et qui ai fait une école d'imprimerie, je peux dire que ça me rappelle vaguement quelques souvenir Gutenberg ;)
je vous fais une blague de typographe on peut dire que Gutemberg c'est un type qui avait du caractère