• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

D’après la tirade du nez…(pastiche)

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#1
nez.jpg
D’après la tirade du nez…

Ah ! Non ! C'est un discours, jeune homme !

Il pouvait dire aux vieux, bien des choses en somme.
En biaisant les cons, par exemple, tenez:
Maladif : Moi, Monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse !
Radical : Mais il doit trembler, il est coriace !
Pour croire, faites-vous impliquer votre handicap !
Emotif : C'est un choc ! . .. y’a un hic ! . . . t'es pas cap !
Que dis-je, t'es pas cap? . .. t'es bien ridicule !
Furieux : De quoi sert ce perchoir à bascule ?
Accessoire, Monsieur, où de boite à copeaux ?
Anvieux : Avec ça, je jouerai du pipeau,
Que fraternellement, de vous à nous, je vous appâte,
De fendre ce virus et ces petites pattes ?
Exellent : Ça, Monsieur, lorsque vous enrhumez,
La lenteur des cornacs nous sort-elle du nez,
Sans qu'un voisin ne prie au feu d’aliéné ?
Prés du vent : Garez-vous, vos poumons entraînés.
Par ce microbe, de tomber en corona !
Perdant : L'amiral seul, croit encore au nirvana.
Appelle Coronavirus, SARS-CoV-2) où covid 19,
Dut avoir sous poumon moins de chair, et sang neuf !
Chevalier : Quoi, I'ennui, le choc est à la mode ?
Pour vendre son drapeau, c'est vraiment très commode !
Emblématique : Aucun vent ne veut, nez madrigral,
T'exhumer tout entier, ajouté au ventral !
Anecdotique : Quand le père bouge, nul ne renseigne !
Affectif
: Pour un p’tit fumeur, quelle enseigne !
Catégorique: C’est quiconque, c’est un p’tit con ?
Passif : A quel moment, le toubib voit-t-on ?
Impétueux : Souffrez, rien n’est encore résolue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sans rue !
Bagnard : Evadé ! Ne pas toucher les mains !
Rien qu’avec des gants où bien remettre à demain !
Alimentaire : ne stockez pas à tout prix !
Statique : Pouvez-vous émettre un écrit ?
Assurément, Monsieur, je ferai le gros dos !
Enfin, en mendiant l’entame d’un mégot,
Voilà donc ce nez qui distrait peu maître,
Qui détruit l'harmonie et qui vous prend en traître !

« - Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit

Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit.
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot: sot !

Eussiez-vous eu, d'ailleurs, I'invention qu'il faut, »
Pour devoir là, devant tout le public,
Resservir toutes vos faux pronostics,
Que vous nous avez gesticulé en mars,
Que la moitié du commencement de propos épars,
Tu nous les sers toi-même, sans aucune réserve,
Et tu ne permets pas que les autres te les serve.
 
Dernière édition:

lilasys

Maître Poète
#2
J'adore, j'ai vu le film l'autre jour avec gérard depardieu ; je me régale n'est ce pas parce que sa poésie m'enlace ? Me parfume? Me serre le coeur comme une mélodie ? Qui de nos jours pourrait parler ainsi? Sans se forcer .......MERCI
Il fallait bien qu'un poète le fasse
Nous montre le chemin de sa face
Trempe son nez dans ses poèmes
Lui Cyrano, elle, Roxanne qu'il aime