Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web.
Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.

  • Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

Atmosphère, atmosphère est ce que j'ai une gueule d'atmosphère

coqhardi

Maître Poète
#1


Le gens actuellement font la gueule
Ils te tirent une tronche de beagles
Ils te croisent dans la rue
A peine un bonjour, pas un salut

Constipé ? va te démouler le cake
Oh la la la face d’australopithèque
Toutes les peines sur leurs dos
C’est trop injuste Caliméro

Tu leur racontes une blague
Devant toi, ils sont dans le vague
Te prenant pour un attardé mental
Bizarre, qu'ils n’ont pas le moral

Parfois limites agressifs
Prêts à sortir leur canifs
Pour rien, pour une broutille
Un regard, une peccadille

Ils ne supportent plus rien
Ils deviennent vite chafouins
Ils gueulent, ils râlent
Prêts à te décrocher une mandale

Ils ont leurs regards éteints
Avec leurs mauvais teints
Ils ne respirent pas la santé
Avec leurs tronches de déterrés

Peut-être la situation actuelle
Leurs yeux sans étincelles
A cause d’un avenir précaire
Des regards de pauvres cockers

Dus à la morosité ambiante
J’ai envie de leur dire chante
Chante et mets tes baskets
Allez viens on va faire la fête

La vie est trop courte
Pour rester dans ta yourte
Va respirer le bon air

Va te changer l’atmosphère
 
#3


Le gens actuellement font la gueule
Ils te tirent une tronche de beagles
Ils te croisent dans la rue
A peine un bonjour, pas un salut


Constipé ? va te démouler le cake
Oh la la la face d’australopithèque
Toutes les peines sur leurs dos
C’est trop injuste Caliméro


Tu leur racontes une blague
Devant toi, ils sont dans le vague
Te prenant pour un attardé mental
Bizarre, qu'ils n’ont pas le moral


Parfois limites agressifs
Prêts à sortir leur canifs
Pour rien, pour une broutille
Un regard, une peccadille


Ils ne supportent plus rien
Ils deviennent vite chafouins
Ils gueulent, ils râlent
Prêts à te décrocher une mandale


Ils ont leurs regards éteints
Avec leurs mauvais teints
Ils ne respirent pas la santé
Avec leurs tronches de déterrés


Peut-être la situation actuelle
Leurs yeux sans étincelles
A cause d’un avenir précaire
Des regards de pauvres cockers


Dus à la morosité ambiante
J’ai envie de leur dire chante
Chante et mets tes baskets
Allez viens on va faire la fête


La vie est trop courte
Pour rester dans ta yourte
Va respirer le bon air

Va te changer l’atmosphère
J'ai beaucoup aimé
C'est si vrai mais dit avec humour
Amicalement et bon dimanche
Gaby
 

lilasys

Maître Poète
#6
Il faut dire que les masques cachent la tronche ! C'est pas plus mal ...
Mais il faut comprendre que la situation est très difficile ...Assez de cette monumentale expérience !!!!!
Pour garder l'humour on compte sur CoqHardie et Kinkin et Luron .....Il manque un mousquetaire voyons !
AAAAHH si CREA n'était pas là !! Il faudrait trouver un vaccin pour rire , chanter et poétiser ....
Merci pour ce moment de vérité .....
Bisous
images (18).jpg
 
#8
Que veux-tu avec ces masques
il faut regarder où l'on met les pieds!
et près de qui?
Pas le temps, le vent décorne les bœufs!
active le pas!
S'ils disent bonjour, c'est an'yeux!

Mais les basques quêtent pour nous
en baskets, on te suis à genoux!
tout en champs son sont nos chants sons!
seul canne a ri!
car les oiseaux chez moi, il n'y en a plus
depuis 2018, car la pensée mentale
a bousculé leurs habitudes!
Ils entendent tout! répètent tout
à se fendre le gosier!
Alors les mots dansent pour nous
un air narre quoi?
un air d'opéra bouffe! remue le coeur
tout en coffret l'amour
le ver ITE pour vers ISEE, ce penseur
offrant toutes les clés à chacun son
heure!!

Merci Coqhardi! pour un air nouveau!
Nous allons y penser!
Amitiés, Poly