• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Au gré d'une Certaine Promenade

Polymnie2

Maître Poète
#1
Au gré d'une Certaine Promenade

Il m’arrivait de prendre un incertain chemin
A l’heure où le soleil encor’ brillait parfois
Où lorsqu’il déclinait quand frissonnait le froid
Au pur hasard de jours marqués par le destin.

Reste l’inexplicable ancré dans mon esprit
Tel un beau saint cliché que mon cœur aurait pris.
Souvenir clandestin persiste en moi, me hante ;
Je n’avais pas quinze ans en ces années cinquante.

Le plus drôle, disons plutôt, le plus curieux,
C’est qu’un souffle serein balayait silencieux,
Préparait le chemin à l’arrivée précise
De deux silhouettes avançant par surprise.

En ce couple serré qui marchait à pas lents
Se promenait liée la promesse en serment.
Les années traversaient parmi les cheveux blancs
Et rendaient beaux unis, si près, mes deux Amants.

La main qu’ils se donnaient scellée par un aimant
Feutrait la cadence en chacun de leurs pas,
Jurait de ne faire qu’un au-delà du trépas,
L’anneau d’or en aura, fort comme le sarment.

Pourquoi sans cesse vient précisément sur eux
Ma pensée, alors que ces deux Petits Vieux
Ne faisaient que passer, et moi, ne les croisais
Qu’en abaissant les yeux ? l’Infini me touchait !

L’infime ressenti au cours de ces rencontres
Aujourd’hui seulement son fruit est mûri, tombe
La providence en selle et qui parfois se montre
Apparaît soudain claire arrive vive en trombe


Et me dit doucement dans ma tête encor' sombre :

« Ce que tu as écrit n’est que l’ombre de l’ombre.
« Toute émue est ton âme et fond comme en prière
« Ne t’appartenant plus, s’accroche en brin de lierre
« Dans l’envolée sacrée elle arpente l’éther
« Puis se perd et tutoie l’amour en plein mystère. »

Polymnie2, ce 17 Octobre 2020
Rediffusion 2016
 
#2
Bonjour Poly,

La pudeur est toute entière émue en ces vers

*Qu'en abaissant les yeux l'infini me touchait*

Que c'est beau émotionnellement

Merci pour cette rediffusion ,
le premier alexandrin était une invitation
à relire ta Poésie intemporelle

Tendre journée

Bises artistiques

Paule

87464794_212722979918375_7721574900049117184_n.jpg
 

Vega46

Maître Poète
#3
Il y a des images fortes qui jalonnent notre vie, on ne les oublie pas.
Un poème tout en émotion très bien écrit.
Félicitations chère Poly
Momo
MLCCACTP
 

Polymnie2

Maître Poète
#4
Bonjour Poly,

La pudeur est toute entière émue en ces vers

*Qu'en abaissant les yeux l'infini me touchait*

Que c'est beau émotionnellement

Merci pour cette rediffusion ,
le premier alexandrin était une invitation
à relire ta Poésie intemporelle

Tendre journée

Bises artistiques

Paule

Afficher la pièce jointe 31170
Le hasard veut que j'étais "harcelée" par ce souvenir!
afin de l'oublier j'ai écrit
tous les sentiments ressentis!
Sachant d'avance le couple de mes parents
dans la facilité comme dans la "pauvreté",
riche était l'amour, moi la sixième
j'avais de quoi penser, méditer
sans le savoir!
Le reste, rencontres sur rencontres mais
sans parler!

Le résultat s'écrit seule ! en les années de douleurs!

Merci à toi, Paule pour ce partage et l'animation,
bises, Poly
 
Dernière édition:

Polymnie2

Maître Poète
#5
Il y a des images fortes qui jalonnent notre vie, on ne les oublie pas.
Un poème tout en émotion très bien écrit.
Félicitations chère Poly
Momo
MLCCACTP
Les émotions sortent à une heure sonnée
on se souvient, on écrit, on est enfin ouvert
aux portes de la vies!
Seule avec son âme, on réfléchit!

Merci à toi Momo, bises Poly
 
Dernière édition:
#13
Il faut être au calme pour coucher sur papier ses biens jolies choses bravo Poly amicalement Kinkin
Tu as raison, car lorsque sans cesse,
trente ans après, je me suis mise
à écrire pour l'oublier!
J'étais seule
écrivant d'une traite, ensuite
j'ai repris en 2003 ce texte
et les années suivantes le fortifier
de ses règles!

Aujourd'hui, il n'a plus ce même écho
en mon âme!

Merci à toi, Amitiés, Poly