• Visiteur, merci de ne pas poster plus de 5 poèmes par jour. Ceci dans le but d'améliorer la visibilité du site.

A Manolo, mon padre

coqhardi

Maître Poète
#1

Quittant ton pays natal, l’Espagne
Franchissant plaines et montagnes
Laissant derrière toi, tes proches
Avec pas de pesetas dans tes poches

Baluchon et guitare sur le dos
On te surnommait le roi du flamenco
La France t’accueillit les bras ouverts
Délaissant derrière toi, la misère

Fuyant un dictateur et sa folie
Dans une belle région, tu as atterri
Ne parlant pas un mot de français
Les premiers mois ne furent pas aisés

Faisant au début plusieurs petits boulots
Te couchant très tard et te levant très tôt
Tu te marias avec une gentille fille
Et fonda un foyer avec une famille

Main de fer dans un gant de velours
Tu nous éduquas avec amour
Toujours dans le respect des choses
Tu as su nous transmettre avec osmose

L’humanité et un monde sans haines
Une vie meilleure que la tienne
Bosseur besogneux, tu travailla dur
Dans le milieu de l’agriculture

Ta fin de vie fut un long calvaire
Tu souffris le martyre et en hiver
Tu fermas les yeux entourés des tiens
Nous laissant seuls sur ce chemin

Aujourd’hui si je suis l’homme que je suis
C’est grâce à ce que tu m’as transmis
Maintenant que tu es au paradis

Je voudrais te dire Padre grand merci
 
#3
Une bien belle vie
avec tant d'émotions
qui s 'écoulent!!
Tout en prière vers lui
se tournant tes pensées
profondes vers ce
Papa si grand!!

Merci à toi, amicalement,
Poly
 
Dernière édition:
#9

Quittant ton pays natal, l’Espagne
Franchissant plaines et montagnes
Laissant derrière toi, tes proches
Avec pas de pesetas dans tes poches


Baluchon et guitare sur le dos
On te surnommait le roi du flamenco
La France t’accueillit les bras ouverts
Délaissant derrière toi, la misère


Fuyant un dictateur et sa folie
Dans une belle région, tu as atterri
Ne parlant pas un mot de français
Les premiers mois ne furent pas aisés


Faisant au début plusieurs petits boulots
Te couchant très tard et te levant très tôt
Tu te marias avec une gentille fille
Et fonda un foyer avec une famille


Main de fer dans un gant de velours
Tu nous éduquas avec amour
Toujours dans le respect des choses
Tu as su nous transmettre avec osmose


L’humanité et un monde sans haines
Une vie meilleure que la tienne
Bosseur besogneux, tu travailla dur
Dans le milieu de l’agriculture


Ta fin de vie fut un long calvaire
Tu souffris le martyre et en hiver
Tu fermas les yeux entourés des tiens
Nous laissant seuls sur ce chemin


Aujourd’hui si je suis l’homme que je suis
C’est grâce à ce que tu m’as transmis
Maintenant que tu es au paradis

Je voudrais te dire Padre grand merci
Un bel hommage à ton papa
Tu as un coeur d'or comme l' a été ton papa
Merci pour ce partage sensible
Amicalement
Gaby