• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Clément ADER revisité (1841-1925)

Filiatus

Maître Poète
#1
Ader n'est pas né dans la Drôme
Comme on dirait pour rigoler
Pas plus sur un aérodrome
Bien qu'il aimât beaucoup voler

Clément naît en Occitanie
À Muret, tout près de Toulouse
De François, patron de scierie
Et d'Antoinette son épouse

Comme Clément est fils unique
Le père veut qu'il lui succède
Pour lui transmettre sa technique
Il doit l'embrigader comme aide

Heureusement l'école veille
En remarquant ses aptitudes
Son instituteur lui conseille
De faire de hautes études

Dès mil huit cent cinquante-sept
Dans une école d'ingénieurs
Il étudie comme une bête
Et en sort avec les honneurs

Avec ce seul diplôme en poche
Il quitte Muret pour Paris
Et, à limage de Gavroche
De petits boulots, il survit

L'Exposition Universelle
De mil huit cent soixante-sept
Le trouve concepteur de selles
Et de cadres de bicyclettes

Mais la guerre franco-prussienne
De mil huit cent soixante-dix
De ses vélocipèdes, freine
L'activité innovatrice

Embauché à la Compagnie
Des chemins de fer du Midi
Il crée une machine inouïe
Qui pose des rails en série

En plein essor du téléphone
Avec de grands chanteurs à voix
Clément crée le "Théâtrophone"
Qui offre l'Opéra chez soi

Il devient vite millionnaire
Et réinvestit son pactole
Dans un projet spectaculaire
Le moteur à vapeur "Éole"

À trente-trois ans, notre artiste
Enfourche son premier avion
Mais sans témoin près de la piste
A-t-il décollé oui ou non ?

Lors, le ministre de la Guerre
Prenant au sérieux ses travaux
L'embauche dans son ministère
Et le couve comme un oiseau

Pendant sept ans l'État dépense
Comme on dit "un pognon de dingue"
Sans que Clément, en récompense
Ait pu faire voler son zingue

Si l'engin a quitté le sol
Sur quelques mètres seulement
C'était dû à des cabrioles
Ou à quelques hoquètements

Or, c'est là que la concurrence
Par la voix de Santos-Dumont
Annonce que loin de la France
Il a fait voler un avion

Le gouvernement implacable
Laisse Clément à ses coucous
Et pour les ballons dirigeables
Lors, il s'enflamme tout-à-coup

Pour autant, Clément ne renonce
Son cerveau bouillonne d'idées
L'automobile est sa réponse
Et le succès ne va tarder

Il gagne quelques courses vagues
Puis se tourne vers les bateaux
Il conçoit un "dompteur de vagues"
Qui glisse par dessus les eaux

Pourtant, durant la Grande Guerre
Il revient à ses primes joies
Il prône l'avion militaire
Mais l'armée ne l'écoute pas

Il retourne dans le sud-ouest
Tailler ses vignes et sa flore
Et de temps en temps fait des tests
Pour Panhard et pour Levassor

Clément quitte ce monde à l'âge
De quatre-vingt-quatre ans précis
C'est là son plus beau décollage
Qu'il ait à jamais réussi