• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

atelier 3 de mai , si l'on parlait de sélénet ?

LUZE

Maître Poète
#1
je vous propose de composer un sélénet

c'est un poème qui s'écrit en pentasyllabes , ( 5)
sur deux quatrains que l'on peut mettre en continu (soit 8 vers) répétés sans limitation
en rimes F et M alternées

le plus connu dans le genre est
au clair de la lune
chanson enfantine croit-on mais qui prend un autre sens
quand on considère que la plume de Pierrot est autre chose qu'une plume … ;)

donc le sélénet se compose sur l'air d'au clair de la lune
si ça ne colle pas avec votre écrit , c'est que votre vers n' a pas la bonne métrique


Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot,
Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot.
Ma chandelle est morte,
Je n´ai plus de feu,
Ouvre-moi ta porte,
Pour l´amour de Dieu.

Au clair de la lune
Pierrot répondit :
"Je n´ai pas de plume,
Je suis dans mon lit.
Va chez la voisine,
Je crois qu´elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet.

Au clair de la lune,
L'aimable Lubin
Frappe chez la brune,
Ell' répond soudain :
— Qui frapp' de la sorte ?
Il dit à son tour :
— Ouvrez votre porte
Pour le dieu d'amour !

Au clair de la lune,
On n´y voit qu´un peu :
On chercha la plume,
On chercha le feu.
En cherchant d´la sorte
Je n´sais c´qu´on trouva,
Mais j´sais que la porte
Sur eux se ferma

{Variante:}
Au clair de la lune
Pierrot se rendort.
Il rêve à la lune,
Son cœur bat très fort;
Car toujours si bonne
Pour l´enfant tout blanc,
La lune lui donne
Son croissant d´argent


vous avez dû remarquer que lune et plume ça ne rime pas très juste ?
Mais c'est passé comme ça ; personne n'a dû le remarquer à l'époque


vous essayez maintenant que vous avez la musique ?

(°___°)
 
Dernière édition:

LUZE

Maître Poète
#2
n'ayez pas peur , essayez !
ça ne fait pas mal !!!
je ne vous mordrais pas !


:)

huit vers de 5 syllabes !!
 
Dernière édition:

LUZE

Maître Poète
#3
bon le sélénet ne vous a pas tenté
ni la sextine , ça c'est normal, c'est trop compliqué $
dois je continuer à proposer des ateliers d'écriture où personne ne vient ?
 

tieram

Maître Poète
#4
Bien je ne connais pas le sélénet ..cela me fait penser à Séléna déesse de la lune ...Non ?

bon je vais m'y coller bisous Tyna bonne journée... 11.gif
 

tieram

Maître Poète
#5
Un essais mais je ne sais pas trop si j'ai bien compris bisous l'amie.


Au clair de la lune
Je suis ton ami
Que souffle à la brune
Le charmant mimi
Voyant sur la terre
La belle souris
Ne voulant que taire

Son étrange ris…
 

LUZE

Maître Poète
#6
Un essais mais je ne sais pas trop si j'ai bien compris bisous l'amie.


Au clair de la lune
Je suis ton ami
Que souffle à la brune
Le charmant mimi
Voyant sur la terre
La belle souris
Ne voulant que taire

Son étrange ris…
mais si , tu as très bien compris
grand merci à toi d'avoir fait vivre ce post qui se sentait bein abandonné !

pour le sélénet,jai trouvé d'autres explications
Le sélénet est une forme fixe, un couplet de 2 quatrains au format de la chanson "Au clair de la lune". Le Traité de Prosodie de Gilbert Farelly (Éd. Ichthusson - 1960) y reconnaît « une taille idéale pour s'exprimer de façon concise, intermédiaire entre le sonnet (souvent pompeux) et le haïku (trop minimal en français) ». À première vue on compte 5 syllabes par vers, rimes croisées féminines et masculines. Mais, sans rien toucher au texte, la diction alterne vers de 6 et 5 syllabes puisque, surnuméraire, le -e des rimes féminines est prononcé :
Au-clair-de-la-Lu-NE (6)
Mon-a-mi-Pier-rot (5)
Prête-moi-ta-plu-ME (6)
Pour-é-crire-un-mot (5)

De son enfance et des présentoirs de la librairie familiale, Farelly a conservé la vie durant un recueil de Marceline Desbordes-Valmore, pionnière du vers impair avant Verlaine. Ma chambre, poème lunaire de 1843, se décompose en 3 sélénets :
_
Ma demeure est haute,
Donnant sur les cieux ;
La lune en est l’hôte
Pâle et sérieux.

En bas que l’on sonne,
Qu’importe aujourd’hui ?
Ce n’est plus personne,
Quand ce n’est pas lui !

_
Aux autres cachée,
Je brode mes fleurs ;
Sans être fâchée,
Mon âme est en pleurs ;

Le ciel bleu sans voiles,
Je le vois d’ici ;
Je vois les étoiles,
Mais l’orage aussi !

_
Vis-à-vis la mienne
Une chaise attend :
Elle fut la sienne,
La nôtre un instant ;

D’un ruban signée,
Cette chaise est là,
Toute résignée,
Comme me voilà !


À l'instar de Farelly père, qu'il croise chez Théodore de Banville de mars à mai 1871, Rimbaud imitera un an plus tard le triple sélénet de Marceline Desbordes-Valmore ; nouveauté rimbaldienne, la rime facultative :

_
Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Éternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.

Âme sentinelle,
Murmurons l'aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

_Des humains suffrages,
Des communs élans,
Là tu te dégages
Et voles selon.

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s'exhale
Sans qu'on dise : enfin.

_Là pas d'espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Éternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.

Les symbolistes aussi s'essaieront au sélénet. Alain Chevrier nous signale un poème de circonstance que Paul Valéry adressa au Dr Edmond Bonniot, gendre de Mallarmé (cf. Chronique des ventes et catalogues, JP Goujon dans Histoires littéraires n°29, janv. fev. mars 2007, p. 217) :

Au clair de la Lune
Mon cher Bonniot
J'ai perdu mon rhume
Qui t'a pris au mot

Ma bronchite est morte
Je n'ai plus de toux
Ouvre-moi ta porte
Pour courir chez vous
(...)