• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

C'est l'histoire...

Matthale

Oreille cassée
Membre du personnel
#1
C’est l’histoire simili vraie, de deux drôles de raccrocs,
Le premier, un gros mytho, fume de gros cigarillos,
La seconde, pure nympho, recrache jamais le morceau,
Mon tout un drôle de sirop, qui en plus se boit chaud.

Le premier à tout fait, quinze motos, champion de sumo,
La seconde, toujours en chasse, se cramponne au rideau,
Ce soir là, au fond d’un bar, le billard pour lieu de rencard,
Et commence étrangement, un balai sorti direct du placard.

Le juke box est allumé, Céline Dion pour bien débuter,
Première partie, les boules serrées, du bleu pour casser,
Quelques mots échangés, la chanson finie par les saouler,
Et c’est parti pour une partie dont le décor encore se fait.

De mots salaces en blagues douteuses, même graveleuses,
De déhanchements, en rires bidons, juste pour la cause,
Douteuse sortie, un coup de queue, le tapis sent la sauge,
La blanche sort et roule, ce jeu n’intéresse pas la voyeuse.

Toutes les histoires incroyables du gros has been pitoyable,
Contre le décolleté très échancré, de la fille bien trop affable,
Ce qui est le plus étrange, est sans aucun rapport, car cela dit,
En vérité, et que tout soit opposé, ça se finit dans le même lit.

Quand se fait sentir le besoin, pas besoin de point commun,
Car en fait le vrai besoin, c’est de trouver le lieu commun.
 

amapoesia

Nouveau poète
#2
oui, pitoyable, déprimant, si pauvre!
il y en a tant, comme ça, pauvres de vie, pauvres d'esprit, pauvres d'amour.
 
#3
Mais ne plaisante pas emily c'est bien à ça que ressemble les couples... Parfois l'inverse, parfois pire... Je les trouve plutôt attachant
 

thesmile

Maître Poète
#4
Ho, la perle!!! Je me cite "c'est l'histoire d'une histoire"; ouais ok, je sais c'que tu vas dire mais j'ai plus de chevilles, hein?? ;);)Lol.Nan, sérieux, superbe scène, enfin j'adore le tout de la première strophe, très imagée ;) Belle inspiration, et la chute est...si vérace