• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Confession Ô rage d'amour ,

lilasys

Maître Poète
#1
Confession Ô rage d'amour ,

Dans ce calme orphelin, j'épinglais les paupières
Près du lac, un jardin gardait tous mes secrets
D'un guillochis très fin des heurs sonnant décrets
Nature confidente en berceau de prières


Dans cette eau d'un vert sombre où des ronds pianotaient
Des nombreux joncs mimaient un balancier d'horloge
De tonnerre et d'éclairs, le ciel mettait sa toge
L'orage, de son ombre, ornait l'oeil tout entier


Le vent brisait les fleurs de souffles violents
Qui décoiffaient aussi les branches partisanes
Mes cheveux, d'un remous, se mêlaient en lianes
D'infante reconnue à gorgone des champs !


L'averse tombait drue et je n'avais d'abri
Nulle part où aller, perdue, à l'aventure
Orage déchaîné, force de la nature
Dans ce temps de fureur, j'aperçois un ami


Je serrais l'écorce du chêne centenaire
Qui arborait mes maux et avait ma tendresse
Il est ce père absent qui n'avait pas d'adresse
Il ressourçait mon coeur, d'une âme nourricière


Un jeune villageois au loin faisait un geste
Un galant chevalier était sur le parcours
Il avait belle allure et m'offrait son secours
Dit : Par là, Je passais ! Et me donna sa veste !


Le hasard a bon dos ! L'orage fit le reste
L'amoureux aux abois croisa ce jour la chance
Et le regard ému qui promit l'alliance
Dont le chêne est témoin, en grand ami modeste


De ce jour si lointain, t'en souviens-tu Marius ?
De ce premier baiser des amants sous l'orage
De l'amour grandissant et les traits du village
Te souviens-tu, mon coeur, du curé, le laïus ?


LILASYS
5f1995020294491670eb50feaecf1153--business-the-rain.jpg
 
Dernière édition:
#2
Confession Ô rage d'écrire

D'habitude je suis pas trop fan des poèmes un peu long
Mais là c'est superbement bien écrit et très captivant

Bisous Leo
 

luron1er

Administrator
Membre du personnel
#6
Concession aux cages d'humour,

Dans ma jungle un matin, je voulais épier tes manières,
Dans mon sac, un lutin ressassait tous tes regrets,
D'un fouillis en gros grain, tes pleurs résonnant, discrets,
Ossature évidente d’un pastiche arceau d’la première.


Quand ses beaux vers tombent à l’aplomb à polycopier,
Des somptueux baillons limitaient d’avancer plus vers sa loge,
D’une religieuse où d’un éclairs, son miel devenait une éloge,
L'eau sage, en son nombre, lorgnait d’un oeil altier.


Souvent, je brisais l’esprit et le souffle de ses vents,
Je recoiffais ainsi les branches de chicanes,
Mes chevaux d’un trot, s’emmêlaient des tziganes,
D’une fente inconnue en Dordogne dans l’paravent.


L'inverse retombait nu, mais je n'avais d'alibi,
Nul dard à apporter, éperdu dans sa devanture,
Les sages enchaînés, renforcent ma stature,
Dans l’instant du fugueur, je perçois mon amie.


Je flairais la force des chaînes tortionnaires,
Qui subodorait la joie en mots et en caresses,
Elle est cette mère présente toute emplie de tendresse,
Elle repoussait les pleurs, d'une arme cavalière.


Une jeune Toulousaine au foin m’accordait les restes,
En «galant chevalier» j’lui donnais mon humour,
J’avais un drôle de galure à tenter de suivre son cours,
Pardi ! Par là, je ressassais à copier tous ses gestes.


Le bavard a bon dos ! L'adage fit qu’encore je peste,
Langoureux des émois décroisa d’un tour sa chance,
Et l’hagard éperdu promit d’omettre sa résistance,
Dans les chaînes sans témoin, sans retourner sa veste.


En ce tour, ce matin, j'en reviens comme l’olibrius,
De ce dernier brasier provenant des vieux sages,
Où l'humour garantissant l’attrait de mon visage,
Rappelles toi, ma sœur quand nous jouions du stradivarius !
 
Dernière édition:

Vega46

Maître Poète
#7
Oh Lolac !. Si Marius ne s’en souvient pas voici un rappel amoureux aux multiples éclairs poétiques, oh Lolac !...c’est un orage aux fureurs foudroyantes, une vague gigantesque aux milles lueurs qui bouscule tout sur son passage, rien ne semble pouvoir arrêter ce long cri à l’éternel bonheur.
Oh !...Lolac "suspend ton vol et vous heures propices, suspendez votre cours...laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours".
Un bel exercice de style, l’amour permet cette écriture aux envolées surréalistes.
Punaise et moi qui ai décidé de ne plus être amoureux !.
Enfin si, j’ai sous mes yeux tous les jours mère nature aux parfums qui me font "frissonner les narines" et ses superbes enfants sauvages qui l’enchantent !.
Bravo chère Lola
Bises
Momo

8C31F6ED-CA03-441C-A78B-3D6511B7136A.png Ce matin à 6 heures 30 photos Momo 8D12F3C8-212C-4BF8-B1D4-B578922DDB79.png
 
Dernière édition:

lilasys

Maître Poète
#10
Oh Lolac !. Si Marius ne s’en souvient pas voici un rappel amoureux aux multiples éclairs poétiques, oh Lolac !...c’est un orage aux fureurs foudroyantes, une vague gigantesque aux milles lueurs qui bouscule tout sur son passage, rien ne semble pouvoir arrêter ce long cri à l’éternel bonheur.
Oh !...Lolac "suspend ton vol et vous heures propices, suspendez votre cours...laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours".
Un bel exercice de style, l’amour permet cette écriture aux envolées surréalistes.
Punaise et moi qui ai décidé de ne plus être amoureux !.
Enfin si, j’ai sous mes yeux tous les jours mère nature aux parfums qui me font "frissonner les narines" et ses superbes enfants sauvages qui l’enchantent !.
Bravo chère Lola
Bises
Momo

Afficher la pièce jointe 29971 Ce matin à 6 heures 30 photos Momo Afficher la pièce jointe 29972
Merci de ta visite , une biche c'est fabuleux
bisous !
 

lilasys

Maître Poète
#11
Concession aux cages d'humour,

Dans ma jungle un matin, je voulais épier tes manières,
Dans mon sac, un lutin ressassait tous tes regrets,
D'un fouillis en gros grain, tes pleurs résonnant, discrets,
Ossature évidente d’un pastiche arceau d’la première.


Quand ses beaux vers tombent à l’aplomb à polycopier,
Des somptueux baillons limitaient d’avancer plus vers sa loge,
D’une religieuse où d’un éclairs, son miel devenait une éloge,
L'eau sage, en son nombre, lorgnait d’un oeil altier.


Souvent, je brisais l’esprit et le souffle de ses vents,
Je recoiffais ainsi les branches de chicanes,
Mes chevaux d’un trot, s’emmêlaient des tziganes,
D’une fente inconnue en Dordogne dans l’paravent.


L'inverse retombait nu, mais je avais d'alibi,
Nul dard à apporter, éperdu dans sa devanture,
Les sages enchaînés, renforcent ma stature,
Dans l’instant du fugueur, je perçois mon amie.


Je flairais la force des chaînes tortionnaires,
Qui subodorait la joie en mots et en caresses,
Elle est cette mère présente toute emplie de tendresse,
Elle repoussait les pleurs, d'une arme cavalière.


Une jeune Toulousaine au foin m’accordait les restes,
En «galant chevalier» j’lui donnais mon humour,
J’avais un drôle de galure à tenter de suivre son cours,
Pardi ! Par là, je ressassais à copier tous ses gestes.


Le bavard a bon dos ! L'adage fit qu’encore je peste,
Langoureux des émois décroisa d’un tour sa chance,
Et l’hagard éperdu promit d’omettre sa résistance,
Dans les chaînes sans témoin, sans retourner sa veste.


En ce tour, ce matin, j'en reviens comme l’olibrius,
De ce dernier brasier provenant des vieux sages,
Où l'humour garantissant l’attrait de mon visage,
Rappelles toi, ma sœur quand nous jouions du stradivarius !
Merci à toi
bisous prends soin de toi