• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

A tous ceux qui pansent .....................

stro

Nouveau poète
#1
A tous ceux qui pansent leurs blessures aprés la perte d'un etre cher..
Quand on emprisonne un douleur en soi
Quand on presse des larmes chaudes,
Quand on ne cesse de penser à la fontaine de l'amour infini:/ LA MAMAN/
Quand on se sent inapte à retourner à soi de nouveau,
Tandis qu'une tempete de douleur pressée fende le coeur.
Quand on enchaine les tistesses pour que personne ne s'en rende compte
Quand on ne cesse de penser à la mort , au voyage pour en prendre des leçons !
Quand on ne confie , en fin de compte , les douleurs et les blessures,
Qu'au dieu seul , l'ame retrouve son refuge spirituel,
L'ame grandit et se nourrit d'une maturité assez mure
La vie est une autre chose:
Il y a les arbes verts et les fleurs multicolores,
Il y a les océans azurés et les tapis verdoyants,
Il y a les ames bourgeonnées de bontés du vert et du blanc,
Mais il y a aussi les dards, les épines, les imperfections et les déserts...
Il y a l'hiver et l'automne,
Il y a les coeurs éloignés de dieu et il y a les ames mortes.
Meme l'evaluation des choses devient plus douée et vitale.
L'écho du myrte est une voix minérale, un pas vers le Lys,
Un bourgeon au pré d'amour perpétuel,
D'amour divin qui ne cesse de tracer la lune et l'espoir féerique sur ses paumes.
Je dédie ce poemes à tous ceux qui pansent les blessures , qui nacrent les souvenirs et les douleurs bourgeonnées du sel et du parfum par l'amour de dieu , parce que ce dernier fructifie l'altruisme, les dattes du bien, la pudeur et pureté de l'ame , la patience qui est une rose amére et miellée à la fois.....
Mon dieu , tu as choisi ma maman et bcp d'autres personnes, et moi , je m'e remets à toi ....
Je tente de cueillir la myrte de la patience meme si ses épines blessent mes doigts ou déchirent mon coeur,
Meme si mes yeux deviennent une demeure de certaines gouttes azurées...