• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

A Toutes ces femmes qui pleurent

isa90

Maître Poète
#1
A Toutes ces femmes qui pleurent à chaque date anniversaire
La perte de cet enfant non né qui n’a même pas sa place au cimetière
Vie brisée d’un choix irréversible et tellement difficile
Qui perle en larmes salées juste à la pointe de leurs cils.


Mesdames, mesdemoiselles comme faire un choix doit être tragique
Moi qui n’ai jamais eu besoin de le faire, je ne puis que constater
Combien une mère même d’un enfant fantôme revient hanter
Ce tiroir vidé de votre esprit, de manière cyclique.


A Toutes ces femmes qui pleurent à chaque matin annuel de ce jour
D’avoir du prendre un rendez vous pour un aller sans retour
Dans une pièce froide, où les frissons contenus sur les murs blancs
Se tachaient de minuscules gouttes de sang.


Mesdames, mesdemoiselles, personne n’a le droit de vous jeter la pierre
Vous seule avez du parcourir ce moments où les ténèbres tentaculaires
Absorbaient vos espoirs, vos doutes, dissipaient la dernière lueur de lumière
Qui, pour la première fois ou pas, allait faire de vous, une mère.


A Toutes ces femmes qui pleurent à la même saison et même l’été
La pensée de ne pas entendre les premiers cris de ce nouveau né
Vous glace les veines, et votre imagination glisse dans vos bras
Ce bébé que vous bercez et qui n’existe pas.


Mesdames, mesdemoiselles, jamais cet enfant ne pourra grandir
Il a perdu son avenir dans le plus douloureux de vos soupirs
Personne ne sait, peut être lui seul, dans une vie parallèle, dans un ailleurs
Si votre choix était juste ou était une légitime erreur.


A Toutes ces femmes qui pleurent à chaque date anniversaire
Dont toutes les larmes finissent dans la même rivière
Celle qui se termine dans l’océan de l’infini tellement grand
Où s’endorment à tout jamais les rêves de cet enfant.


Mesdames, mesdemoiselles, avec vous je veux couvrir de douceur
Ces petits êtres perdus qui n’ont pas connu les joies, les peurs
Gardons les tous, ensembles bien au chaud, blottis contre notre cœur
Car je sais qu’ils ont déjà pardonné ce choix de malheur.


A toutes ces femmes qui pleurent cet enfant chimère
Aucun être humain, un jugement n’a le droit de le porter
Mais vous accompagner dans ce deuil avec des mots apaisant, une prière
Un adieu et sourire à votre vie qui reprendra sa nouvelle destinée.


Isabelle


ps : j'enleverai tous commentaires ne respectant pas ces femmes ou donnant un jugement allant contre mon poeme.
pour toute discussion sur le sujet il existe un topic sur l'avortement dans le forum.
 

chriss

Nouveau poète
#3
Des vers qui reflètent si bien ce que peuvent ressentir toutes ces femmes....de ta part, un geste (le mot est faible) qui montre la grandeur de ton coeur, ta volonté d'être à l'écoute, d'essayer de comprendre ces femmes sans porter de jugement....Je te remercie sincèrement pour ce poème boulversant ....d'avoir pensé à toutes ces femmes qui " fêtent " difficilement chaque année ce " drôle " d'anniversaire....
bisous Isa
Chriss
 

amapoesia

Nouveau poète
#5
merci pour elles toutes, avec chacune une histoire bouleversante, des pourquoi, des comment et des parce que, qui sont à elles et qu'elles portent seules.
 

Drakkar

Nouveau poète
#7
Superbe écrit... Sans mots... Ce poème est un "amour blanc", il sait penser et panser des douleurs affectives.
L'amour blanc est un poisson allant nettoyer des voies d'eau.
Que d'amour écrit avec des lettres noires, sur un fond blanc. Amour blanc !
Je me permets d'embrasser affectueusement toutes les princesses et princes concernés.
 

piquante

Nouveau poète
#10
un écrit qui me laisse sur place , sans mots !
je ne peu te dire bravo car cela serait de trop de devoir remercier toutes ces personnes qui on souffert pour arriver a un tel écrit !

mais merci pour toutes ces femmes !
piquante
 

silva

Nouveau poète
#11
Je suis sans mot devant un tel poeme...
Oui a toutes ces femmes qui ont souffert qui souffrent et souffriront encore de cette perte...
Personne a le droit de juge ce poeme simplement te dire bravo Isa pour ce poeme qui a du etre dure a ecrire tellement l emotion est forte
bisous
Silvana
 
#14
votre poeme est tellement touchant et réconfortant je suis que tête femme ayant été un jour cnfronté a ce choix difficile trouera refuge au sein de votre extraordnaire poeme!!!respect
 

okan

Nouveau poète
#15
un poéme qui ma donnée des frissons en le lisant ....il est magnifique et personne n'a le droit de le jugé je comprends toute ses femme qui dans la vie on dut faire un choix aux risque d'en souffrir jusqu'a leur mort

bisou violette
 
#16
Tres triste Isabelle
Un jour je n'ai pas eu le choix,
Et je porte encore ma croix.
je suis désolée,comme je suis vraiment triste!!!!!Que Dieu me pardonne ,je n,ai vraiment pas eu le choix.
 
#18
l'écrit comme toujours habillé de grandeur que seul les gens censés comprendront il n'est pas besoin de juger ni d'apprécier moi je le fais volontiers et je vote bise sylvie
 
#19
Moi l'homme qui ne peut donner la vie,
c'est sur mon épaulle que je receulle les larmes saler de mon aimer.
J'en paise leur poid, et n'ose pas dire un mot.
je ne peut quimaginer la douleur de ce choix ci dure et tant tobou pour beaucoup.
Trés beau texte.