• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Dois je lui accorder son pardon

kinkin

Maître Poète
#1
Elle se faisait baiser par son amant
Devant les yeux de son enfant
Il y repense encore maintenant
Encore marqué par ses événements

Ils se donnaient rendez vous dans un bois
Pour leurs rencontres et leurs ébats
Sa maman demandait a son petit gars
De ne rien dire a son pauvre Papa

Le gamin passé le temps a joué aux voitures
Pendant que les deux prenaient leurs pieds sur la couverture
Ou sur le siège arrière de la voiture
Il n’avait pas sa place dans cette aventure

Il se souvient d’un soir dans sa maison
Son père était déjà mort noyé dans la boisson
Pour se taire et ne pas dévoiler leur relation
L’étalon lui avait donné une pièce et des bonbons

Le petit garçon lui avait tout balançait sur un coup de colère
Le petit montrait déjà qu’il avait déjà du caractère
Ce soir là, ils n’ont pas fait leurs affaires
Il est parti la queue entre les jambes ce pauvre hère

Parfois elle laissait seul son enfant le soir
Avec sa tasse de café au lait et ses devoirs
Pendant ce temps son mec elle allait le voir
Elle rentrait parfois toute excitée souvent très tard

Le petit seul était parti au lit sans un petit bisou
Sans que ses draps soient relevés sur ses joues
Et sans une lecture du soir qui rendent les rêves plus doux
De sa vie débridée, il en était un peu jaloux

C’était pour ce petit bonhomme, un sentiment d’abandon
Elle vivait sa vie de femme volage et sans concessions
Et sans se soucier des ragots et des quand dira t’on
Et cette question qui le hante doit il lui accorder son pardon

Il sait que l’on ne doit pas juger les gens
C’est devant Dieu que se fera le jugement
Est-ce pour cette raison que pour sa Maman
Il a été toujours plus ou moins distant
 
#4
Elle se faisait baiser par son amant
Devant les yeux de son enfant
Il y repense encore maintenant
Encore marqué par ses événements


Ils se donnaient rendez vous dans un bois
Pour leurs rencontres et leurs ébats
Sa maman demandait a son petit gars
De ne rien dire a son pauvre Papa


Le gamin passé le temps a joué aux voitures
Pendant que les deux prenaient leurs pieds sur la couverture
Ou sur le siège arrière de la voiture
Il n’avait pas sa place dans cette aventure


Il se souvient d’un soir dans sa maison
Son père était déjà mort noyé dans la boisson
Pour se taire et ne pas dévoiler leur relation
L’étalon lui avait donné une pièce et des bonbons


Le petit garçon lui avait tout balançait sur un coup de colère
Le petit montrait déjà qu’il avait déjà du caractère
Ce soir là, ils n’ont pas fait leurs affaires
Il est parti la queue entre les jambes ce pauvre hère


Parfois elle laissait seul son enfant le soir
Avec sa tasse de café au lait et ses devoirs
Pendant ce temps son mec elle allait le voir
Elle rentrait parfois toute excitée souvent très tard


Le petit seul était parti au lit sans un petit bisou
Sans que ses draps soient relevés sur ses joues
Et sans une lecture du soir qui rendent les rêves plus doux
De sa vie débridée, il en était un peu jaloux


C’était pour ce petit bonhomme, un sentiment d’abandon
Elle vivait sa vie de femme volage et sans concessions
Et sans se soucier des ragots et des quand dira t’on
Et cette question qui le hante doit il lui accorder son pardon


Il sait que l’on ne doit pas juger les gens
C’est devant Dieu que se fera le jugement
Est-ce pour cette raison que pour sa Maman
Il a été toujours plus ou moins distant
Pour cet enfant, c'est une rude épreuve, je pense que Dieu peut l'aider à supporter.Bravo Kinkin!Béatrice.
 
#8
Madame faisait passer ses petits plaisirs personnels avant celui de son enfant un peu égoïste cette dame quelle image laissera t'elle a son môme pas très reluisante tu as changé de domaine Kinkin mais c'est un sujet que tu maîtrises félicitations bonne journée
 

prose16

Maître Poète
#9
Très touchant ton écrit Kinkin...comment un enfant peut-il se construire avec de tels exemples d'adultes, ses propres parents...quelle sera sa vie à lui plus tard ? Compliqué...même pour le pardon...